Jean-Marc ADOLPHE
Journaliste, ex-directeur revue Mouvement
Abonné·e de Mediapart

156 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 févr. 2022

Jean-Marc ADOLPHE
Journaliste, ex-directeur revue Mouvement
Abonné·e de Mediapart

Jean-Louis Bourlanges est-il nazi ?

Pour le Président de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, les migrants non-ukrainiens seraient en quelque sorte des "sous-hommes". Jean-Louis Bourlanges doit être sur le champ démis de ses fonctions.

Jean-Marc ADOLPHE
Journaliste, ex-directeur revue Mouvement
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jean-Louis Bourlanges, au micro d'Europe 1, le 26 février 2022

Alors que de premiers réfugiés fuyaient l'Ukraine attaquée par les troupes russes, hier, samedi 26 février, M. Jean-Louis Bourlanges déclarait au micro d'Europe1 : « Ce seront des intellectuels, et pas seulement, mais on aura une immigration de grande qualité dont on pourra tirer profit ».

Ces propos ne sont pas seulement choquants ("tirer profit"). Ils sont absolument scandaleux.
Une immigration "de grande qualité". C'est-à-dire que d'autres immigrations, venues de Syrie ou d'ailleurs, seraient de qualité moindre. En d'autres termes : des sous-hommes. L'expression "sous-homme" a été utilisée pour la première fois en 1922 par l'auteur américain et membre du Ku Klux Klan Lothrop Stoddard dans le titre de son livre "The Revolt Against Civilization: The Menace of the Under-man" (en français : "La révolte contre la civilisation : la menace du sous-homme"). Stoddard désigne ainsi ceux qu'il juge incapables de fonctionner dans la civilisation, qu'il attribue généralement (mais en partie seulement) à des causes raciales. Le terme a ensuite été adopté par les nazis à partir de la traduction allemande de ce livre, Untermensch (pluriel : Untermenschen), pour décrire des « êtres inférieurs » non aryens.

Donc : Jean-Louis Bourlanges est-il nazi ?
Jean-Louis Bourlanges n'est pas n'importe qui. Né à Neuilly-sur-Seine en 1946, il est député des Hauts-de-Seine depuis 2017. Membre du MoDem, proche d'Emmanuel Macron, il est présentement Président de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale. A ce titre, ses propos ne sont pas seulement plus-que-zemmouriens, ils sont inadmissibles. Il est apparemment nécessaire de rappeler à M. Bourlanges l'article 1er de la Déclaration des Droits de l'homme et du citoyen qui stipule que "les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l'utilité commune".
Il faut encore lui rappeler les trois premiers articles de la Déclaration universelle des Droits de l'homme et du citoyen :

"Article 1
Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Ils sont doués de raison et de conscience et doivent agir les uns envers les autres dans un esprit de fraternité.

Article 2
1. Chacun peut se prévaloir de tous les droits et de toutes les libertés proclamés dans la présente Déclaration, sans distinction aucune, notamment de race, de couleur, de sexe, de langue, de religion, d'opinion politique ou de toute autre opinion, d'origine nationale ou sociale, de fortune, de naissance ou de toute autre situation.
2. De plus, il ne sera fait aucune distinction fondée sur le statut politique, juridique ou international du pays ou du territoire dont une personne est ressortissante, que ce pays ou territoire soit indépendant, sous tutelle, non autonome ou soumis à une limitation quelconque de souveraineté.

Article 3
Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne."

Nul migrant, nul réfugié, ne saurait être de moindre qualité que tel ou tel autre. Monsieur Bourlanges, s'il vous reste encore un soupçon de dignité, ayez la décence de vous retirer de votre charge. Nous ne saurions davantage "tirer profit" de vos élucubrations nauséabondes.
Et si vous ne parvenez seul à prendre cette décision, que les parlementaires de notre République française, gravement souillée par vos propos, aient le courage et la lucidité de vous dessaisir sur le champ de vos fonctions Président de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale. Vous êtes indigne de parler au nom de notre pays, indigne d'incarner un tant soit peu la "représentation nationale".

Jean-Marc Adolphe, rédacteur en chef des humanités
www.leshumanites.org

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Amériques
Pour Washington, la France est un allié énervant mais indispensable
Si la Chine reste la priorité des États-Unis, l’administration Biden a besoin d’une relation transatlantique forte et d’une Europe unie. La guerre en Ukraine sera ainsi au programme de la visite d’État d’Emmanuel Macron à Washington, qui débute mercredi 30 novembre.
par Maya Kandel
Journal
Entre les États-Unis et l’Europe, l’ombre d’une guerre commerciale
L’adoption d’un programme de 369 milliards de dollars par le gouvernement américain, destiné à attirer tous les groupes sur son territoire, fait craindre une désindustrialisation massive en Europe. Les Européens se divisent sur la façon d’y répondre. 
par Martine Orange
Journal — Justice
« Après Perdriau maître chanteur, voici Perdriau maître censeur »
Un nouveau conseil municipal sous tension s’est tenu lundi à Saint-Étienne, dix jours après la censure préalable d’un article de Mediapart. Les appels à la démission du maire se sont multipliés, à l’intérieur comme à l’extérieur de l’hôtel de ville. Inflexible, Gaël Perdriau a déclaré qu’il ne démissionnera pas, même s’il est mis en examen. 
par Mathieu Martinière (We Report)
Journal — Services publics
« RER régionaux » : une annonce qui masque la débâcle des transports publics
En lançant soudainement l’idée de créer des réseaux de trains express dans dix métropoles françaises, Emmanuel Macron espère détourner l’attention du délabrement déjà bien avancé de la SNCF et de la RATP, et du sous-investissement chronique de l’État.
par Dan Israel et Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
Témoignage d'une amie Iranienne sur la révolution en Iran
Témoignage brut d'une amie Iranienne avec qui j'étais lorsque la révolution a débuté en Iran. Ses mots ont été prononcés 4 jours après l'assassinat de Masha Amini, jeune femme Kurde de 22 ans tuée par la police des moeurs car elle ne portait pas bien son hijab.
par maelissma
Billet de blog
Lettre d'Iraniens aux Européens : « la solidarité doit s'accompagner de gestes concrets »
« Mesdames et messieurs, ne laissez pas échouer un soulèvement d’une telle hardiesse, légitimité et ampleur. Nous vous demandons de ne pas laisser seul, en ces temps difficiles, un peuple cultivé et épris de paix. » Dans une lettre aux dirigeants européens, un collectif d'universitaires, artistes et journalistes iraniens demandent que la solidarité de l'Europe « s'accompagne de gestes concrets, faute de quoi la République islamique risque de durcir encore plus la répression ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Révolution kurde en Iran ? Genèse d’un mouvement révolutionnaire
Retour sur la révolte en Iran et surtout au Rojhelat (Kurdistan de l’Est, Ouest de l’Iran) qui a initié le mouvement et qui est réprimé violemment par le régime iranien dernièrement (plus de 40 morts en quelques jours). Pourquoi ? Voici les faits.
par Front de Libération Décolonial
Billet de blog
Dieu Arc-en-Ciel
« Au nom du Dieu Arc-en-ciel ». C'est ainsi que Kian Pirfalak (10 ans) commençait sa vidéo devenue virale depuis sa mort, où il montrait son invention. Tué à Izeh par les forces du régime le 16 Novembre. Sa mère a dû faire du porte-à-porte pour rassembler assez de glaçons et conserver ainsi la dépouille de son fils à la maison pour ne pas que son corps soit volé par les forces de l’ordre à la morgue.
par moineau persan