Au bonheur des riches.

Il y a des pauvres, il y a des riches.  Et les histoires que les riches  racontent aux pauvres pour que les pauvres acceptent de ne pas être riches…

Une de ces histoires se passe au ciel (ça simplifie beaucoup  la vie du riche quand le pauvre croit au ciel). Un joli conte de Noël  inventé par les  riches à l’usage des pauvres ( ndlr: Marx a dit ça d’une autre manière). 

Une fois montés au ciel, les pauvres seront récompensés et les premiers (de cordée) seront les derniers. Non! Non! ne dites pas bien fait pour eux! Soyez charitables, réfléchissez, les pauvres n’auront été  pauvres qu’une vie tandis qu’eux, pauvres riches,  ils seront obligés de se taper les restos du coeur pour l’éternité. Et ça, c’est pas juste! 

Hélas pour les riches, tous les pauvres ne croient pas au ciel …Il leur faut donc trouver une autre histoire, plus terre à terre.

 

Une histoire de bon sens,  ce bon sens, cette évidence qui a fait dire pendant des siècles que la terre était plate et que le soleil tournait autour de la terre…

Quelques riches, beaucoup de pauvres, ça a toujours été, c’est comme ça! C’est l’Histoire,  c’est la  Vie,  il n’y a rien  faire,  il faut l’accepter. L’inégalité est dans la nature,  sans pauvres, pas de riches et pas de richesse.  Et oui, si les pauvres n’existaient pas, il faudrait les inventer! Le pauvre, lorsqu’il  sait rester pauvre, un bon pauvre donc,  participe efficacement à la richesse du pays…  Cette inégalité, on n’a pas le choix, c’est le moteur de la société, le carburant de l’économie, on doit l’accepter. C’est la seule solution. Il n’y a pas d’alternative!

(ndlr: Il est compréhensible que ceux qui tirent profit d’une situation  affirment qu’il n’y pas d’autre   situation  possible. Pourquoi  voudraient-ils changer un système dont ils sont les gagnants?    Les   riches  ont les moyens de  faire passer cette absence d’alternative pour une vérité scientifique. Ils ont leurs journaux, leurs radios, leurs télés, leurs grandes écoles, leurs économistes,  leurs  ministres, leurs députés.  Ils ont tout car ils sont riches. Les pauvres, eux, n’ont rien car ils sont pauvres. Ils ne peuvent qu’écouter parler les riches.

Hélas pour les riches, tous les pauvres ne sont pas raisonnables…

 

Certains  se plaignent encore: les petits boulots, les emplois précaires,   les salaires de misère, les loyers exorbitants, le prix de l’essence…       Pour les calmer, les riches cette fois  vont faire appel   à leur bon coeur (car les pauvres ont du coeur),  leur  conter une nouvelle histoire, une belle histoire d’amour…  Les réformes faites pour réduire la dette,  pour mettre les comptes en équilibre, pour assurer la pérennité du système, en vrai, ils  le jurent, c’est  pour assurer l’avenir des  enfants et des  petits enfants des pauvres. (Pleurs assurés dans les chaumières!)                                                                                                                                                                                                                

 On vous demande de  vous serrer la ceinture aujourd’hui,  de ne pas  nourrir correctement vos gamins aujourd’hui,  mais c’est pour que vos gamins puissent  correctement nourrir les leurs  demain… 

Argument  habile qui convoque l’amour filial et la solidarité des générations (pleurs assurés dans les chaumières), mais surtout  argument inépuisable, inaltérable…  On peut imaginer en effet que les  enfants et petits enfants  des familles du CAC 40, des familles  Pinault, Arnaud, Lagardère  etc  pourront le resservir tel quel aux enfants et petits enfants des pauvres  demain, après-demain et ainsi de suite, de génération en génération et pour les siècles des siècles… Amen.

 

  Hélas  pour les pauvres, un serrage de ceinture programmé et reconductible ad vitam eternam. Et pour les riches, l’assurance de ne jamais devoir partager leur gamelle… Que du bonheur!!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.