Jean-Marc Salmon
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 mars 2020

VIRUS EN FRANCE: LA CRAINTE DU SCÉNARIO ITALIEN

Les autorités françaises ont-elles mis à profit l'exemple italien? Des experts en doutent. Le deuxième tour des élections municipales devient incertain. Pourquoi tant de difficultés des autorités françaises à décoder le réel?

Jean-Marc Salmon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

En France, le Covid-19 avait tué 6 malades, le vendredi 6 mars. Antoine Flahault, le spécialiste des maladies épidémiques était intervenu ce même jour dans Mediapart : « la France sera bientôt dans une situation italienne ».

L’ayant croisé, dans des réunions de programmation de la recherche dans une autre vie, et ayant gardé bien de l’estime pour lui, je me suis félicité que Mediapart l’ait déniché à Genève, où il dirige l’Institut de santé globale de l’université. Où en est-on de cette hypothèse ? Allons-nous vers « une situation italienne » ? Hier, mercredi 11, on décomptait 48 décès en France. À cette vitesse, le seuil de la centaine sera franchi au plus tard ce week-end. Rappelons-nous que l’Italie en était à ce niveau, le mercredi 4, avec 107 décès cumulés. Et, 827, huit jours plus tard, hier, mercredi 11. Autrement dit, si l’épidémie devait progresser à la vitesse italienne, on en serait à ce niveau le week-end où devrait se tenir le deuxième tour des élections municipales…

Sacré pari politique. 

Sans aucun doute, la France n’est pas l’Italie. D’abord, les responsables français ont disposé d’une dizaine de jours de plus et ce laps de temps a pu être mis à profit par les autorités.

En ont-elles fait assez ? Ce n’est pas l’opinion de 28 journalistes français en Italie : « Il est de notre responsabilité d’adresser un message aux autorités publiques françaises et européennes pour qu’elles prennent enfin la mesure du danger. Tous, nous observons en effet un décalage spectaculaire entre la situation à laquelle nous assistons quotidiennement dans la péninsule et le manque de préparation de l’opinion publique française à un scénario, admis par l’énorme majorité des experts scientifiques, de propagation importante, si ce n’est massive, du coronavirus ».  Un constat partagé par les plus hauts responsables sanitaires italiens. Interrogé, le docteur Gianni Rezza, le directeur du département des maladies infectieuses, de l’Institut supérieur de la santé, se désolait, des jeunes italiens mais aussi des français et des allemands qui se promenaient au milieu dans des foules comme si de rien n’était. Aujourd’hui, dans le Corriere della Sera, jeudi 12, alors qu’on ne baguenaude plus dans les rues de Rome, à la question « Comment se comporte nos voisins européens ? », il répond : « Je m’attendais à une réponse plus déterminée » à l’épidémie.

Sans aucun doute, les autorités allemandes et américaines n'ont pas fait mieux que les françaises. Et, pourtant le temps n'a pas manqué. En France, la ministre de la santé aurait alerté le directeur général dès la mi-décembre sur l'épidémie qui couvait à Wuhan. Et, après? On est passé à autre chose, une nouvelle chassant l'autre. La surcharge d'informations aurait fait disjoncter les systèmes politiques? 

Triste pour ceux qui vont payer de leurs vies ces court-circuits.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — France
Garrido-Corbière : « Le Point », un journal accro aux fausses infos
Une semaine après avoir dû admettre que les informations concernant le couple de députés Garrido-Corbière étaient fausses, l’hebdomadaire « Le Point » a été condamné en diffamation dans une tout autre affaire en raison d’une base factuelle « inexistante ». Un fiasco de plus pour la direction de la rédaction, qui a une fâcheuse tendance à publier ses informations sans les vérifier.
par David Perrotin, Antton Rouget et Marine Turchi
Journal
Guerre en Ukraine : le grand bond en arrière climatique
Et si le climat était une victime de la guerre en Ukraine ? Face au risque de pénurie énergétique provoquée par le conflit, les pays européens préparent un recours accru au charbon et au gaz fossile. Une marche arrière alarmante, à l’heure de l’urgence climatique, qui met en lumière notre terrible retard en matière de transition écologique.
par Mickaël Correia
Journal
Viktor Orbán est-il de plus en plus isolé en Europe ?
Embargo sur le pétrole russe, État de droit, guerre en Ukraine... Sur plusieurs dossiers, le premier ministre hongrois, à l’aube de son quatrième mandat consécutif, diverge de la majorité des Vingt-Sept. Débat avec une eurodéputée et un historien spécialiste de la région.
par Amélie Poinssot

La sélection du Club

Billet de blog
Les dirigeants du G7 en décalage avec l’urgence climatique
Le changement climatique s’intensifie et s’accélère mais la volonté des dirigeants mondiaux à apporter une réponse à la hauteur des enjeux semble limitée. Dernier exemple en date : le sommet des dirigeants du G7, qui constitue à bien des égards une occasion ratée d’avancer sur les objectifs climatiques.
par Réseau Action Climat
Billet de blog
Sale « Tour de France »
On aime le Tour de France, ses 11 millions de spectateurs in situ (en 2019) et on salue aussi le courage de Grégory Doucet stigmatisant le caractère polluant de l’événement. Une tache qui s’ajoute à celle du dopage quand le Tour démarre ce 1er juillet à Copenhague, où l’ancien vainqueur 1996 rappelle la triche à peine masquée. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Apprendre à désobéir
Les derniers jours qui viennent de s’écouler sont venus me confirmer une intuition : il va falloir apprendre à désobéir sans complexe face à un système politique non seulement totalement à côté de la plaque face aux immenses enjeux de la préservation du vivant et du changement climatique, mais qui plus est de plus en plus complice des forces de l’argent et de la réaction.
par Benjamin Joyeux
Billet de blog
Chasse au gaspi ou chasse à l'hypocrisie ?
Pour faire face au risque de pénurie énergétique cet hiver, une tribune de trois grands patrons de l'énergie nous appelle à réduire notre consommation. Que cache le retour de cette chasse au gaspillage, une prise de conscience salutaire de notre surconsommation ou une nouvelle hypocrisie visant préserver le système en place ?
par Helloat Sylvain