Bas les masques ou la vérité si je mens!

Cette histoire de masques est exemplaire. Hier, comme on n'en n'avait pas...

 

Hier, comme on n’en n’avait pas, pour ne pas paniquer les foules,  on nous affirmait qu’ils n’étaient pas  utiles, aujourd’hui, comme on en a un peu plus, on laisse entendre qu’ils peuvent l’être… Soyons sûr que demain quand   nos stocks seront approvisionnés, on nous dira qu’ils sont indispensables et même obligatoires. La  vérité  sera devenue mensonge  et le mensonge vérité. 

Ce principe qu’il vaut mieux  un mensonge qui rassure qu’une vérité qui dérange est souvent utilisé. C’est vrai  aussi en politique : la vérité y fluctue selon les circonstances et le mensonge parfois participe  à l’art de gouverner les hommes. Sur ce  point, Donald Trump est passé maître. 

 Mais rien de nouveau sous le soleil,  On peut interroger d’autres fake news largement diffusées depuis la nuit des temps et qui perdurent.   Des mensonges  rabâchés dès l’enfance,  qui nous sont devenus presque des évidences  et qui permettent d’assurer, au profit de quelques uns, un certain ordre du monde.`

Des exemples?

- l’argent ne fait pas le bonheur.  Pourrait-on dire le contraire et désespérer ainsi la moitié de  l’humanité  qui vit sous le seuil de pauvreté?

- Le travail c’est la santé. Pourrait-on dire le contraire et affoler  tous ceux qui s'épuisent à la tâche!

- Les premiers  seront les derniers.   Vous vous imaginez dire à l’immense cohorte des derniers que les quelques premiers (de cordée) seront aussi les premiers (au paradis)! 

 Ainsi  rien qu’avec ces trois fake news qui ont la vie dure et qu’on se garde bien de remettre en question, on  réussit, en les consolant, à faire accepter à des millions et des millions de pauvres gens  de bosser durement  pour un salaire de misère.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.