Jean-Lucien HARDY
retraité
Abonné·e de Mediapart

369 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 déc. 2017

La voiture électrique à batteries et le syndrome fluocompacte

De nos jours, la voiture électrique à batteries est à la voiture électrique à hydrogène, ce que la lampe fluocompacte fut à la lampe LED: une mauvaise solution intermédiaire.

Jean-Lucien HARDY
retraité
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a une dizaine d'années, pour remplacer les vieilles ampouls à incandescence, on trouvait surtout sur le marché des ampoules fluocompactes.

Peu de gens connaissaient les LEDs qu'on trouvait seulement sur quelques sites internet spécialisés. C'était le temps des pionniers.

Aujourd'hui, les fluocompactes sont interdites, car elles contiennent du mercure. Les LEDs triomphent partout. Non seulement les LEDs ne contiennent pas de mercure, mais elles ont bien d'autres avantages:  elles consomment encore nettement moins, elles durent plus longtemps, elles ont un spectre de couleurs infinies. Enfin, elles sont vraiment compactes et infiniment adaptables au plan esthétique.

Pour autant, au plan commercial, le détour était tout bénéfice: au lieu de vendre tout de suite du LED, les producteurs d'ampoules ont d'abord vendus du fluocompacte comme une première innovation, puis du LED comme un seconde innovation, sans se soucier des quantités de mercure libérées dans l'environnement par la première innovation, l'innovation intermédiaire.

Ainsi en sera-t-il des voitures électriques.

Tesla=fluocompactes vs. Mirai=LEDs © Montage par Jean-Lucien Hardy, Mediapart (photo LEDs par Jared Tarbell sous licence Creative Commons)

Aujourd'hui, les gens connaissent les voitures électriques à batteries, et relativement peu de gens connaissent les voitures électriques à hydrogène. L'histoire se répète: les voitures à batteries suivent le modèle fluocompacte et les voitures à hydrogène suivent le modèle LED.

Les voitures électriques sont un progrès par rapport aux voitures à énergie fossile, mais il vaudrait beaucoup mieux investir directement dans les voitures à hydrogène, plutôt que de faire le détour par les voiture à batteries.

Les vendeurs de voitures électriques à batteries ne se soucient guère des multiples inconvénients de ces batteries. Ils occultent ou minimisent ces inconvénients pour leurs clients :

- des inconvénients pratiques: manque d'autonomie, temps de chargement, multiplication des aires de stationnement pour les recharges.

- des inconvénients de performance: il faut gaspiller de l'énergie pour transporter une batterie dont le poids est le tiers du poids du véhicule.

- des inconvénients environnementaux en amont: l'extraction du lithium est un désastre écologique, source d'inégalité.

- des inconvénients environnementaux en aval: les déchets contenant du lithium s'accumulent.

- des inconvénients liés à la prolongation du nucléaire.

Sur ce dernier point, il est permis de penser que la voiture électrique à batteries fait l'affaire du lobby nucléaire. Les besoins en électricité pour recharger instantanément des milliers de voitures électriques seront gigantesques et pourraient retarder l'arrêt du nucléaire.

L'hydrogène ne présente pas ces inconvénients, car l'hydrogène est stocké et n'affecte pas la capacité instantanée du réseau électrique.

En attendant que les énergies nouvelles se généralisent, les voitures électriques à batteries vont prolonger le besoin nucléaire, alors que les voitures à hydrogène pourront utiliser le moyen de production classique de l'hydrogène à partir de gaz naturel. Le bilan financier sera catastrophique pour les voitures à batteries qui induiront des milliards d'investissement pour prolonger les centrales nucléaires, puis pour retraiter des déchets supplémentaires dont il faudra se préoccuper pendant des milliers d'années après nous.

Par contre, le bilan sera neutre pour l'hydrogène, sachant que la production d'essence et de diesel nécessite déjà des quantités phénoménales d'hydrogène pour "nettoyer" le pétrole. Ainsi, il paraît que Total est une des plus gros producteurs d'hydrogène, essentiellement pour satisfaire ses besoins de "nettoyage" du pétrole. La diminution du besoin en hydrogène pour raffiner le pétrole sera compensée par le besoin en hydrogène utilisé directement pour les piles à combustibles des véhicules.

En imaginant que les véhicules électriques se généralisent, ils ne pourront pas être rechargées instantanément par des énergies renouvelables qui sont pour une bonne part intermittentes. Il faudra donc utiliser des moyens pour stocker l'énergie excédentaire par rapport à la demande du réseau. L'hydrogène convient très bien pour stocker l'énergie. Il convient même pour le stockage saisonnier. L'hydrogène peut être stocké en été quand la production photovoltaïque est optimale pour être consommé en hiver quand cette production est nettement plus faible au nord de l'Europe. On pourrait même en arriver à stocker de l'hydrogène pour recharger des véhicules à batteries grâce à des générateurs équipés de piles à hydrogène. Mais une telle solution serait absurde. Mieux vaut miser dès maintenant sur les véhicules électriques équipés de piles à hydrogène.

J'écris "véhicule", car le raisonnement tient pour les voitures, comme pour les bus ou les camions.

Les véhicules électriques à batteries relèvent d'un modèle économique transitoire qui va permettre à des sociétés comme Tesla d'engranger des bénéfices, jusqu'à ce que les problèmes pratiques et la saturation du réseau électrique démontrent l'absurdité du modèle des voitures à batteries, ... à ceux qui ont besoin de cette démonstration. Je reviendrai au cas Tesla dans un prochain article.

Je fais partie des gens qui étaient contre le nucléaire bien avant Fukushima (2011), avant Tchernobyl (1986) et même avant Three Mile Island (1979). L'histoire nous donne raison. Il en sera de même pour les véhicules électriques à batteries qui restent complices d'un nucléaire en voie de disparition.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
Quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)
Journal — Gauche(s)
À La Défense, Jean-Luc Mélenchon veut montrer qu’il est le mieux armé à gauche
Lors de son premier meeting parisien, le candidat insoumis à la présidentielle s’est posé comme le pôle de résistance à la droite et à l’extrême droite. Il a aussi montré sa capacité de rassemblement en s’affichant aux côtés de nombreuses personnalités de gauche.
par Pauline Graulle
Journal — Europe
En Andalousie, la colère intacte des « travailleurs du métal »
Après neuf jours d’une grève générale qui a embrasé la baie de Cadix, le retour au calme semble fragile. Nombre d’ouvriers des chantiers navals ou de l’automobile n’en peuvent plus de la flambée des prix comme de la précarité du secteur. Ils se sentent abandonnés par le gouvernement – de gauche – à Madrid.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et la compagnie Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch