Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

10962 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 janv. 2022

Nanterre inquiète le Ministère

Maintenant que le renforcement de la sélection à l'entrée au master est un mauvais coup remis après les élections, le ministère comprend mal, pour ne pas dire plus, que Lambony s'acharne contre les sans facs et les syndicalistes étudiants, ne faisant ainsi que contribuer à atiser le feu d'une révolte de la jeunesse, dans un contexte social inflamable, et en plus électoral...

Jean-Marc B
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

« Nous craignons le pire, en pleine campagne électorale » confie un conseiller de Vidal. Il est ces jours-ci en effet beaucoup question de Nanterre au Ministère, et on imagine donc plus haut dans le ciel…

La raison en est simple: depuis près de trois mois, des jeunes sans facs occupent avec l’appui très actif de l’UNEF et d’un nombre croissant de soutiens une partie du bâtiment administratif de Paris-Nanterre. Ils demandent que 21 d’entre eux soient inscrits à Nanterre, en licence pour les bacheliers et en master pour ceux qui ont déjà passé leur licence à Nanterre. 

Le président de l’Université Paris-Nanterre, M.Gervais-Lambony, avait bien avant Noel l’appui, sinon même la « recommandation » du ministère pour refuser leur inscription. Il fallait, comme l’a écrit la responsable de la principale UFR (Droit et Sciences Politiques) infliger un défaite à l’UNEF, sous entendu même criminaliser au besoin les syndicalistes élus, pour préparer la mise en place d’un Parcoursup à l’entrée au master. Même au prix

de coupures du chauffage et électricité, de fenêtres vissées, de propos misogynes et homophobes, et de violences des vigiles ici,  ou ici, ou encore ici , de représentantes et élues syndicales suivies jusqu’à dans leurs partiels, de menaces à peine voilées, d’ entraves à la liberté de circulation des syndicalistes étudiants , d’entrave à la liberté d’expression jusque dans l’enceinte de l'université et jusque dans les amphis

Mais le Ministère estime que la situation a changé. C’est vrai sur trois points essentiels:

  1. face à l’agitation à Nanterre et bien au delà, le projet de sélection renforcée à l’entrée au master a été abandonné. Comme pour la réforme des retraites, ce n’est pas le moment en pleine campagne électorale. Les mauvais coup se portent après, pas avant les élections.
  2. le mouvement des sans-facs à Nanterre ne cesse de recevoir de nouveaux soutiens dans le département, la région, et nationalement, syndicaux, politiques et associatifs. Et ce mouvement très populaire, profitant des déclarations de Macron contre la gratuité de l’enseignement, prépare pour jeudi, avec des soutiens de poids, un meeting comme Nanterre n’en a pas connu depuis très longtemps, sur le thème « De la lutte des sans facs à la grève nationale ». 
  3. pire, la grève nationale, après le coup de semonce de la grève massive de la semaine passée, c’est ce que redoutent le plus Vidal, Blanquer, et Jupiter.

En effet, quiconque a étudié l’histoire contemporaine de la France, sait que Nanterre n’a été qu’une étincelle dans la poudrière qu’était devenue la France en 1968. Tout ouvrage d’historien sérieux rend compte d’un contexte politique, économique et social qui faisait de la France une poudrière au début de 1968. Il suffit de lire le dernier paru, de grande valeur, publié par Ludivine Bantigny (« 1968: de grand soirs en petits matin ») ou de lire les premiers billets de ma série « 1968 » disponible en ligne.

Or la mobilisation des enseignants et parents d’élèves se situe dans un contexte de luttes politiques et sociales explosif. Le tableau le plus fidèle et complet de ce contexte se trouve dans cette longue analyse que vient de publier Jacques Chastaing: « La grève des enseignants ouvre une nouvelle étape dans la crise du régime ».

Dans ces conditions, on s’explique mal au Ministère l’entêtement de Gervais-Lambony à ne pas mettre un terme à la mobilisation des sans facs appuyés par l’UNEF. Inscrire 21 étudiants, c’est une paille pour une université de 32 000 étudiants, alors même qu’un nombre dix fois supérieur d’inscrits ont déjà décroché, comme tous les ans à cette date. On souhaiterait au Ministère que M. Gervais-Lambony et la petite cour corporatiste qui le soutient encore ne soient pas l’allumette irresponsable qui mettrait le feu et un terme à la campagne électorale de Jupiter, avant même qu’elle ne commence vraiment. Sans parler d’une grève générale qui pourrait mettre un terme au monde de Jupiter…

En complément tous les jours la rubrique Jeunesse/Education de la Revue de Presse Emancipation!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le documentaire « Media Crash » de retour sur Mediapart
Après quelque 150 projections-débats dans des cinémas partout en France, « Media Crash » est désormais disponible sur Mediapart, avec des bonus. Le film a suscité l’inquiétude des dizaines de milliers de spectateurs qui l’ont déjà vu, face à la mainmise sur l’information de quelques propriétaires milliardaires, aux censures qu’il révèle et à la fin annoncée de la redevance.
par Valentine Oberti et Luc Hermann (Premières lignes)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Orange, nouvel exemple de la gouvernance à la française
L’assemblée générale du groupe de télécommunications doit approuver le 19 mai la nomination de Jacques Aschenbroich comme président d’Orange. Choisi par l’Élysée, le président de Valeo ne connaît pas le monde des télécoms. Tout cela au moment où cette industrie est en pleine révolution.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
La Méditerranée pour tombeau, pièce journalistique n°1
Changer la compréhension du monde par le partage d’enquêtes sur le terrain. À La Commune CDN d'Aubervilliers, la pièce d'actualité n°17 est aussi la pièce journalistique n°1. Etienne Huver et Jean-Baptiste Renaud ont enquêté sur la route migratoire la plus dangereuse du monde. À l’heure de la solidarité ukrainienne, la Méditerranée n’en finit pas de tuer et nous regardons ailleurs.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés
Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale