Nucléaire Non Merci! vs. Renouvelable Oui Merci!

L'un ne va pas sans l'autre! Les slogans de sortie du nucléaire sont utiles! Pourquoi?

Comme le disait un intervenant sur le précédent billet de ce blog:

Le soglan "sortir du nucléaire" ne propose jamais les moyens pour arriver à ce but.

C'est assez vrai, sans pour autant qu'il faille sous-estimer ou mépriser l'utilité de ces slogans et des mouvements qui les imposent.

Pour que les choses évoluent en matière énergétique, il faut deux forces d'opinions complémentaires:

celles qui poussent la généralisation des énergies renouvelables

ET

celles qui poussent l'abandon des énergies fossiles.


Lobbys privés vs. Lobbys publics

Les énergies fossiles sont défendues par des lobbys privés (actions privées et intérêts privés).

Pour affaiblir les lobbys des énergies fossiles qui sont discrets, puissants et influents, il faut une force d'opinions suffisante qui influe sur les tendances politiques et oriente les décisions. Pour stimuler cette force indispensable, il faut en quelque sorte des lobbys publics (actions publiques et intérêts publics). Et pour aider ce lobbying public et cristalliser son action, il faut des slogans porteurs et rassembleurs.

GreenPeace ou le réseau Sortir du Nucléaire sont de tels lobbys publics indispensables.

Leur rôle n'est pas d'imaginer les solutions d'énergies nouvelles, mais sans eux ces solutions ne pourront pas progresser ou progresseront trop lentement... car en matière environnementale il y a urgence.

  • On ne peut pas se permettre d'attendre d'autres Fukushima.
  • On ne peut pas se permettre d'attendre que le réchauffement climatique devienne cataclismique.

Moralité: aujourd'hui, il est indispensable que tous ceux qui ont des revenus décents soutiennent financièrement GreenPeace, le réseau Sortir du Nucléaire et/ou autres organisations similaires (celles qui œuvrent pour l'abandon des solutions fossiles et l'évitement des catastrophes planétaires qui découlent de ces solutions).

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.