UN HERITAGE DE FESSENHEIM...

La centrale de Fessenheim est désormais arrêtée. Mais après près de 43 ans de fonctionnement, que laissera-t-elle aux générations futures ? A part de l'électricité vite consommée (moins de 2% de l'électricité nucléaire française), pas mal de déchets à gérer par nos enfants et petits-enfants.

LES COMBUSTIBLES – de la mine à CIGEO

La centrale de Fessenheim comporte 2 réacteurs de 900 MW chacun. Un réacteur "consomme" 21,5 tonne de combustible par an. Ce qui représente

  • Au niveau de l'extraction dans les mines et de la purification : Pour 178,8 tonnes d'Uranium Naturel  (UN) à 0,7 %  on laisse 69000 tonnes de résidus miniers contenant du Radon, du  Thorium, du Radium. Ces terrils radioactifs restent évidemment près des sites miniers.
  • Au niveau  de l'enrichissement et de la fabrication du combustible : pour 21,5 tonnes d'Uranium enrichi à 3,5 % (combustible nucléaire) on laisse 117,3 tonnes d'Uranium Appauvri (à 0,2%)
  • On rentre (et on sort) 21,5 tonnes de combustible par an du réacteur.
  • Le retraitement de ces 21,5 tonnes de combustible irradié à la Hague produit
    • 20,4 tonnes d'Uranium de retraitement à 1,1 %
    • 0,209 tonnes de Plutonium (Pu 238, Pu239, Pu240, Pu241, Pu242)
    • 0,811 tonnes de produits de fissions divers et variés

 Et il y a deux réacteurs à Fessenheim, qui ont fonctionné à peu près 43 ans. Il faut donc tout multiplier par 86 :

  • 5 934 000 tonnes de résidus miniers (qui restent donc auprès des mines)
  • 10 088 tonnes d'Uranium appauvri à 0,2 % qui ne sont pas appelés déchets puisqu'ils pourraient être ré-enrichis (mais c'est cher et difficile) et qui après avoir été envoyés en Russie sont depuis 2010 "entreposés" par ORANO dans son site de Bessines-sur-Gartempe
  • 1754 tonnes d'Uranium de retraitement à 1,1% qui ne sont pas appelés déchets, puisque l'on pourrait les recycler dans du combustible "neuf" (mais ce n'est pas fait, EDF a bien essayé sans succès)
  • 18 tonnes de plutonium, qui ne sont pas appelés déchets, et dont une partie (10 tonnes de Pu239) pourrait servir à la fabrication de Bombes A . Une partie de ce plutonium sert, il est vrai, à faire du MOX
  • 70 tonnes de ce que l'on appelle légalement déchets nucléaires, et qui devraient être stockés à CIGEO (Bure)

LES METAUX DE LA CENTRALE

  • Réacteur :       Cuve : 263 t - Couvercle : 54 t - Goujons-écrous-rondelles : 14,5 t - Structures internes : 140 t (ce qui tient les barres  de combustible, et qui ont déjà été en partie remplacées à Fessenheim pour raison de corrosion précoce.
  • Générateurs de vapeur : 900 t (il y a 3 générateurs de vapeur à 300 t pièce)
  • Pompes primaires : 150 t (sans les moteur qui font  120 t)
  • Pressuriseur : 140 t
  • Peau d'étanchéité du Bâtiment Réacteur (6mm épaisseur, BR = diamètre 35m, H 55m) : environ 312 t

 TOTAL : 1973,5 t par réacteur , donc  environ 4000 t au total. Auxquelles il faut rajouter les GV usés : 300t x 6 = 1800t

 On peut encore noter que le fameux "technocentre"

cir-prim
que projette EDF permettra de "libérer" environ 1000 t de déchets TFA provenant des Générateurs de Vapeur de Fessenheim…

Et ceci pour environ 50 M€, alors que le stockage de ces 1000 t coûterait environ 5 M€ au maximum…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.