Ça suit son cours…

Le Cours des choses, média transversatile des jours à venir.

La photographe Ellie Davies trace des chemins dans la forêt anglaise à l’aide de différents matériaux. La photographe Ellie Davies trace des chemins dans la forêt anglaise à l’aide de différents matériaux.
Dominique Vernis- Le 24 avril 2018 vous avez annoncé le lancement prochain d'un média transversatile, Le Cours des choses. Savez-vous où vous allez avec ce projet ?

JMA - Non, mais nous y allons. Si nous savions d'avance où nous allons, ce n'aurait quasiment aucun intérêt. Ou alors nous prendrions un autre chemin, davantage balisé. Mais « tout chemin est une déviation » (Roberto Juarroz), et chacun.e sait depuis des lustres que el camino se hace caminando.

DV - Vous parlez soudain espagnol. Ce Cours des choses sera plurilingue ?

JMA - En effet, au risque de rencontrer des langues oubliées ou de découvrir des langues encore inconnues. De toute façon, « tout homme (ou toute femme) a besoin qu'on lui parle dans une langue étrangère » (Octavio Paz).

 

DV - Au début de cette interviou, vous disiez "Je". Maintenant vous dites "nous". Le Cours des choses, est-ce un projet personnel ou collectif ? Qui le porte exactement ?

JMA - C'est un projet personnellement collectif, et collectivement personnel. Disons que j'en ai été le premier "auteur", j'assume ! Mais ensuite, comme disaient les Précaires associés, qui furent en 2002-2003 à l'origine du mouvement des intermittents, « tout seul je ne suis pas assez nombreux ». En associant nos précarités (ces révoltantes précarités auquel l'immonde contemporain condamne de plus en plus d'humain.e.s), nous pouvons créer pas mal de richesses.

Aujourd'hui, personne ne porte ce projet ; l'immonde contemporain est farci de « porteurs de projets » qui répondent à des « appels d'offres » qui n'ont pour seule finalité que de faire tourner la roue d'un système clos qui nous prend pour des cobayes-hamsters. Alors, on tourne, mais de hamsters, on finit par tourner bourrique !

Ou alors disons qu'au début vous "portez" un projet, comme vous portez un enfant (à titre personnel, je n'ai connu cette expérience que par délégation), et un jour, l'enfant se porte tout seul, heureusement.
Depuis l'annonce de la création du Cours des choses, un peuple a commencé à se former. Nous serons bientôt en mesure de faire savoir comment ce projet va s'autogérer, qui fera partie du collège de directions et du conseil d'admirations, quel.le.s en seront les premiers colportant.e.s, ambassadeur.drices, etc.

DV - Mais à titre personnel, puisque vous assumez en être le premier auteur, combien de temps vous a-t-il été nécessaire pour concevoir ce projet ?

JMA - Au moins 36 ans... Pardon d'avoir été aussi long, j'ai pas mal flâné en route. Cela avait sans doute commencé avant, mais ça a commencé ce jour de 1982, à Montpellier, au micro d'une radio libre, L'Echo des Garrigues, lorsqu'une danseuse-chorégraphe (Jackie Taffanel, que je remercie ici, m'a mis en tête ces mots de Joë Bousquet : « Auras-tu le courage d'être jusqu'au bout la poésie qui te concerne ? »

DV - La prochaine fois, nous évoquerons plus précisément ce qui constituera Le Cours des choses, ce qu'on pourra y trouver. Mais dans l'immédiat, pour que ce projet voie le jour, a été lancée une cagnotte participative. Votre ministre des cordons boursiers, Fleur Luxembourg, a publié un communiqué dans lequel elle confie que seuls 4% de l'objectif initial ont été atteints à ce jour...

JMA - Beaucoup plus : 4,3% ! Ce n'est pas bezef, mais on ne va pas se décourager pour si peu. Et les choses ont un peu bougé depuis, m'a dit ce matin Fleur Luxembourg (qui est l'arrière-petite fille de Rosa). Donc, j'ai une mauvaise nouvelle pour les pisse-froid, les fatalistes et les résigné.e.s, les avaleurs.ses de couleuvres et les entrepreneurs.euses culturel.les, les manageur.euses de néant et les imbu.e.s d'eux-mêmes. Bien sûr, on continue. Ce qui doit arriver ne saurait manquer...

RAPPEL //// Comment soutenir dès maintenant le lancement (septembre 2018) du Cours des choses :

Souscriptions PayPal (à partir de 1 €) https://www.paypal.com/pools/c/83P61xKvwx

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.