le 11 mai, l'école est finie!

Tous les sondages le disent: nos gouvernants n’ont pas la confiance du peuple…. Devinez la faute à qui?

Au peuple , bien sûr!  le peuple n’a pas compris. En fait le peuple ne comprend rien. Le peuple est un  mauvais élève auquel il faut tout le temps faire de la pédagogie. Et Macron est son malheureux maître…

Les masques? le peuple n’a pas compris que c’était pour son bien qu’on ne voulait pas qu’il en porte.  Mettre un masque sur son visage, c’est compliqué, bien plus que d’aller voter pour un député de la république en marche…Mettre un masque comme il faut, l’ajuster sur son nez, sur sa bouche, il faut un peu réfléchir avant…Ce n’est pas à la portée de petits  "gaulois réfractaires" et "chamailleurs".

Les couleurs? le vert, l’orange, le rouge, attribué(e)s aux départements, une véritable boîte à bons points, c’est pas de la belle pédagogie çà?   Avec cet orange sorti du chapeau (on dit que c’est Bayrou qui a soufflé l’idée), sorte de purgatoire où toutes les craintes et tous les espoirs sont permis: si on est sage, alors on peut passer de l’orange au vert et si  on est polisson, alors on passera de l’orange au rouge où l’inverse.

A la fin,  plus d’orange, mais la remise des prix: comme à l’école autrefois, on attribuera aux bons élèves la carte de l’honneur et aux mauvais  celle de l’infamie. On sera rouge ou vert. 

Tous marron(s), disent les mauvaises langues! 

C’est vrai que le peuple, en plus d’être bête, a très mauvais esprit. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.