Jean-Marie Brom
Physicien. Directeur de Recherches CNRS
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2018

EPR et Fessenheim : on continue à nous prendre pour des truffes...

Jean-Marie Brom
Physicien. Directeur de Recherches CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Jeudi dernier,  sur France Info, François de Rugy annonçait que le sort de la centrale de Fessenheim n'était plus lié au démarrage de l'EPR, et que cette (trop) vieille centrale fermerait "d'ici 2022".

On pourrait féliciter le ministre pour avoir enfin appris à comprendre ce qui est écrit dans  la loi sur la "Transition Energétique pour une Croissance Verte" de 2015 qui limite la puissance nucléaire installée à 63,2 G). En d'autres termes, l'EPR ne peut démarrer tant que la centrale de Fessenheim n'est pas mise à l'arrêt. Mais cela ne signifie en aucun cas que la centrale de Fessenheim ne peut fermer tant que l'EPR ne démarre pas. Et c'est pourtant la lecture qui a été faite par l'ensemble des pouvoirs publics,  Hollande et Royal en tête (et les élus alsaciens, qui peut-être ne savent pas bien lire ?)

Mais pourquoi cette annonce de fermeture aujourd'hui, alors que le Plan Pluriannuel de l'Energie devrait être finalisé à la fin du mois ? Pourquoi repousser les délais pour la fin du présent mandat présidentiel ? (Et on se souviendra de la promesse jamais tenue de François Hollande…). Rappelons qu'il n'y a pas si longtemps encore, Fessenheim était censée fermer fin 2018, on en était même à élucubrer sur le "démarrage" de l'EPR : chargement du combustible, première divergence ou connexion au réseau.. Mais tout cela, c'est déjà de la vieille histoire...

Cette annonce du ministre de Rugy montre bien que désormais, le chantier de l'EPR est hors de tout contrôle, et que les problèmes de malfaçons se multiplient : ce même jour, l'ASN annonçait que d'autres soudures étaient suspectes, mettant en cause l'étanchéité même du bâtiment réacteur. Et cela va prendre du temps, pour montrer que ces mauvaises soudures sont quand même bonnes (voir la sage des calottes ...) ou que l'on les refasse.

Mais tout autant, dans son annonce, le ministre reconnaît implicitement que les réacteurs de la centrale de Fessenheim ne pourraient pas dépasser l'échéance de la 4ème visite décennale, qui précisément doit avoir lieu au plus tard … le 8 août 2022, d'après l'autorisation des dix ans donnée par l'ASN après la 3ème visite décennale. Et d'ailleurs, EDF n'a rien mis en œuvre pour préparer cette visite décennale.

Ceci étant, l'annonce de François de Rugy ressemble trop à  celle de François Hollande pour que l'on puisse la prendre au sérieux.  Repousser les problèmes au mandat suivant, cela commence à bien faire ! La nouveauté est que le ministre reconnaît qu'au-delà des problèmes sismiques et de niveau du canal, c'est l'état même de la centrale de Fessenheim qui est en cause et que l'on rentre dans le temps de l'acharnement thérapeutique.

Mais finalement, cela doit être ça, le nucléaire français aujourd'hui : entre la promesse et sa réalisation, le temps n'existe plus. l'EPR devait démarrer en 2012, on parle de 2020, voire 2022. Hollande avait promis de fermer Fessenheim en 2012 (Tiens, aussi en 2012 ?), on en est aussi à  l'horizon 2022.

Mais finalement, 10 ans, qu'est ce que c'est, comparé à la durée de vie des déchets nucléaires ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Gauche(s)
Mélenchon et Marseille : l’histoire d’un rendez-vous manqué
Il y a cinq ans, son élection comme député dans la deuxième ville de France avait généré beaucoup d’espoir au sein d’une gauche locale en mal d’incarnation. Mais entre désillusions réciproques et choix stratégiques divergents, la greffe de l’Insoumis au sein de la gauche marseillaise n’a pas pris. Récit en trois actes.
par Pauline Graulle et Coralie Bonnefoy (Marsactu)
Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D’autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal
Dans l’Essonne, un « harcèlement discriminatoire » par amendes interposées
Au printemps 2020, trente-deux habitants d’Epinay-sous-Sénart ont reçu des dizaines de contraventions pour des sorties injustifiées pendant le confinement. Affirmant avoir été verbalisés à distance par la police municipale, une pratique illégale, ils ont saisi le Défenseur des droits.
par Camille Polloni et David Perrotin
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran