Rythmes scolaires et quadrature du cercle

Règle essentielle de communication : quelque soit l’avis que tu donnes sur l’école, tout ou son contraire, dis toujours, à un moment ou à un autre, que c’est dans l’intérêt de l’enfant... 

Donc, dans l'intérêt de l'enfant, sur le principe, au début de l'histoire, tous semblaient d'accord : 4 jours et demi d'école par semaine, c'était mieux que 4.

Vient le temps de la mise en pratique du principe et rien ne va plus... Ceux  qui étaient pour sont désormais  contre. Mais, bonne impression sur l’opinion publique oblige, s' ils sont contre, c'est toujours, bien sûr, dans l'intérêt de l'enfant…

Les profs  ont découvert qu’une demi-journée de classe supplémentaire pour les élèves, c’était aussi une demi-journée de classe supplémentaire pour eux. Les maires,  que cette demi-journée créait des charges supplémentaires pour leurs communes. Alors, tous protestent, mais dans l’intérêt de l’enfant...  Le Ministre, lui,  n’ose dire  que sa réforme doit se faire, par ces temps de crise,  sans dépenser trop d'argent. Alors pour ne pas parler des sous nécessaires,  il ne met en avant que les intérêts de l’enfant... 

Mais Vincent Peillon, Ministre de l’Eduction Nationale, est aussi  philosophe. Il  pourra apprécier, lors de ses négociations avec les syndicats, fédérations, parlementaires et autres représentations, cette très ancienne pensée :

« ...  parmi les soucis innombrables et sérieux que requiert une légation apostolique, il s’est glissé, au cours de conversations agréables entre gens de sciences, l’assertion selon laquelle il est possible de connaître la quadrature du cercle, mais qu’elle n’a pas été trouvée. »

La quadrature du cercle,   de Nicolas de Cues, cardinal, légat et évêque de Brixen     (Traduction de Jean-Marie Nicolle)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.