Selon LesEchos.fr, Les géants de l’hydrogène unissent leurs forces à Davos.

C'est une avancée très importante pour la filière industrielle de l'hydrogène énergétique et renouvelable. Les 13 industriels vont investir désormais au total plus d'un milliard de dollars par an dans l'hydrogène. Ce montant est faible quand on sait que Toyota seul, pour ne citer que cette société, a investi 20 milliards au cours des 20 dernières années pour développer sa "Mirai". Gageons que ce milliard sera vite dépassé au fur et à mesure que cette filière industrielle deviendra rentable.

Ce n'est sans doute pas un hasard si un club de l'hydrogène est créé à Davos juste avant l'investiture de Trump. Manifestement, les grands industriels n'acceptent plus de suicider la planète ... et surtout tout porte à penser qu'ils n'acceptent pas que le changement climatique menace leur business.

Citation LesEchos.fr:

"Les promoteurs de la cause de l'hydrogène unissent leurs forces pour parler d'une seule voix. Mardi, à Davos, les dirigeants de 13 multinationales de l'énergie, de l'industrie et du transport ont annoncé la création de l'Hydrogen Council, un conseil ayant vocation à contribuer à accélérer l'utilisation de l'hydrogène comme nouveau vecteur d'énergie dans notre vie quotidienne. Il s'agira aussi d'influencer l'évolution du cadre réglementaire et à fédérer les efforts de ses membres, qui seront à la fois concurrents et partenaires. « On est à un tournant. L'hydrogène peut être un vecteur d'énergie propre à grande échelle d'ici à très peu de temps. Ce n'est pas de la science-fiction », estime l'un des membres de ce club ...

Le Conseil de l'hydrogène réunit quatre groupes français (Air Liquide, Alstom, Engie, Total), trois sociétés allemandes (BMW, Daimler, Linde), des acteurs asiatiques (Toyota, Honda, Hyundai, Kawasaki) ainsi qu'Anglo-American et Shell"

Pas de société américaine dans ce club !

Une opportunité historique pour l'Europe et l'Asie de damer le pion aux États-Unis en matière de renouveau énergétique.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.