Vision Hydrogène: une progression de niche en niche

Plusieurs constructeurs automobiles ont déjà développé des voitures à l'hydrogène qui ne polluent pas du tout en roulant. C"est spectaculaire, mais cela reste exceptionnel, tant que l'hydrogène n'est pas disponible à la pompe.

On peut prévoir que les voitures à l'hydrogène commenceront à se commercialiser sous la forme de voitures électriques hybrides dont le moteur électrique pourra être alimenté tantôt par une pile à hydrogène tantôt par un groupe électrogène fonctionnant à l'essence ou au diesel. Ce seront des Opel Ampera ou des Chevrolet Volt, sauf que la pile à hydrogène prendra la place de la pile au lithium. Le problème avec l'hydrogène ne sera plus l'autonomie qui limite l'intérêt des piles au lithium, mais ce sera de trouver une pompe à hydrogène. Toutefois, il est permis de prévoir que les pompes à hydrogène se multiplieront dès que de tels hybrides électriques hydrogène-essence ou hydrogène-gasoil seront disponibles. Les pouvoirs publics devront prendre leur responsabilité pour contrer ceux qui ont et auront du mal à admettre que les carburants issus du pétrole seront bientôt en voie de disparition. Il est vrai aussi que, le pétrole se faisant plus rare et plus difficile à pomper, le prix à la pompe des dérivés du pétrole va devenir de plus en plus dissuasif. L'hydrogène s'imposera aussi grâce aux lois du marché.

En attendant que se généralise la voiture à hydrogène, on observe déjà aujourd'hui que l'hydrogène prend une part de marché embryonnaire mais croissante sur une niche bien ciblée: celle des chariots élévateurs.

Ainsi, la société Air Liquide semble bien positionnée pour participer à la future économie de l'hydrogène. Elle a comme partenaire une petite société américaine, Plug Power Inc. qui commercialise des chariots élévateurs et qui a comme clients des mammouths tels que BMW, Ikea, Mercedes ou Walmart. L'intérêt de ces mammouths pour les engins à hydrogène laisse présager que la migration vers l'économie de l'hydrogène est en route.

Ce 23 août 2013, Plug Power vient d'informer qu'elle se lançait dans la motorisation des unités de refroidissements mobiles que l'on trouve sur les camions transportant des produits frais ou réfrigérés. Voici un extrait traduit de leur communiqué prometteur:

Des épiceries au Texas, en Californie et à New York auront bientôt des glaces, surgelés et produits livrés par camions-remorques dont les unités de réfrigération seront alimentées par des piles à combustible, une technologie propre et silencieuse...
Les piles à hydrogène vont faire le travail normalement effectué par un petit moteur diesel, pour maintenir la cargaison à la bonne température dans les camions font des livraisons. Chacun des camions sera encore (sic) équipé d'un moteur principal au diesel.

Mais pour combien de temps encore?

Ainsi, de niche en niche, le ver hydrogène s'introduit dans la pomme des transports, mais c'est un ver salutaire comme l'aurait dit Bourvil!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.