L'unité retrouvée ou le choeur des hypocrites ?

Et voilà que soudain tous les fraudeurs, les évadés, les optimisés du fisc, tous ceux qui râlaient de payer trop d’impôts...

...tous  ceux qui trouvaient qu’il y avait trop d’Etat, que les Institutions ne servaient à rien, tous ceux qui pensaient que leur intérêt privé servait l’intérêt général,  tous ceux qui  la jouaient perso, découvrent les vertus  de l'hôpital public, de l’action collective,  de la solidarité et de la sécurité sociale, du travail de chacun au service de tous et du travail de tous au service de chacun. Faut-il en pleurer? Faut-il en rire? Peu importe! Souhaitons seulement qu’ils s’en souviennent. Un vrai devoir de mémoire!

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.