QUAND IL ENTEND LE MOT CULTURE , MACRON SORT SON PROTOCOLE SANITAIRE !

Dans un Etat Macronien de plus en plus autocratique et policier , les attaques tous azimuts contre la Culture émancipatrice , sous prétexte de protocole sanitaire , sont révélatrices d'une dérive dictatoriale inquiétante où les activités de l'Esprit deviennent sans doute beaucoup trop subversives pour le Pouvoir absolu du Prince .

 "Quand j'entends le mot culture , je sors mon révolver "  !

    Loin de moi , comme professeur d'Histoire , de mettre sur le même plan Emmanuel Macron et Baldur Von Schirach , chef des jeunesses hitlériennes , reprenant à son compte cette saillie d'un des protagonistes de la pièce de théâtre schlageter , jouée en l'honneur d'Adolf Hitler , le 20 Avril 1933 : " quand j'entends le mot culture , j'enlève le cran d'arrêt de mon Browning " .  

Néanmoins , malgré un contexte très différent , l'acharnement incompréhensible du gouvernement , depuis le premier confinement , pour affaiblir la Culture sous toutes ses formes , ne peut que susciter notre effarement et justifier nos inquiétudes . Certes , nous n'en sommes pas encore aux autodafés , mais par les retombées de la stratégie prétendument sanitaire de l'Etat , la Culture est aujourd'hui , littéralement poignardée dans le dos : pourquoi tant de haine ?

 Quelques indices hélas concordants : 

    1) D'emblée , sans se poser de questions existentielles , lors des deux confinements successifs , le Pouvoir considère les Librairies , comme commerce non essentiel , à la différence des petites et grandes surfaces marchandes alimentaires , mais aussi des jardineries ou même des magasins de bricolage !

    2) Par ailleurs , l' accès au Savoir est verrouillé par la quasi fermeture des Ecoles pendant près de six mois , pour la plupart des élèves . Lesquels doivent se contenter , pour surmonter la "discontinuité pédagogique " d'un succédané artificiel  " d'enseignement " à distance . Un ersatz pitoyable mais surtout une conception qui favorise le marché du numérique aux dépens d'une véritable Culture . Laquelle ne peut se construire qu'en classe réelle et non virtuelle entre un Professeur et ses élèves en chair et en os dans un corps à corps intellectuel enthousiasmant qu'aucune "visio" , gadget illusoire et trompeur , ne pourra remplacer ! Pour maintenir un enseignement digne de ce nom , compatible avec la sécurité sanitaire par l'allègement des effectifs , le gouvernement aurait pu faire le choix , au nom de la priorité culturelle , d'un recrutement massif de professeurs en urgence , comme l'ont fait certains pays dans le monde .

  3)  Enfin , comme si la coupe n'était pas déjà pleine , le report scandaleux de trois semaines supplémentaires pour l'ouverture des salles de spectacle , décidé le 10 décembre et prorogé depuis . Une mesure totalement irrationnelle et injustifiée aux yeux même de certaines autorités scientifiques , mais qui va porter , de l'avis général , le coup de grâce à de nombreuses institutions .

    Sans sombrer bien sûr dans un quelconque complotisme idiot , force est de constater , que le Pouvoir actuel , peuplé de technocrates ou de communicants ignares , faute de réflexion et d'une réelle volonté de défendre la Culture à tout prix , l'a complètement laissée tomber au lieu d'en faire son premier cheval de bataille ! De là , à penser que cela l'arrange bien , préférant un con-sommateur aveugle faisant tourner la machine économique libérale , plutôt qu'un citoyen éclairé , libre et critique , il n'y a qu'un pas ! Mais , au fait : sommes nous toujours en démocratie ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.