Jean-Marie Brom
Physicien. Directeur de Recherches CNRS
Abonné·e de Mediapart

32 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 juil. 2020

UN HERITAGE DE FESSENHEIM...

La centrale de Fessenheim est désormais arrêtée. Mais après près de 43 ans de fonctionnement, que laissera-t-elle aux générations futures ? A part de l'électricité vite consommée (moins de 2% de l'électricité nucléaire française), pas mal de déchets à gérer par nos enfants et petits-enfants.

Jean-Marie Brom
Physicien. Directeur de Recherches CNRS
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

LES COMBUSTIBLES – de la mine à CIGEO

La centrale de Fessenheim comporte 2 réacteurs de 900 MW chacun. Un réacteur "consomme" 21,5 tonne de combustible par an. Ce qui représente

  • Au niveau de l'extraction dans les mines et de la purification : Pour 178,8 tonnes d'Uranium Naturel  (UN) à 0,7 %  on laisse 69000 tonnes de résidus miniers contenant du Radon, du  Thorium, du Radium. Ces terrils radioactifs restent évidemment près des sites miniers.
  • Au niveau  de l'enrichissement et de la fabrication du combustible : pour 21,5 tonnes d'Uranium enrichi à 3,5 % (combustible nucléaire) on laisse 117,3 tonnes d'Uranium Appauvri (à 0,2%)
  • On rentre (et on sort) 21,5 tonnes de combustible par an du réacteur.
  • Le retraitement de ces 21,5 tonnes de combustible irradié à la Hague produit
    • 20,4 tonnes d'Uranium de retraitement à 1,1 %
    • 0,209 tonnes de Plutonium (Pu 238, Pu239, Pu240, Pu241, Pu242)
    • 0,811 tonnes de produits de fissions divers et variés

 Et il y a deux réacteurs à Fessenheim, qui ont fonctionné à peu près 43 ans. Il faut donc tout multiplier par 86 :

  • 5 934 000 tonnes de résidus miniers (qui restent donc auprès des mines)
  • 10 088 tonnes d'Uranium appauvri à 0,2 % qui ne sont pas appelés déchets puisqu'ils pourraient être ré-enrichis (mais c'est cher et difficile) et qui après avoir été envoyés en Russie sont depuis 2010 "entreposés" par ORANO dans son site de Bessines-sur-Gartempe
  • 1754 tonnes d'Uranium de retraitement à 1,1% qui ne sont pas appelés déchets, puisque l'on pourrait les recycler dans du combustible "neuf" (mais ce n'est pas fait, EDF a bien essayé sans succès)
  • 18 tonnes de plutonium, qui ne sont pas appelés déchets, et dont une partie (10 tonnes de Pu239) pourrait servir à la fabrication de Bombes A . Une partie de ce plutonium sert, il est vrai, à faire du MOX
  • 70 tonnes de ce que l'on appelle légalement déchets nucléaires, et qui devraient être stockés à CIGEO (Bure)

LES METAUX DE LA CENTRALE

  • Réacteur :       Cuve : 263 t - Couvercle : 54 t - Goujons-écrous-rondelles : 14,5 t - Structures internes : 140 t (ce qui tient les barres  de combustible, et qui ont déjà été en partie remplacées à Fessenheim pour raison de corrosion précoce.
  • Générateurs de vapeur : 900 t (il y a 3 générateurs de vapeur à 300 t pièce)
  • Pompes primaires : 150 t (sans les moteur qui font  120 t)
  • Pressuriseur : 140 t
  • Peau d'étanchéité du Bâtiment Réacteur (6mm épaisseur, BR = diamètre 35m, H 55m) : environ 312 t

 TOTAL : 1973,5 t par réacteur , donc  environ 4000 t au total. Auxquelles il faut rajouter les GV usés : 300t x 6 = 1800t

 On peut encore noter que le fameux "technocentre"

que projette EDF permettra de "libérer" environ 1000 t de déchets TFA provenant des Générateurs de Vapeur de Fessenheim…

Et ceci pour environ 50 M€, alors que le stockage de ces 1000 t coûterait environ 5 M€ au maximum…

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Husain, Shahwali, Maryam... : ces vies englouties au large de Calais
Qui sont les vingt-sept hommes, femmes et enfants qui ont péri dans la Manche en tentant de rallier la Grande-Bretagne ? Il faudra des semaines, voire des mois pour les identifier formellement. Pour l’heure, Mediapart a réuni les visages de dix de ces exilés, afghans et kurdes irakiens, portés disparus depuis le naufrage du 24 novembre.
par Sarah Brethes (avec Sheerazad Chekaik-Chaila)
Journal
2022 : contrer les vents mauvais
« À l’air libre » spécial ce soir : d’abord, nous recevrons la rappeuse Casey pour un grand entretien. Puis Chloé Gerbier, Romain Coussin, et « Max », activistes et syndicalistes en lutte seront sur notre plateau. Enfin, nous accueillerons les représentants de trois candidats de gauche à l'élection présidentielle : Manuel Bompard, Sophie Taillé-Polian et Cédric van Styvendael.
par à l’air libre
Journal
LR : un duel Ciotti-Pécresse au second tour
Éric Ciotti est arrivé en tête du premier tour du congrès organisé par Les Républicains pour désigner leur candidat ou leur candidate à l’élection présidentielle. Au second tour, il affrontera Valérie Pécresse, qui a déjà reçu le soutien des éliminés Xavier Bertrand, Michel Barnier et Philippe Juvin.
par Ilyes Ramdani
Journal — Justice
La justice révoque le sursis de Claude Guéant, le procès des sondages de l’Élysée rouvert
La justice vient de révoquer en partie le sursis et la liberté conditionnelle dont l’ancien bras droit de Nicolas Sarkozy avait bénéficié après sa condamnation dans le scandale des « primes » du ministère de l’intérieur. Cette décision provoque la réouverture du procès des sondages de l’Élysée : le tribunal estime que Claude Guéant n’a peut-être pas tout dit lors des audiences sur sa situation personnelle.
par Fabrice Arfi et Michel Deléan

La sélection du Club

Billet de blog
L'extrême droite a un boulevard : à nous d'ériger des barricades
Un spectre hante la France… celui d’un pays fantasmé, réifié par une vision rance, une France qui n’a sûrement existé, justement, que dans les films ou dans les rêves. Une France muséale avec son glorieux patrimoine, et moi je me souviens d’un ami américain visitant Versailles : « je comprends mieux la Révolution française ! »
par Ysé Sorel
Billet d’édition
2022, ma première fois électorale
Voter ou ne pas voter, telle est la déraison.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Ne lâchons pas le travail !
Alors qu'il craque de tous côtés, le travail risque d'être le grand absent de la campagne présidentielle. Le 15 janvier prochain, se tiendra dans la grande salle de la Bourse du travail de Paris une assemblée citoyenne pour la démocratie au travail. Son objectif : faire entendre la cause du travail vivant dans le débat politique. Inscriptions ouvertes.
par Ateliers travail et démocratie
Billet de blog
« Nous, abstentionnistes » par Yves Raynaud (3)
Voter est un droit acquis de haute lutte et souvent à l'issue d'affrontements sanglants ; c'est aussi un devoir citoyen dans la mesure où la démocratie fonctionne normalement en respectant les divergences et les minorités. Mais voter devient un casse-tête lorsque le système tout entier est perverti et faussé par des règles iniques...
par Vingtras