Le géant pétrolier Total détient un fleuron photovoltaïque

Quand j'ai décidé de placer des panneaux photovoltaïques sur le toit de ma maison en Belgique, la plupart des vendeurs m'ont parlé de SunPower, comme étant la meilleure référence.

Quand j'ai décidé de placer des panneaux photovoltaïques sur le toit de ma maison en Belgique, la plupart des vendeurs m'ont parlé de SunPower, comme étant la meilleure référence.

On m'avait dit que SunPower était une société américaine. Je présumais que les panneaux étaient fabtriqués en Chine pour l'essentiel.

Pas tu tout! Le Nouvel Observateur (généralement trop peu bavard en matière d'environnement) révèle dans sa dernière édition (24 février, page 72-74) que SunPower qui est une société américaine mais aussi une filiale de Total qui détient les 2/3 de son capital. Si les cellules solaires sont fabriquées aux Philippines, les usines de montage sont en Californie et en France.

Ainsi donc, Total prépare sa reconversion, la transition énergétique de son business model. Avec SunPower, Total a fait un excellent choix, voire même le choix de l'excellence.

Et Total-SunPower voit déjà plus loin. Dans un précédent billet, j'évoquais Desertec, une initiative essentiellement allemande pour transformer le soleil des déserts africains en source d'énergie pour l'Afrique, mais aussi pour l'Europe à l'exportation.

L'article du Nouvel Observateur montre que Désertec n'est pas le seul projet du genre, puisque SunPower a construit la plus grande ferme photovoltaïque de la planète, dans un désert au nord de Los Angeles, de quoi alimenter un quart de million de maisons.

On ne peut que se réjouir de voir une société comme Total préparer sa reconversion, même s'il est permis de penser qu'elle ne le fera jamais assez vite par rapport au dérèglement climatique auquel elle contribue.

En particulier, on voit mal Total investir dans l'hydrogène renouvelable qui concurrence directement la production pétrolière.

A suivre...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.