Jean-Marc ADOLPHE
Journaliste, ex-directeur revue Mouvement
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mars 2022

Pasolini et les migrants

Pier-Paolo Pasolini, né le 5 mars 1922 à Bologne, a 100 ans. Alors que 1,3 million de personnes ont déjà fui l'Ukraine, et que l'Europe instaure à cette occasion un « tri sélectif » des migrants, Pasolini nous rappelle qu'« il faut accepter d'infinies étendues de vies réelles, qui veulent, avec une innocente férocité, entrer dans notre réalité ».

Jean-Marc ADOLPHE
Journaliste, ex-directeur revue Mouvement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pier-Paolo Pasolini, Carnets pour une Orestie africaine (1975)

« Les vivants sont trop bien unis aux vivants
Pour que j’accepte les frontières fermées »
(Oscar Milosz, Poèmes, 1934-1982)

Selon les derniers décomptes de l’ONU (hier), 1,37 million de personnes ont déjà fui l’Ukraine depuis le début de l’invasion russe il y a dix jours.

Des réfugiés attendent des bus après avoir franchi la frontière à Medyka, en Pologne, vendredi. © Erin Schaff/The New York Times


Nous sommes dans l’intervalle où les personnes sont encore des « personnes », pas encore des migrants.
Et la solidarité s’active, comme il se doit. Avec des limites déjà, quand même.
« C’est très bien organisé ici, merci la France ! », dit Ihor Krainyk, un ouvrier du bâtiment travaillant à Londres parti récupérer en Ukraine sa femme et sa fille. Ils viennent d’arriver à Calais. Lui peut rejoindre l’Angleterre. Les douaniers britanniques ont dit niet pour sa femme et sa fille. « On s’est retrouvés là, épuisés, sans savoir où aller », dit-il.
Heureusement, Natacha Bouchart, la maire (LR) de Calais, a trouvé fissa une auberge de jeunesse pour héberger une soixantaine de réfugiés ukrainiens. Ukrainiens, cela va sans dire. Cet accueil, les migrants qui ne sont pas originaires d’Europe, dans les camps avoisinants, rêvent de profiter un jour. « C’est génial de voir tout cela se mettre en place », se réjouit François Guennoc, de l’Auberge des migrants, une coalition d’associations venant en aide aux exilés. « Mais on aimerait que tous ceux qui fuient la guerre soient traités ainsi. »

Calais, 6 mars 2022 © Laurent Prum

« Chez nous aussi, il y a la guerre, des milices », souligne Omar, 33 ans, arrivé du Darfour il y a quelques mois. « Nous aussi on voudrait aller en Angleterre, mais ici on souffre. Chaque matin la police vient nous faire déplacer nos tentes. » Madame Bouchart se réfugie (façon de parler) derrière l’argument selon lequel les Ukrainiens seraient « en situation régulière ». Forcément, ils le sont : l’Union européenne a accordé jeudi une « protection temporaire » inédite aux réfugiés fuyant la guerre en Ukraine, instaurant ainsi un droit d’asile à géométrie variable. Parmi les migrants, selon la couleur de peau, la religion, l’origine, l’Europe est donc en train d’entériner un « tri sélectif ».

De plus, tout le monde omet de préciser que parmi ces « réfugiés d’Ukraine », beaucoup ne sont pas Ukrainiens, mais Soudanais, Érythréens, Afghans, Africains, Indiens, Syriens : seront-ils renvoyés dans leur pays de dernière origine : l’Ukraine ? Vous en dites quoi, madame Bouchart ?

Juste avant la disparition des lucioles, dans La Rage, Pier-Paolo Pasolini, le disait déjà, au tout début des années 1960 :

Gens de couleur,
C’est dans l’espoir que l’homme n’a pas de couleur.

Gens de couleur, c’est dans la joie
Que l’unique couleur est la couleur de l’homme.

Gens de couleur, c’est dans la dignité
que l’homme n’a pas de couleur.

L’unique couleur de l’homme
Est dans la joie de se confronter à sa propre obscurité.

Il écrivait aussi, extra-lucide :

Un nouveau problème éclate dans le monde. Il s’appelle Couleur.
Il s’appelle Couleur, le nouvel élargissement du monde.

Il faut intégrer l’idée de milliers d’enfants noirs ou marrons, d’infans à l’œil noir et à la nuque bouclée.

Il faut accepter d'infinies étendues de vies réelles,
qui veulent, avec une innocente férocité, entrer dans notre réalité.

D'autres voix, d'autres regards, d'autres amours, d'autres danses : tout devra devenir familier et agrandir la terre !

Jean-Marc Adolphe
(article initialement publié sur le site des humanités)

A lire : Anne-Violaine Houcke, "Pasolini et la poétique du déplacement", ICI

A lire sur les humanités :
Pier-Paolo Pasolini, « Je suis vivant ». ICI
« Réfugiés d’Ukraine. Quelle honte ! ». ICI
« Le maire, le ministre et ses migrants ». ICI
« Pour rappel, ; migrer c’est un droit ». ICI
« En direct des jungles (de Grande Synthe et Calais) », portfolio Laurent Prum. ICI
« Les mots de Taj, Afghan ici réfugié ». ICI

VIDEO
Pier-Paolo Pasolini, Carnets pour une Orestie africaine (1975)

Appunti Per Un'orestiade Africana (1975) © Bruno Esposito

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur une usine à intox
Une enquête de Mediapart raconte l’une des plus grandes entreprises de manipulation de l’information intervenue en France ces dernières années. Plusieurs sites participatifs, dont Le Club de Mediapart, en ont été victimes. Au cœur de l’histoire : une société privée, Avisa Partners, qui travaille pour le compte d’États étrangers, de multinationales mais aussi d’institutions publiques.
par Fabrice Arfi, Antton Rouget, Tomas Madlenak et Lukas Diko (ICJK)
Journal — Politique
L’IVG dans la Constitution française : le revirement de la majorité
Alors que La République en marche a refusé d’inscrire le droit à l’avortement dans le marbre de la Constitution durant la précédente législature, elle opère désormais un changement de cap non sans arrière-pensée politique, mais salutaire face à la régression américaine.
par Pauline Graulle
Journal
En Pologne, Roumanie et Hongrie, le parcours du combattant des Ukrainiennes pour accéder à une IVG
Comme aux États-Unis, l’accès à l’avortement est compliqué, voire interdit en Pologne, mais aussi en Roumanie et en Hongrie. Ces pays frontaliers de l’Ukraine hébergent plusieurs centaines de milliers de réfugiées de guerre ukrainiennes sur leur sol, qui n’ont parfois pas d’autre choix que d’avorter dans un autre pays. 
par Helene Bienvenu et Marine Leduc
Journal
Tensions autour de la détention au Gabon de deux Français
Une enquête menée par une juge d’instruction française sur la détention au Gabon de deux Français, dont l’ancien directeur de cabinet du président Bongo Ondimba, provoque des remous. Les avocats des deux détenus s’inquiètent pour leur santé et dénoncent un règlement de comptes politique, mettant en cause le fils aîné du chef de l’État gabonais.
par Fanny Pigeaud

La sélection du Club

Billet de blog
Exilés morts en Méditerranée : Frontex complice d’un crime contre l’humanité
Par son adhésion aux accords de Schengen, la Suisse soutient l'agence Frontex qui interdit l'accès des pays de l'UE aux personnes en situation d'exil. Par référendum, les Helvètes doivent se prononcer le 15 mai prochain sur une forte augmentation de la contribution de la Confédération à une agence complice d'un crime contre l'humanité à l'égard des exilé-es.
par Claude Calame
Billet de blog
Frontières intérieures, morts en série et illégalités
Chacun des garçons qui s'est noyé après avoir voulu passer la frontière à la nage ou d’une autre manière dangereuse, a fait l’objet de plusieurs refoulements. Leurs camarades en témoignent.
par marie cosnay
Billet de blog
Melilla : violences aux frontières de l'Europe, de plus en plus inhumaines
C'était il y a deux jours et le comportement inhumain des autorités européennes aux portes de l'Europe reste dans beaucoup de médias passé sous silence. Vendredi 24 juin plus de 2000 personnes ont essayé de franchir les murs de Melilla, enclave espagnole au Maroc, des dizaines de personnes ont perdu la vie, tuées par les autorités ou laissées, agonisantes, mourir aux suites de leurs blessures.
par Clementine Seraut
Billet de blog
Pays basque : le corps d’un migrant retrouvé dans le fleuve frontière
Le corps d’un jeune migrant d’origine subsaharienne a été retrouvé samedi matin dans la Bidassoa, le fleuve séparant l’Espagne et la France, ont annoncé les autorités espagnoles et les pompiers français des Pyrénées-Atlantiques.
par Roland RICHA