Pour la 1re fois, l'Agence Internationale de l'Energie promeut l'hydrogène

Dans un rapport daté de juin 2019 et préparé pour le G20, l'AIE affirme une vision claire et très ambitieuse quant au futur de l'hydrogène, et d'abord: « L’hydrogène est l’une des principales options de stockage de l’énergie issue de sources renouvelables ».

La rapport et un résumé sont disponibles sur le site de l'AIE et aussi sur le site capenergies.fr.

Voici le rapport complet : (pdf, 5.0 MB)

Voici le résumé et les recommandations : (pdf, 1.9 MB)

Et voici ci-dessous quelques citations glanées sur le site et dans le rapport de l'AIE, puis traduites de l'anglais en français :

L'hydrogène peut aider à relever divers défis énergétiques critiques, notamment en stockant la production variable d'énergies renouvelables telles que le photovoltaïque solaire et l'éolien pour mieux répondre à la demande. Il offre des moyens de décarboner un éventail de secteurs - y compris le transport longue distance, les produits chimiques, ainsi que le fer et l'acier - où il s'avère difficile de réduire de manière significative les émissions. Il peut également contribuer à améliorer la qualité de l'air et à renforcer la sécurité énergétique.

Une grande variété de combustibles sont capables de produire de l'hydrogène, notamment les énergies renouvelables, le nucléaire, le gaz naturel, le charbon et le pétrole. L'hydrogène peut être transporté sous forme de gaz par pipeline ou sous forme liquide par bateau, un peu comme le gaz naturel liquéfié (GNL). Il peut également être transformé en électricité ou en méthane pour alimenter les maisons et l'industrie, et en combustibles pour les voitures, les camions, les navires et les avions.

Selon Fatih Birol, Director Exécutif de l'AIE: L'hydrogène connaît aujourd'hui un élan sans précédent. Le monde ne devrait pas manquer cette chance unique de faire de l'hydrogène un élément important de notre avenir énergétique propre et sécurisé.

Afin de poursuivre sur cette lancée, le rapport de l'AIE propose sept recommandations clés visant à aider les gouvernements, les entreprises et les autres parties prenantes à développer leurs projets liés à l'hydrogène dans le monde entier. Parmi ceux-ci, quatre domaines dans lesquels les actions entreprises aujourd'hui peuvent contribuer à jeter les bases de la croissance d'une industrie mondiale de l'hydrogène propre dans les années à venir.

Pour expliquer ces 4 domaines, nous citons le site site capenergies.fr:

  • Encourager d’abord les zones côtières (et surtout les ports) à utiliser de l’H2 propre et à capturer le CO2 émis ;
  • Injecter 5% d’H2 dans les réseaux de gaz naturel ;
  • Étendre son utilisation aux transports de long-court ou de fret ;
  • Ouvrir les premières routes commerciales internationales pour l’H2.

Le rapport note que l'hydrogène fait toujours face à des défis importants. La production d'hydrogène à partir d'énergie à faible teneur en carbone est coûteuse pour le moment, le développement d'une infrastructure à l'hydrogène est lent et freine son adoption généralisée. Certaines réglementations limitent actuellement le développement d'une industrie de l'hydrogène propre.

Aujourd'hui, l'hydrogène est déjà utilisé à l'échelle industrielle, mais il provient presque entièrement du gaz naturel et du charbon. Sa production, principalement pour les industries de la chimie et du raffinage, est responsable de 830 millions de tonnes d'émissions de CO2 par an. C’est l’équivalent des émissions annuelles de carbone
additionnées du Royaume-Uni et de l’Indonésie.

La réduction des émissions provenant de la production d'hydrogène existante constitue un défi, mais représente également une opportunité d'accroître la part de l'hydrogène propre dans le monde. Une approche consiste à capturer et à stocker ou utiliser le CO2 provenant de la production d'hydrogène à partir de combustibles fossiles. Ce processus est actuellement utilisé par plusieurs installations industrielles dans le monde. D'autres sont en préparation, mais un nombre beaucoup plus important est nécessaire pour avoir un impact significatif.

Une autre approche consiste pour les industries à sécuriser leurs approvisionnements en hydrogène à partir d’électricité propre. Au cours des deux dernières décennies, plus de 200 projets ont été mis en place pour convertir l'électricité et l'eau en hydrogène afin de réduire les émissions -- provenant des transports, de l'utilisation du gaz naturel et des secteurs industriels -- ou de soutenir l'intégration des énergies renouvelables dans le système énergétique.

L’élargissement de l’utilisation d’hydrogène propre dans d’autres secteurs -- tels que les voitures, les camions, l’acier et le chauffage des bâtiments -- constitue un autre défi de taille. Il y a actuellement environ 11 200 voitures fonctionnant à l'hydrogène sur les routes du monde. Les objectifs actuels du gouvernement demandent que ce nombre augmente considérablement pour atteindre 2,5 millions d’ici 2030.

Les décideurs doivent s'assurer que les conditions du marché sont bien adaptées à la réalisation d'objectifs aussi ambitieux. Les récents succès des centrales solaires photovoltaïques, de l’énergie éolienne, des batteries et des véhicules électriques ont montré que l’innovation politique et technologique permettait de créer des industries d’énergie propre au niveau mondial.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.