Féminisme, Cannes et excellence

Quand des femmes cinéastes se tirent elles-même une balle dans le pied (La Grande Table du 9 Mai 2018)

A l'écoute de "La Grande Table" de ce mercredi, "je me dis tout haut" : ok pour la parité dans les commissions d'attribution d'aides CNC, dans les comités du Festival de Cannes étant donné qu'il est subventionné, mais j'entends des propos étonnants de la part de femmes du métier. Quand Cate Blanchett est supposée avoir déclaré (en substance) qu'il serait contraire aux intérêts des femmes qu'on ne choisisse pas le meilleur film mais un film "moins bon" parce qu'il a été réalisé par une femme. On est d'abord ébloui par le bon sens de cette réflexion, soutenue et relayée par une des intervenantes. Puis, A LA REFLEXION, eh bien je me dis que c'est une énorme bêtise : c'est quoi, cette histoire du "meilleur film" ? Que ce soit à Cannes ou aux Césars ou aux Oscars, cette notion n'a pas plus de sens que pour l'attribution, par exemple, du Prix Nobel de littérature ! Un prix, quel qu'il soit, n'est pas une récompense au "meilleur". Quittons cette idéologie de l'excellence. Le film qui mérite la Palme d'Or, si la Palme d'Or a un sens (ce qui est une AUTRE discussion), ce n'est pas le supposé "meilleur" film. C'est le FILM DU JOUR. "If", par exemple, est un film d'époque qui a reçu à juste titre la première palme décernée après 1968, bien que ce ne soit peut-être même pas le "meilleur" film de Lindsay Anderson (on peut préférer, d'un point de vue strictement critique 50 ans plus tard, "This sporting Life" sorti l'année d'avant qui est plus subtil et sans doute passe mieux l'épreuve du temps (encore que j'encourage ceux qui le peuvent à re-voir "If", malheureusement quasi indisponible et jamais sorti en DVD - pour une Palme d'Or quel comble !!! ) et de la modernité.
Ainsi, décerner la Palme d'Or à un film réalisé par une femme est POSSIBLE même si la majorité du jury estime que ce n'est pas, dans cet absolu qui n'existe nulle part que dans la tête des élitistes intéressés, le "meilleur film" présenté sur "la Croisette"... On en a jusqu'au fond de la gorge de ces idées de "meilleur", de "mérite", qui n'ont aucun sens et dont nous souffrons partout, en commençant par la culture et l'Université.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.