Jean-Marc ADOLPHE
Journaliste, ex-directeur revue Mouvement
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 mai 2021

Nuit sanglante en Colombie

Ce dimanche 2 mai, l’armée a tiré sur les manifestants opposés à la « reforma tributaria » du président Duque, notamment à Cali, épicentre de la contestation. Des dizaines de morts, de nombreuses exactions. Malgré le retrait de la loi (ou plutôt la modification) et la démission du ministre des finances, la mobilisation s’est poursuivie.

Jean-Marc ADOLPHE
Journaliste, ex-directeur revue Mouvement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Manifestation à Bogota contre la reforma tributaria, 28 avril 2021 © Getty Images

Deux fois plus grande que la France, la Colombie est un pays magnifique, deuxième au monde en termes de biodiversité.

La Colombie est un pays meurtri par le conflit armé qui a fait, entre 1964 et 2016, 260 000 morts, 45 000 disparus et 6 millions de déplacés et constitue, selon le sous-secrétaire des Nations unies pour les questions humanitaires, « la plus grande catastrophe humanitaire de l’hémisphère occidental ». La grande majorité des assassinats ont été le fait de groupes paramilitaires, la plupart à la solde de multinationales, notamment minières (le « droit à la terre » a été la revendication première des Forces armées révolutionnaires de Colombie / FARC). Les victimes sont pour la plupart des paysans ou des leaders communautaires présentés par les militaires et les paramilitaires comme des guérilleros tués au combat. La Juridiction spéciale de paix établit en 2021 que plus de 6 400 civils ont été exécutés par l'armée entre 2002 et 2008. Depuis l’accord de paix signé le 23 juin 2016, cela n’a pas cessé : plus d’un millier de personnes (leaders dirigeants sociaux, indigènes, afro-colombiens, paysans, membres de la communauté LGBT et 64 signataires de l'accord de paix), ont encore été assassinés.  Le syndicaliste Diego Betancourt, le paysan Alfredo García, le leader communautaire Robinson Quino et la femme indigène Luz Aída Conchave ne sont que quelques-uns des militants dont la vie a été enlevée cette année. Le leader social Julián Esneider Muñoz, abattu de six balles alors qu'il quittait son domicile pour se rendre chez le coiffeur, figure également sur cette liste. Le jeune homme de 24 ans faisait partie d'un collectif de jeunes appelé "Prisonniers de l'espoir", qui vise à détourner les enfants et les adolescents de la violence et de la délinquance. En février dernier, Human Rights Watch a présenté un rapport dévastateur de 136 pages Intitulé "Leaders sans protection et communautés sans défense : assassinats de défenseurs des droits de l'homme dans les zones reculées de Colombie", il documente et détaille les cas qui se sont produits dans tout le pays au cours des cinq dernières années. L'ONG dénonce également dans son rapport "l'insuffisance" des efforts du gouvernement colombien pour prévenir ces crimes et protéger les victimes potentielles. (Lire ICI) Le président (uribiste, d’extrême-droite) Ivan Duque a cyniquement répondu à ce rapport qu’il était impossible à l’Etat colombien de protéger les leaders sociaux, environnementaux, etc., au motif que ceux-ci étaient… trop nombreux !

Des Colombiens indigènes manifestent pour demander au gouvernement de protéger leurs territoires, d'arrêter les assassinats de leaders sociaux et d'appliquer un accord de paix lors d'une réunion appelée "Minga" à Bogota, en Colombie. © REUTERS/LUISA GONZÁLEZ

La Colombie est un pays terrible : malgré une croissance solide et régulière, la Colombie (quatrième économie d'Amérique latine) figure encore parmi les quinze pays les plus inégalitaires au monde. Les 2/3 de la population y vivent sans aucune protection sociale, l’accès aux études supérieures, très cher, est réservé aux classes supérieures, etc., etc. Alors que le pays est durement touché par le Covid (avec plus de 2,8 millions de cas de Covid-19, la Colombie est le troisième pays d'Amérique latine le plus affecté après le Brésil et l'Argentine. Il se place derrière le géant brésilien et le Mexique pour le nombre de décès, plus de 72 200), le président Ivan Duque a voulu profiter de la situation pour faire passer une triple réforme qui aggraverait encore la situation des plus modestes. Réforme de la santé, réforme des retraites, et réforme fiscale « reforma tributaria »), qui augmenterait les impôts des particuliers et des entreprises et supprimerait de nombreuses exemptions, afin de récolter environ 6 milliards de dollars supplémentaires entre 2022 et 2031. C’est contre cette « reforma tributaria » que les Colombiens sont massivement descendus dans la rue, le 28 avril dernier.

En Colombie, manifestations massives contre la réforme fiscale malgré le Covid-19

La contestation a été très vive dans tout le pays, particulièrement à Cali, désormais surnommée « la capitale de la résistance » colombienne. Alors qu’une quinzaine de manifestants (au moins) y ont été tués, le président Duque a qualifié ces manifestations de « vandalisme criminel ». Dans un tweet (ensuite supprimé par Twitter), l’ex-président Alvaro Uribe demandait « le droit aux militaires et policiers d’utiliser les armes ».  Malgré ces menaces, le mouvement de protestation s’est poursuivi dans tout le pays, obligeant hier, dimanche 2 mai, le président Duque à demander le retrait (ou plutôt la modification) de la « reforma tributaria ». Les syndicats et partis d’opposition ont salué cette première victoire, tout en demandant la démission du ministre en charge de cette réforme, et l’abandon des réformes de la santé et des retraites. Dans la rue, la mobilisation s’est poursuivie, surtout à Cali, épicentre de la contestation. (https://www.facebook.com/jhon.henao.73/videos/4620163921332919)

Alors que l’ambiance était festive et pacifique, l’armée est brutalement intervenue, tirant dans la foule, pourchassant les jeunes manifestants. Nuit sanglante, dont le bilan définitif n’est pas encore établi : au moins plusieurs dizaines de morts rien qu’à Cali. Dans un message solennel posté cette nuit, le sénateur Wilson Arias (Pôle démocratique alternatif, Cali) dénonce des faits gravissimes d’assassinats, tortures d’enfants, viols, etc., commis par l’armée dans tout le pays, et en appelle à la communauté internationale.

https://www.facebook.com/WilsonAriasC/videos/844891706374016

En France, un appel est lancé à un premier rassemblement de protestation ce lundi 3 mai à 16 h, devant l’Ambassade de Colombie à Paris, 49 rue du Faubourg-Saint-Honoré.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal
Un policier pariait en ligne avec les cartes bleues de gardés à vue, le parquet veut un procès
L’enquête, ouverte après la plainte d’une jeune femme délestée de 500 euros, a permis d’identifier six victimes au sein du commissariat du Xe arrondissement de Paris. Un adjoint de sécurité, licencié depuis, a reconnu les faits. Le parquet requiert son renvoi devant le tribunal correctionnel pour « escroqueries ». 
par Cécile Hautefeuille et Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey
Billet d’édition
Pour une alimentation simple et saine sans agro-industrie
Depuis plusieurs décennies, les industries agro-alimentaires devenues des multinationales qui se placent au-dessus des lois de chaque gouvernement, n’ont eu de cesse pour vendre leurs produits de lancer des campagnes de communication aux mensonges décomplexés au plus grand mépris de la santé et du bien-être de leurs consommateurs.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart