QUAND LE PETIT MANDARIN INVITE LE GRAND DRAGON…

La rencontre entre Macron-Merckel-Junker avec XiJinping : à usage interne pour les élections européennes...

drag

Macron a donc "invité" Merckel et Junker à participer à la "visite d'Etat" de Xi Jinping à  Paris.

Il faut reconnaître que c'est plutôt bien joué, à la veille des élections européennes : Macrounet apparaît comme le grand leader européen, capable de convoquer l'Europe à sa rencontre avec la Chine. Mais Macron devrait aussi lire la presse étrangère, pour laquelle (dans cet ordre) Merckel, Junket et Macron vont discuter règles communes (pas démocratie, il ne faut pas exagérer…) avec le dirigeant chinois… Appréciations différentes, selon que l'on passe les frontières…

On peut ajouter que Macron se vante de la signature entre Airbus et la Chine, quand il n'y est pour rien : Airbus n'est pas une compagnie française, mais européenne, et seule la signature a été enregistrée sur notre sol…

Et à ce propos : n'y a-t-il pas contradiction entre le discours européen de Macron (le multilatéralisme européen face aux USA) et les signatures chinoises avec des entreprises  françaises (EDF pour des éoliennes, CMA CGM pour des porte containers, Liebherr pour de l'avionique non Airbus…).

Cela doit être cela, l'Europe de Macron : unie pour des réunions de gala à usage électoral – du moment que cela se passe chez nous - mais séparée pour ce qui concerne le commerce. Chacun pour soi, dès lors que l'on parle de choses sérieuses…

Souvenir : en  2017, lors de la visite du même Xi Jinping chez Merckel  (la Chine étant le premier partenaire commercial de l'Allemagne), cette dernière n'avait pas éprouvé le besoin d'inviter l'Europe, et encore moins Macron, à sa table… Il est vrai qu'en 2017, il n'y avait pas d'élections européennes…

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.