JEAN MARC GOVERNATORI
Co-secrétaire national de l’Alliance écologiste indépendante. Conseiller Municipal dans la 5ème Ville de France. Élu deux fois meilleur gestionnaire de France. Détenteur du Trophée de l'Emploi.
Abonné·e de Mediapart

18 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 déc. 2021

Comme la voiture électrique, le développement durable est un fléau.

JEAN MARC GOVERNATORI
Co-secrétaire national de l’Alliance écologiste indépendante. Conseiller Municipal dans la 5ème Ville de France. Élu deux fois meilleur gestionnaire de France. Détenteur du Trophée de l'Emploi.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La vision sur le concept de développement durable est vraiment très intéressante  car elle montre la différence entre un projet de société écologiste et un projet de société qui se voudrait sensible à l'écologie. Je rappelle comme je l’ai démontré dans mes ouvrages, que Écologie = Santé et Écologie = Plein Emploi.

Écologie = même survie de l'humanité si on en croît maints scientifiques. Ce principe fait l’objet d’une large appropriation par le personnel politique et les dirigeants économiques jusqu'à devenir une référence constitutionnelle depuis le vote de la Charte de l’environnement par le Congrès en 2005. On pourrait se féliciter de cet engouement politique pour cette idée mais la récupération verbale du Développement durable par de grandes entreprises et des politiques conventionnels, n’a pas conduit à dépolluer la société et a même suscité un  processus qui a conduit au rejet de cette référence par les experts.

La notion de développement durable s’est affadie car elle est devenue un moyen de relativiser les exigences et les urgences résultant de la crise de l’environnement et faire croire qu’elle est la solution à des problèmes graves. Ces exigences et urgences remettent en cause à juste titre les hypothèses propres à la croissance économique perpétuelle dont les conséquences sont  incompatibles avec une planète qui fera toujours 12800 kms de diamètre. Ce que proposent et ce que font les politiques ne contribuent pas à régler les problématiques vitales de la raréfaction des matières premières, de la chute de la biodiversité , des pollutions de l’air et de l’eau ni celle du dérèglement climatique. Oui il y a des mesures qui vont dans le bon sens mais non proportionnées à ce que nous affrontons. Et incompatibles par exemple avec les travaux titanesques des politiques conventionnels (aéroport, autoroute, centres commerciaux...). Le  développement-durable est devenu le moyen de la continuation globale vers l'impasse plus que celui de la réorientation de l'action publique et des comportements individuels et collectifs.

En fait, la nouvelle donne qui s’impose est celle du renforcement de la mondialisation financière, des grands travaux inutiles et ruineux, de la consommation à tout va et des automobiles, des  publicités, polluantes et omniprésentes. Alors que l'urgence est un vrai débat public et de fond avec les Français sur comment bâtir ensemble une vraie société durable et saine. Qui ne peut être frappé de l’écart de langage entre la description des problèmes à affronter, l' habitabilité de la planète et la survie de notre espèce, avec celle des actions engagées qui sont peu de chose face aux désastres encours. Celles et ceux qui sont attachés à la protection de l’environnement et de la vie, voient à juste raison le développement-durable comme un mauvais outil de bonne conscience pour des  politiques mortifères.

Les solutions sont : https://ecologieaucentre2022.fr


Jean Marc Governatori

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par Fred Sochard