De la confiance entre médias et citoyens

Grande consultation sur le lien de confiance entre médias et citoyens, initiative ciblée de Médiapart, les entreprises de presse tentent de réduire le fossé qui les sépare des citoyens. Cette question est au centre du projet Altermidi un média associant journalistes et membres de la société civile. En région, les projets alternatifs ne manquent pas. La presse peine pourtant à en rendre compte.

 

Plusieurs médias, dont franceinfo, le groupe France Télévisions, le groupe Radio France et France Médias Monde, La Croix, La Voix du Nord, Le Parisien… se sont associés pour lancer une grande consultation en ligne sur le lien de confiance entre médias et citoyens. Depuis début novembre 2019 et jusqu’au 20 janvier 2020, les participants ont été invités à “parler, débattre, réagir et proposer des pistes de solutions” via la plateforme Médias et Citoyens conçue par la société de technologie et de conseil spécialisée dans l’intelligence collective massive Bluenove (1).

La plateforme qui a été mise en place permettait de s’exprimer sur différentes thématiques comme le combat contre les “fake news”, la question de l’éthique dans les médias, de leur indépendance ou encore de leur rôle au sein de la société. Le site interrogeait également le rapport des lecteurs à l’information : comment celle-ci pourrait-elle davantage refléter leurs préoccupations ? Mais aussi, comment financer l’information différemment ?

Hier, à Montrouge, s’est tenue une soirée de restitution de cette consultation accompagnée d’ateliers participatifs où deux cents citoyens ont planché  sur des thématiques telles que : Comment avoir confiance dans les experts, organiser des débats contradictoires, rendre compte de la complexité d’un sujet, impliquer le citoyen, conserver une traçabilité des infox (fausses informations) formulées par des personnalités publiques ?

Le même jour, Médiapart lance de Paris sa série “Les Possibles“pour apporter de la visibilité aux expériences locales visant à réinventer les réponses aux enjeux économiques, écologiques et démocratiques. “Aujourd’hui ces pratiques sont devenues massives et changent peu à peu le visage de la société française, malgré la persistance de verrous institutionnels qui cherchent à les marginaliser”, indique le pure player de référence. Dans les régions de l’hexagone, les initiatives alternatives ne manquent pas. Elles maillent la France d’un réseau exponentiel de lieux collectifs, où se dessine l’expression de nouvelles formes de solidarité. Cette heureuse initiative de Médiapart dont la portée est nationale et internationale correspond bien à une réalité et révèle aussi la difficulté de la presse régionale à en rendre compte.

 

Enjeux et difficultés d'une représentation citoyenne

À l’heure où s’est généralisé un sentiment de défiance à l’égard du travail journalistique, l’étude de masse “Médias et Citoyens” réalisée par Bluenove démontre autant une vraie préoccupation des éditeurs de presse — souvent doublée d’une volonté consensuelle d’intégrer la défiance citoyenne — qu’elle ne dévoile le fossé entre les médias et les citoyens. En 2019, la couverture par les mass-média du mouvement des gilets jaunes, de la sortie du Royaume-uni de l’Europe, ou du mouvement social contre la réforme des retraites ne peut que porter les citoyens à s’interroger sur le traitement donné à l’information.

Mais pour les éditeurs l’enjeu démocratique n’est pas tant de savoir comment mieux intégrer les préoccupations citoyennes dans une ligne éditoriale que de démontrer son indépendance à l’égard du pouvoir économique et politique dans le traitement et la hiérarchie que l’on donne à l’information. À un autre endroit de la chaine de production de l’information, il ne suffit pas aux journalistes de tendre un micro à monsieur ou madame tout le monde pour se rapprocher des préoccupations citoyennes mais de repenser le cadre d’exercice de son métier en profondeur, de défendre son statut d’auteur et de résister à la hiérarchie en conférence de rédaction. Bref, si l’étude Bluenove correspond au besoin de connaître les attentes, il est peu probable qu’elle produise un changement dans les pratiques.

Depuis bientôt deux ans, sous un statut associatif — La Marseillaise en Commun, devenue Les Amis d’Altermidi — notre collectif de journalistes associés à des acteurs de la société civile s’inscrit dans une démarche visant à placer le média interrégional Altermidi au service des citoyens. Cette nouvelle expérience de presse évolue de mois en mois. Au fil de nombreuses rencontres sur le terrain, des besoins exprimés, des critiques et des réflexions qui émanent des acteurs régionaux, le projet prend forme.

Localement, il ressort de cette première expérience que la confrontation positive entre journalistes et citoyens — sans exclure la sphère politique — autour de l’information est plus complexe qu’il ne paraît. Cela implique notamment un travail de (re)définition des objets poursuivis et donc d’éclaircissement et de rencontres, de mise en confiance mutuelle, de méthodologie, de planification, de communication et de diffusion.

La restitution de la consultation “Médias et citoyens ” fait apparaître que les Français attendent de leurs médias plus de vérification, de responsabilité, de pluralisme, de proximité et de participation. La balle est désormais dans le camp des éditeurs de presse. Au-delà du faire savoir, il nous appartient de passer à un nouveau savoir-faire et savoir-être.

Jean-Marie Dinh

 

(1) Bluenove a analysé et synthétisé les contributions du Grand débat national.

Voir aussi : rubrique Médias, rubrique Politique, Démocratie,

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.