Jean-Marc Salmon
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2018

L'affaire Khashoggi : les gogos et les lampistes

Trump est prêt à faire passer la mort de Jamal Khashoggi pour une bavure. que les lampistes se rassurent pour leurs têtes, le scénario est faiblard et les gogos sont moins nombreux que l'imaginent les chefs d'état.

Jean-Marc Salmon
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Comme souvent dans les relations entre chefs d’état, on teste un compromis qui résorberait « une crise internationale ». Pour sauver les contrats d’armement que Trump signa à Riyad lors de son premier voyage présidentiel – 100 milliards de dollars, se vante-t-il- le président américain a trouvé la formule qui dédouanerait les dirigeants saoudiens de la disparition du journaliste Jamal Khashoggi dans leur consulat d’Istanbul: des « rogue killers »,des tueurs incontrôlables. Il l’a lancée, hier, lundi 15 octobre 2018, après avoir parlé au roi d’Arabie. Sans vouloir rabaisser l’inventivité de cette ancienne icône de la télé-réalité, le premier à avoir ouvert cette piste fut le ministre de l’Intérieur saoudien, le prince Nayef, samedi 13 : « ce qui a été rapporté au sujet d’ordres de le tuer est un mensonge ». Ce qui pouvait se décoder soit, banalement, comme une réitération du « Jamal Khashoggi est sorti vivant de notre consulat » à Istanbul, soit comme l’esquisse du largage des deux commandos envoyés ce jour fatal sur la rive européenne du Bosphore.

Aujourd’hui, voilà ces derniers presque lampistes. « Les saoudiens se préparent à dire que Khashoggi fut tué par erreur dans son interrogatoire ». On imagine sans mal la détresse des lampistes de se retrouver responsables de la responsabilité de l’acte et non plus de la seule exécution. Lampiste : « par extension subalterne à qui on fait endosser injustement les responsabilités » (Dictionnaire Robert)

Est-ce qu’avoir outrepassé les ordres est un crime de lèse-majesté dans le royaume d’Arabie ? Parce qu’alors leur décapitation serait proche.

Mais, pour qu’on en arrive à cette mise en scène d’hommes agenouillés attendant que le sabre du bourreau décolle leurs têtes de leurs corps, il faudrait que le scénario des lampistes soit avalé par beaucoup de gogos.

Pourquoi avoir expédié à Istanbul, ce jour fatal pour Jamal Khashoggi, un responsable médico-légiste du ministère de l’intérieur saoudien ? Vu la recension de ses articles scientifiques, on le prenait pour un spécialiste des «autopsies rapides », et non pour un habitué des interrogatoires musclés.

Les gogos auront encore du mal avec la scie à os que trimbalait l’un d’entre eux. Venaient-ils à Istanbul pour désosser un mouton et se régaler d’un méchoui dans les jardins du consul ?

Comment imaginer qu’un chef d’état, qui demandait, après dix jours de silence devant une disparition abominable, « l’entière vérité » sur des « actes très graves », puisse se contenter d’un si mauvais scénario ? C’est insultant et bien mal le connaître.

Il reste donc à Erdogan, le président turc, de qualifier d’affabulations les confidences de ses policiers aux journalistes1 . Ce serait oublier que le Washington Post veut la lumière sur la disparition de son journaliste, c’est oublier surtout que Jeff Bezos, le patron d’Amazon, hésita à racheter le journal pour le sauver. Si c’était un business, il ne l’aurait pas fait. Mais ce qui emporta sa décision, c’est que le quotidien de « la capitale du pays le plus important au monde » est « une institution » qui a « un rôle extrêmement important à jouer dans cette démocratie ».

Car, in fine, soutenir que Jamal Khashoggi a été soumis à un interrogatoire violent, c’est reconnaître qu’il s’agissait d’intimider un journaliste au point de le faire taire à jamais sur les affaires saoudiennes. Une question de principe est en jeu pour tous ceux qui sont attachés à la liberté de la presse et, plus largement, de pensée.

Contextualisons : ces dernières années, le régime saoudien a organisé plusieurs kidnappings de personnalités au Moyen-Orient et en Europe pour les ramener au silence dans le royaume d’Arabie saoudite: la féministe Loujain al-Hathoul au Koweït, son mari, le comédien Fahd Albutari, en Jordanie, Des princes ne furent pas mieux traités : Turki Ben Bandar, au Maroc ; Ben Saif al-Nasr, qui croyait prendre un avion pour Rome, ou encore sultan Ben Turki Ben Abdelaziz, un petit-fils du fondateur du royaume qui, de Paris, se retrouva à Riyad au lieu du Caire. Aurait-on la mémoire aussi courte ? Que nenni !

Colporter la mise en scène de la bavure serait acquiescer au droit des autorités saoudiennes de faire taire leurs sujets en Europe.

Que les lampistes se rassurent pour leurs têtes, les gogos seront moins nombreux que l’imaginent certains chefs d’état.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Les agentes du KGB étaient des Américaines comme les autres
Pendant la guerre froide, Russes et Américains arrivent à la même conclusion. Ils misent sur le sexisme de leurs adversaires. Moscou envoie aux États-Unis ses meilleures agentes, comme Elena Vavilova et Lidiya Guryeva, qui se feront passer pendant dix ans pour de banales « desperate housewives ».
par Patricia Neves
Journal — Corruption
Le fils du président du Congo est soupçonné d’avoir blanchi 19 millions d’euros en France
La justice anticorruption a saisi au début de l’été, à Neuilly-sur-Seine, un hôtel particulier suspecté d’appartenir à Denis Christel Sassou Nguesso, ministre et fils du président autocrate du Congo-Brazzaville. Pour justifier cet acte, les juges ont rédigé une ordonnance pénale, dont Mediapart a pris connaissance, qui détaille des années d’enquête sur un vertigineux train de vie.
par Fabrice Arfi
Journal — Écologie
« L’urbanisation est un facteur aggravant des mégafeux en Gironde »
Si les dérèglements climatiques ont attisé les grands incendies qui ravagent les forêts des Landes cet été, l’urbanisation croissante de cette région de plus en plus attractive contribue aussi à l’intensification des mégafeux, alerte Christine Bouisset, géographe au CNRS.
par Mickaël Correia
Journal — Santé
Les effets indésirables de l’office public d’indemnisation
Depuis vingt ans, l’Oniam est chargé d’indemniser les victimes d’accidents médicaux. Son bilan pose aujourd'hui question : au lieu de faciliter la vie des malades, il la complique bien trop souvent.
par Caroline Coq-Chodorge et Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com