L’insoutenable légèreté du festival d’Avignon.

Son directeur, Olivier Py, reste « optimiste » : « l’annulation n’est pas à l’ordre du jour ». La programmation sera dévoilée le 8 avril, et la billetterie ouverte à compter du 6 juin. Comme si de rien n’était.

Olivier Py et Brigitte Macron, lors de la remise au directeur du festival d’Avignon des insignes de chevalier de la légion d'honneur, février 2019 Olivier Py et Brigitte Macron, lors de la remise au directeur du festival d’Avignon des insignes de chevalier de la légion d'honneur, février 2019

L'un après l'autre, tous les prochains festivals sont annulés. Annulés, le Fringe à Édimbourg ou celui de Bayreuth, le Festival de Pâques à Aix, et., etc.
Tous ? Non. Seul contre tous, le festival d'Avignon résiste. Voici une semaine, Olivier Py, son directeur, affirmait que l’annulation du festival n’était « pas à l’ordre du jour » et affichait même son « optimisme ». La programmation doit être dévoilée en vidéo le 8 avril à 14 h. Et par mail, la direction du festival d’Avignon indique que la billetterie ouvrira le 6 juin. Comme si de rien n’était.
Quid du montage de la cour d’Honneur, qui nécessite à lui seul trois semaines ?
Quid des nombreux collèges, écoles et lycées utilisés par le festival d’Avignon, sachant que l’année scolaire est prolongée jusqu’au 3 juillet ? « On s'adaptera, ces lieux ouvriront plus tard », répond Paul Rondin, directeur délégué du Festival. Confondant !
Et quid des nombreuses compagnies qui devaient présenter des créations, et dont les répétitions se trouvent empêchées, partout dans le monde ?
Cette attitude relève, comme aurait dit Kundera, d’une insoutenable légèreté d’être.
Cette attitude est totalement irresponsable vis-à-vis des compagnies, artistes, techniciens, intermittents qui restent confinés dans l’incertitude et ne savent sur quel pied danser (sur le pont d’Avignon).

cour-dhonneur-avignon-1
Alors, quoi ?
Avançons quelques hypothèses :
- Olivier Py est persuadé que les remparts qui encerclent la cité des Papes feront obstacle à l’entrée du coronavirus.
- Ce fervent catholique espère peut-être un miracle divin qui ferait disparaître comme par enchantement maladie et confinement.
- Comme il croit aussi en la Macronie, et eu égard à sa relation privilégiée avec la Reine Brigitte, peut-être est-il est train de négocier avec l’Elysée, en contrepartie de l’annonce d’annulation du festival d’Avignon, une prolongation de son mandat de direction -qui devait s’achever à l’issue de l’édition 2020.

Allez savoir ! En attendant, on peut rire de bon cœur à la lecture du blog de Benoît Vitsé, où il imagine ce à quoi pourrait ressembler « un festival d’Avignon à huis-clos ». Magistralement drôle.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.