Jean-Marc ADOLPHE
Journaliste, ex-directeur revue Mouvement
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 janv. 2022

Chili : un gouvernement d’audace et d’équilibres

Pour Gabriel Boric, le jeune président de gauche élu le 19 décembre dernier, et qui entrera en fonction le 11 mars 2022, le plus dur commence. Il va falloir composer ! Il vient d’annoncer la composition de son gouvernement, majoritairement féminin. En son sein, 3 ministres communistes, 2 socialistes, 1 écologiste et beaucoup d'indépendants... dont l'ex-président de la Banque centrale du Chili.

Jean-Marc ADOLPHE
Journaliste, ex-directeur revue Mouvement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Majoritairement féminin, le gouvernement chilien sur le perron du Musée d'Histoire Naturelle du Chili, le 21 janvier 2022. (Capture d'écran)

Édifié en 1830 au sein du Parc Quinta Normal à Stantiago par le naturaliste français Claude Gay (à qui l’on doit les premières études complètes sur la flore, la faune, la géologie et la géographie du Chili), le Musée National d’Histoire Naturelle du Chili est connu de tous les Chiliens. C’est depuis ce lieu emblématique que Gabriel Boric le jeune Président de gauche élu le 19 décembre dernier (et qui entrera en fonction le 11 mars 2022) a annoncé, ce 21 janvier à 9 heures (au Chili) la composition de son gouvernement.

Audace et équilibres sont au rendez-vous. Audace : on annonçait une équipe paritaire. Elle est bien plus que cela : 14 femmes, 10 hommes. Les femmes héritent de certains postes-clé, à commencer à Izkia Siches (qui fut la directrice de campagne de Boric), 35 ans , ministre de de l’Intérieur; Maya Fernández Allende, 50 ans, à la Défense, ou encore Marcela Ríos à la Justice.

Comme attendu, ce gouvernement est intergénérationnel. Moyenne d’âge : 49 ans. Le plus âgé est Carlos Montes Cisternas, 75 ans, membre du parti socialiste, ministre du Logement. La benjamine : Camila Valllejo, 33 ans, secrétaire générale du gouvernement, communiste. Un écologiste de 57 ans, Esteban Valenzuela, est à la tête du ministère de l’Agriculture. La Culture revient à l’anthropologue Julieta Brosky, 38 ans, membre de Convergence sociale, le parti de Gabriel Boric, qui est, logiquement, le plus représenté. Aucune force politique de gauche n’a été oubliée : Parti communiste (qui hérite notamment du ministère du Travail), Parti socialiste, Parti libéral, Parti libéral, Parti radical, Parti Communes, Révolution démocratique, mais le gouvernement compte aussi de nombreux indépendants.

Gabriel Boric se savait attendu (au tournant) par les milieux économiques et financiers. La plus grosse surprise vient de la nomination au ministère du Budget de Mario Marcel, 63 ans, qui était jusqu’alors président de la Banque centrale du Chili. Proche du Parti socialiste, il est issu d’une famille espagnole qui a fui le franquisme. Son nom avait été évoqué en 2006 comme possible ministre du Budget de Michelle Bachelet. Il connaît bien la France pour y avoir travaillé de 2011 à 2014, au sein de l’OCDE, comme responsable du développement territorial.

Mario Marcel quitte la présidence de la Banque centrale du Chili pour devenir ministre du Budget.

Pour Gabriel Boric, c’est maintenant que le plus dur commence. La tâche qui attend ce gouvernement n’est pas mince : s’attaquer aux inégalités sociales, améliorer le système de santé publique, réformer le système éducatif qui contraint les étudiants à s’endetter, rendre leur dignité à une majorité de retraités qui, dans le système privé actuel, reçoivent des paiements mensuels inférieurs au salaire minimum, etc.

Toutes ces réformes devront être conduites alors que, du fait de la pandémie, le déficit budgétaire chilien s’est accru et atteint désormais plus de 7 % du PIB.

Pour l’économiste Stephany Griffith-Jones (nièce de Franz Kafka, elle est née à Prague mais a fait ses études au Chili), qui a fait partie de l’équipe de conseillers de Boric pendant sa campagne (lire entretien sur Mediapart), les objectifs contenus dans le programme de Boric sont toutefois réalisables dans la mesure où ils sont progressifs, et qu’ils peuvent être financés par un certain nombre de réformes fiscales : lutte contre la fraude et l'évasion fiscales (qui représentent à elles seules 7 % du PIB, soit le double de la moyenne des pays de l'OCDE), introduction d'un impôt sur la fortune, augmentation de la redevance imposée aux grands projets d'extraction de cuivre, suppression des exonérations fiscales et modification de l'impôt sur le revenu.

« Certaines mesures, telle que l’élimination des dettes étudiantes, ne posent pas de gros problème budgétaire », estime Stephany Griffith-Jones. « En revanche, d'autres mesures, telles que l'accès universel aux soins de santé ou l'amélioration des retraites, nécessitent des ressources importantes et devront donc être financées par l’impôt. » Mais il y a de la marge : comme l’indique Nicolás Grau, professeur d'économie à l'université du Chili et membre de l'équipe de campagne de Boric, les données de l'OCDE confirment qu’au Chili, la charge fiscale est exceptionnellement faible pour une économie à ce niveau de développement. Elle ne représente que 20,9% du PIB, en dessous des 34,7% estimés pour l'Espagne en 2019 et des 28,6% en Argentine. Quant aux dépenses de sécurité sociale, signe de l’ultralibéralisme introduit par les années Pinochet, elles ne représentent que 1,5 % du PIB, contre 5,7% en Argentine et 12,3% en Espagne.

D’autre part, les ressources budgétaires de l’État devraient bénéficier des besoins croissants en cuivre (dont le Chili est le premier producteur mondial), fortement demandé pour la rénovation énergétique. Reste le cas du lithium (Lire ICI). Le programme de Boric prévoit la nationalisation de cette ressource, elle aussi en forte demande, et la régulation de son extraction.

Avant de clore son mandat, le président sortant Sebastián Piñera a tenté de confier à la hussarde de nouvelles concessions minières à quelques multinationales, notamment chinoise et russe. Mais sitôt l'annonce de l'appel d'offres, des députés ont déposé une plainte auprès du bureau du contrôleur général pour demander que la décision soit annulée. Quelques heures plus tard, le pouvoir judiciaire a annoncé que la Cour d'appel de Copiapó avait ordonné la suspension de l'appel d'offres.

Gabriel Boric sait cependant qu’il devra compter avec les milieux des affaires et de la finance. Or, selon El Mostrador, le jeune président de gauche « commence à séduire les entrepreneurs ». Convaincre le fonds de pension AFP Habitat, très important au Chili, est une autre paire de manches.

Quelle marge de manœuvre politique ? A la Chambre des Députés, la coalition Apruebo Dignidad (qui a porté la candidature de Gabriel Boric à l’élection présidentielle, et qui inclut le Parti communiste) n’est pas majoritaire, avec 37 sièges sur 155. A minima, les 37 voix du Nouveau Pacte social (Parti socialiste et centre gauche), les 3 voix de Dignidad ahora (centre gauche) et les 2 voix du Parti écologiste seront nécessaires pour voter les lois et réformes les plus emblématiques de Gabriel Boric.

Mais l’opposition de droite pourrait être plus modérée que prévu, et au Parlement, il n’est pas exclu que certain.e.s député.e.s de centre droit joignent également leurs voix. Très habilement, avant d’entrer en fonction, Gabriel Boric a reçu pendant plus d'une heure les leaders des partis de droite et centre droit de la coalition Chile Vamos. Au sortir de cette réunion, ceux-ci se sont engagés à faire preuve d’un « esprit constructif » (Lire ICI).

A priori, donc, pas d’obstruction systématique. La droite se déclare même disposée à une solution concertée pour mettre fin à la violence dans la région d’Araucanía, actuellement militarisée (vives oppositions avec la communauté Mapuche). La droite devrait en revanche s’opposer à la loi d’amnistie pour les 211 « prisonniers politiques » condamnés et incarcérés pendant les manifestations qui ont eu lieu entre octobre 2019 et mars 2020.

Or, pour Gabriel Boric, c’est un point essentiel. Paradoxalement, les embûches ne viendront peut-être pas tant de la droite que de l’extrême-gauche, dont la revendication principale est précisément l’amnistie pour ces « prisonniers de la révolte » (“Libertad a los presos de la revuelta”). Mais ce n’est pas le seul point de friction avec certains milieux gauchistes et/ou anarchistes qui ne voient en Boric qu’un pâle socio-démocrate, ricanent déjà de l’entrée au gouvernement de l’ex-président de la Banque centrale, qui rejettent y compris le processus de l’Assemblée constituante au nom d’un esprit radicalement anti-système, et veulent tout, tout de suite. Sinon rien.

Jean-Marc Adolphe

PS : Le dernier acte de Gabriel Boric avant d’annoncer la composition de son gouvernement aura été de rendre visite à Jacques Chonchol, 95 ans, qui fut ministre de l’Agriculture sous la présidence de Salvador Allende et à ce titre, chargé de mettre en place la réforme agraire.

Gabriel Boric avec Jacques Chonchol (compte Twitter de Gabriel Boric)

Cet article a été initialement publié sur le site des humanités.

Annonce du gouvernement de Gabriel Boric, le 21/01/22 (vidéo)

Annonce du gouvernement de Gabriel Boric, 21/01/22 © Gabriel Boric Font

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Exécutif
Une seule surprise, Pap Ndiaye à l'Éducation
Après vingt-six jours d’attente, Emmanuel Macron a nommé les vingt-sept membres du premier gouvernement d’Élisabeth Borne. Un casting gouvernemental marqué par sa continuité et toujours ancré à droite. La nomination de l’historien Pap Ndiaye à l’Éducation nationale y fait presque figure d’anomalie.
par Ilyes Ramdani
Journal — Gauche(s)
Union de la gauche : un programme pour mettre fin au présidentialisme
Jean-Luc Mélenchon et ses alliés de gauche et écologistes ont présenté le 19 mai leur programme partagé pour les élections législatives, 650 mesures qui jettent les bases d’un hypothétique gouvernement, avec l’ambition de « revivifier le rôle du Parlement ». 
par Mathieu Dejean
Journal
Écologie politique : ce qui a changé en 2022
Les élections nationales ont mis à l’épreuve la stratégie d’autonomie des écologistes vis-à-vis de la « vieille gauche ». Quel dispositif pour la bifurcation écologique, comment convaincre l'électorat : un débat entre David Cormand, Maxime Combes et Claire Lejeune.  
par Mathieu Dejean et Fabien Escalona
Journal — France
À Romainville, un site industriel laissé à la spéculation par la Caisse des dépôts
Biocitech, site historique de l’industrie pharmaceutique, a été revendu avec une plus-value pharaonique dans des conditions étranges par un promoteur et la Caisse des dépôts. Et sans aucune concertation avec des élus locaux, qui avaient pourtant des projets de réindustrialisation. 
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Marche contre Monsanto-Bayer : face au système agrochimique, cultivons un autre monde !
« Un autre monde est possible, et il est déjà en germe. » Afin de continuer le combat contre les multinationales de l’agrochimie « qui empoisonnent nos terres et nos corps », un ensemble d'activistes et d'associations appellent à une dixième marche contre Monsanto le samedi 21 mai 2022, « déterminé·es à promouvoir un autre modèle agricole et alimentaire, écologique, respectueux du vivant et juste socialement pour les paysan·nes et l'ensemble de la population ». 
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Rapport Meadows 9 : la crise annoncée des matières premières
La fabrication de nos objets « high tech » nécessite de plus en plus de ressources minières rares, qu'il faudra extraire avec de moins en moins d'énergie disponible, comme nous l'a rappelé le précédent entretien avec Matthieu Auzanneau. Aujourd'hui, c'est Philippe Bihouix, un expert des questions minières, qui répond aux questions d'Audrey Boehly.
par Pierre Sassier
Billet de blog
Reculer les limites écologiques de la croissance… ou celles du déni ?
« À partir d’un exemple, vous montrerez que l’innovation peut aider à reculer les limites écologiques de la croissance ». L' Atécopol et Enseignant·es pour la planète analysent ce sujet du bac SES, qui montre l’inadéquation de l’enseignement des crises environnementales, et les biais de programmes empêchant de penser la sobriété et la sortie d’un modèle croissantiste et productiviste.
par Atelier d'Ecologie Politique de Toulouse
Billet de blog
L'effondrement de l'écologie de marché
Pourquoi ce hiatus entre la prise de conscience (trop lente mais réelle tout de même) de la nécessité d’une transformation écologique du modèle productif et consumériste et la perte de vitesse de l’écologie politique façon EELV ?
par jmharribey