Mélenchon: la course en solitaire?

Il  avait pris un terrible coup de vieux quand Emmanuel Macron  avait été élu. Il s’était cru  alors assigné à une vie de retraité, forcément ennuyeuse...

Mais la victoire de Joe Biden lui a donné un coup de jeune. Il s’est jeté dans la course présidentielle de 2022 avec un enthousiasme de jeunot et une espièglerie de gamin!

Bien sûr, au fond de lui, il sait bien que la Gauche doit s'unir  si... Et donc qu’il faudrait rechercher avec ses différentes composantes un "compromis". Mais pourquoi s'ennuyer  avec ce gros mot qu’il déteste, si proche  de "compromission"?  Et pourquoi s’imposer la corvée de discuter avec des  socialos, forcément  traitres,  des écolos, forcément ramollis ou des cocos forcément bornés?

Pourquoi  gâcher son plaisir?   Pour lui, la politique est une fête et l’élection présidentielle comme la cerise sur le gâteau!  L’opportunité encore   offerte  de faire tout ce qu'il aime : les beaux discours, les petites phrases, les bons mots... L'occasion d’être invité partout  dans les médias,   d’avoir son nom  tout en haut de l’affiche,  de  faire le  show dans les meetings  et le buzz sur internet...  De retrouver une dernière fois  cette vie de rock star adulée par  une foule de fans inconditionnels…

 Et puis quelle nécessité il aurait de partager la lumière? Puisque, à lui tout seul, il  est la Gauche, le Peuple et la République?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.