Jean-Marc ADOLPHE
Journaliste, ex-directeur revue Mouvement
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 mars 2013

Marseille capitale culturelle ? Pas pour "l'art de vivre" !

Jean-Marc ADOLPHE
Journaliste, ex-directeur revue Mouvement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

© LCM

Marseille-Provence est "Caitale culturelle européenne".

Mais l'histoire ci-dessous est édifiante; elle montre avec quel mépris Jean-Claude Gaudin et la municipalité de Marseille traitent certains collectifs remarquables qui font vivre depuis des années une culture à la fois exigeante et de proximité. Pour cause d'engagements non respectés (qui figuraient dans le dossier de Marseille-Provence 2013), la Commission Européenne devrait illico suspendre le versement des subventions allouées à Marseille-Provence 2013 !

Jeean-Marc Adolphe, rédacteur en chef de Mouvement

APPEL A SOUTIEN POUR EMPÊCHER L'EXPULSION DES PAS PERDUS ET DE L'ART DE VIVRE DU COMPTOIR DE LA VICTORINE
Après cinq ans de tentatives amiables, nous avons été contraints de suspendre depuis un an le versement des loyers, afin d'obtenir de la Ville de Marseille, notre propriétaire, les travaux de réparation et de mise en conformité indispensables au bon déroulement de nos activités.
Par un courrier en date du 25 février 2013, les services du Patrimoine de la Ville de Marseille nous ont signifié la résiliation de notre bail et nous enjoignent de libérer les locaux que nous occupons au Comptoir de la Victorine sous un mois.
Cette injonction fait suite au non règlement d’un commandement de payer correspondant à un an et un trimestre (en cours) de loyer pour les deux structures.
Rappelons-nous !
Le 14 décembre 2006, le jour même de l’annonce de la candidature de la Ville comme Capitale européenne de la Culture 2013, Monsieur le Maire, Jean-Claude Gaudin, annonçait le rachat du Comptoir Toussaint-Victorine par la Ville de Marseille. Une délibération du Conseil municipal en date du 1er octobre 2007 entérinait l’engagement de la Ville et réaffirmait la nécessité d’accompagner l’acquisition de travaux d’urgence « afin de permettre aux artistes de poursuivre leurs activités sur le site ». En février 2008, la Mairie en faisait l'acquisition.
Depuis cinq ans nos structures alertent régulièrement les services du Patrimoine et de la Culture sur les réparations indispensables à la sécurité et au bon déroulement de nos activités, sur l' urgence de travaux de mise en conformité des locaux.
Depuis cinq ans aucune initiative sérieuse n'a été prise par ces services pour répondre à ces demandes essentielles.
D’autres résidents du bâtiment ont rencontré et dénoncé les mêmes difficultés. Des démarches collectives ont été entreprises : constat d’huissier, demande de rendez-vous avec les services de la Ville, signalement systématiques des actes de vandalisme et des dégradations, déclarations de sinistres aux assurances, demande d’interventions, demande de travaux d’urgence et de mise en conformité, etc…
Depuis cinq ans nos très nombreuses démarches sont invariablement restées sans réponses significatives.
Nous sommes des structures artistiques et entreprises du spectacle responsables. Nous avons à cœur le respect des règlementations et souhaitons sur ce point être irréprochables.
Mais dans quelle situation sommes-nous mis, quand il y a cinq ans, nous était annoncé que nous n'avions pas l'autorisation d'accueillir plus de 19 personnes dans nos locaux (1350 m2 d'espaces pluridisciplinaires), toutes structures confondues - sans que cette interdiction ne soit accompagnée de mesures qui permettraient d'organiser nos activités conformément aux règles de sécurité ?
Depuis cinq ans, de fait, nous sommes contraints de travailler dans des conditions déplorables et inadaptées, qui entravent le développement de nos activités.
Nous n'avons eu d’autres choix pour attirer l'attention de la Ville de Marseille que de suspendre collectivement, depuis un an, le paiement des loyers, provisionnant ceux-ci en vue d'un règlement ultérieur. Nous avons bien conscience que cette forme d’action n’est pas une solution ; elle est à ce jour la seule que nous ayons trouvée.
Aujourd’hui, l'unique réponse de la Ville de Marseille à cette situation, est la menace d'engager une procédure d’expulsion immédiate à l'encontre de deux structures artistiques, par ailleurs soutenues par l’Etat et l’ensemble des collectivités territoriales pour leurs activités dans le domaine du spectacle vivant, de la musique et des arts plastiques au Comptoir de la Victorine.
Cette menace d’expulsion intervient
- sans qu’aucune recherche de conciliation n’ait été engagée par la Ville de Marseille
- sans qu’aucuns travaux d’entretien ou de mise aux normes significatifs n’aient été effectués depuis l’acquisition des bâtiments
- sans que les obligations incombant au bailleur ne soient respectées

Cette expulsion reviendrait pour la ville à provoquer l'arrêt brutal des activités des Pas Perdus et de L’Art de Vivre et à mettre en cause l'existence même de ces deux entreprises.
Elle constituerait une entrave à l’activité de très nombreuses structures culturelles de Marseille accueillies de façon régulières dans les locaux du Comptoir de la Victorine.
Aidez-nous à l'empêcher !
Aidez-nous à ce que de toute urgence des travaux de réparation et de mise en conformité soient engagés !
Aidez -nous à ce que le Comptoir Toussaint-Victorine devienne un lieu digne des résidents qui l'occupent, digne du quartier dans lequel il se trouve et de ses habitants !

Le Comptoir de la Victorine - 10 rue Sainte Victorine, 13 003 MARSEILLE
Les Pas Perdus - 04 91 50 07 38 - lespasperdus@wanadoo.fr
L'Art de Vivre - 04 91 64 31 04 - lartdevivre@free.fr

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
À LREM, des carences systématiques
Darmanin, Hulot, Abad : depuis 2017, le parti d’Emmanuel Macron a ignoré les accusations de violences sexuelles visant des personnalités de la majorité. Plusieurs cas à l’Assemblée l’ont illustré ces dernières années, notamment au groupe, un temps présidé par Gilles Le Gendre. 
par Lénaïg Bredoux, Antton Rouget et Ellen Salvi
Journal
Total persiste et signe pour le chaos climatique
Dans une salle presque vide à la suite du blocage de son accès par des activistes climatiques, l’assemblée générale de Total a massivement voté ce 25 mai pour un pseudo-plan « climat » qui poursuit les projets d’expansion pétro-gazière de la multinationale.
par Mickaël Correia
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelque mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet
Journal — France
Le candidat Gérald Dahan sait aussi imiter les arnaqueurs
Candidat Nupes aux législatives en Charente-Maritime, l’humoriste a été condamné en 2019 par les prud’hommes à verser plus de 27 000 euros à un groupe de musiciens, selon les informations de Mediapart. D’autres artistes et partenaires lui réclament, sans succès et depuis plusieurs années, le remboursement de dettes.
par Sarah Brethes et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Portrait du ministre en homme fort (ou pas)
Le nom de Damien Abad m'était familier, probablement parce que j'avais suivi de près la campagne présidentielle de 2017. Je n'ai pas été surprise en voyant sa photo dans la presse, j'ai reconnu son cou massif, ses épaules carrées et ses lunettes. À part ça, je ne voyais pas trop qui il était, quelles étaient ses « domaines de compétences » ou ses positions politiques.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Violences faites aux femmes : une violence politique
Les révélations de Mediapart relatives au signalement pour violences sexuelles dont fait l'objet Damien Abad reflètent, une fois de plus, le fossé existant entre les actes et les discours en matière de combat contre les violences sexuelles dont les femmes sont victimes, pourtant érigé « grande cause nationale » par Emmanuel Macron lors du quinquennat précédent.
par collectif Chronik
Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
[Rediffusion] Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Amber Heard et le remake du mythe de la Méduse
Depuis son ouverture le 11 avril 2022 devant le Tribunal du Comté de Fairfax en Virginie (USA), la bataille judiciaire longue et mouvementée qui oppose Amber Heard et Johnny Depp divise l'opinion et questionne notre société sur les notions fondamentales de genre. La fin des débats est proche.
par Préparez-vous pour la bagarre