jean-marie.caucal
Professeur d'histoire .
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 16 oct. 2022

jean-marie.caucal
Professeur d'histoire .
Abonné·e de Mediapart

CINQ TABOUS A BRISER POUR REVOLUTIONNER VRAIMENT L'ECOLE

Alors que les hommages ont abondé en l'honneur de Samuel Paty , rares sont ceux qui ont pointé dans cette tragédie la responsabilité de l'Institution dans la désacralisation de la fonction professorale au sein de la société . Profitons de ce triste anniversaire pour réfléchir à une refondation de l'Ecole où le Professeur serait enfin respecté afin qu'un tel malheur ne se reproduise plus jamais .

jean-marie.caucal
Professeur d'histoire .
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

   A l'heure où l'Education Nationale n'est plus qu'un champ de ruines encore fumantes , force est d'admettre humblement le divorce de plus en plus prononcé entre l'Ecole idéale ou fantasmée et sa réalité sociale . Le temps n'est donc plus aux réformettes de circonstance , mais à une reconstruction totale , dont la clé de voûte sera le rétablissement des pouvoirs du Professeur partout où il est contesté sans relâche depuis des décennies . C'est cette défiance systémique qui a particulièrement fragilisé Samuel Paty avant d'être tué , comme l'enquête interne l'a démontré ( voir billets précédents ) et incité sa famille à porter plainte contre l'Education Nationale pour " non assistance à personne en péril " , l'une de ses grandes spécialités . Dans les établissements , on ne compte plus le nombre de collègues au bord du gouffre , désavoués , écœurés , découragés ou résignés , poussés vers la sortie par un néo management brutal , sous une apparence de bienveillance trompeuse : une barbarie à visage humain , en verité .

    Pour Jean Jaurès déjà , dans son très beau discours à la jeunesse d'Albi en 1903 , le vrai courage , c'était " d'aller à l'idéal mais de comprendre le réel " pour s'efforcer de le transformer vraiment . Alors pourquoi , la question de l'enseignement secondaire semble t-elle échapper à un libre examen de son état des lieux véritable , pour se réfugier dans l'hypocrisie ou le déni ? L'audace , serait donc de commencer par tordre le cou à nos plus séduisantes chimères , partagées aussi bien par la gauche pépère que par la droite gestionnaire ou réactionnaire : n'est il par urgent de repenser de fond en comble , sans nostalgie ni passéisme , une Ecole vraiment républicaine et progressiste , pour ne pas laisser l'extrême droite ou l'école privée prospérer sur ses décombres mais surtout relancer l'ascenseur social en panne ?   

    Commençons pour cela par briser cinq tabous qui ont hélas , la vie dure dans la profession et faisons autant de propositions pour changer vraiment l'Ecole :

   1)  Première grande illusion à dissiper , la foi aveugle dans les nouveaux moyens technologiques dont l'accroissement serait source de progrès inéluctables pour résoudre tous les problèmes dans la salle de classe et au delà . Le "tout numérique " , vanté par certains pour surmonter la "discontinuité pédagogique ", en a bien montré les limites et a même tourné au fiasco le plus total . Cette vue de l'esprit n'est pas seulement facteur de gabegie , mais nous éloigne aussi de la Révolution qualitative à opérer d'urgence : la restauration humaniste du Savoir allant de pair avec la réhabilitation symbolique du Maître qui le transmet tout en l'incarnant . Cette nouvelle République des Professeurs  passerait naturellement par leur retour en grâce dans les organes de décision , les instances d'orientation ou de sanctions  : par exemple , le Conseil de Classe , rebaptisé Conseil des Professeurs , retrouverait sa souveraineté , loin de cette chambre d'enregistrement insipide et inutile qu'elle est devenue sous la pression des familles et de l'administration conjuguées , dans le seul but de gérer des flux pour satisfaire les caprices d'un ministre .Cette Révolution de l'orientation ancrée dans la réalité humaine de nos élèves , permettrait , en outre , de reléguer au rayon des vieilles lunes , le mirage d'un Collège Unique , prétendument émancipateur .

  2) En effet , tout le système repose sur le funeste préjugé d'une équivalence absolue des aptitudes et des motivations . En niant cette diversité humaine , qui est la vraie richesse d'une Nation , le Collège Unique créé par une droite cynique soucieuse d'economies ( réforme Haby en 1975 ) inflige une violence intellectuelle et psychologique insoutenable à de nombreux élèves qu'ils finissent par retourner contre l'Institution elle même , avec en première ligne , non point les embusqués de la Hiérarchie , (surtout pas de vagues pour leur plan de carrière ) mais les Professeurs devant affronter tous les jours l'adversité dans ce collège inique . A ce sujet , pour esquiver cette violence , est-il acceptable d'avoir laissé s'installer sur le sol de notre République une et indivisible , une Ecole à deux vitesses , l'une dévalorisée , aggravant par ses fadaises pédagogiques l'illettrisme ambiant , tout juste bonne pour le peuple des faubourgs et celle de l'exigence pour les beaux quartiers ?  L'ami Bourdieu , grand pourfendeur devant l'Eternel de la reproduction des inégalités sociales par l'Ecole , doit se retourner dans sa tombe plusieurs fois par jour ! Ne serait-il pas plus judicieux mais surtout plus juste , au nom de l'égalité des chances , de redéployer les moyens existants pour une diversification des voies professionnelles d'excellence ? Plutôt que de continuer à financer à fonds perdus des mesures coûteuses à l'efficacité douteuse , comme l'illustre bien , la politique des REP (réseau d'éducation prioritaire) où dans la plupart des cas , une intention louable de discrimination positive a fini par renforcer une discrimination négative ! A ce propos , un fait révélateur : pour les élèves méritants de mon collège classé REP ,  souvent issus de l'immigration , allophones pour certains , ce n'est pas seulement un coup de pouce social qui favorisait leur réussite , mais surtout la foi intacte dans l'Ecole, transmise par les parents , et l'admiration pour les Professeurs , loin des sirènes trompeuses de la société de consommation ou d'une religion dévoyée . Mais si le Professeur doit revenir au centre du jeu , il faut être en mesure de recruter et de promouvoir un corps professoral capable d'instruire et d'enthousiasmer . Pas à la dernière minute et à la petite semaine , comme cet été , M.Le Ministre !

  3) Or , troisième sornette à balayer , pourtant fort répandue , la valeur d'un Professeur résulterait d'une formation pédagogique standardisée et d'une intégration à une Equipe du même nom , cette terrible illusion et cet aveuglement quasi fanatique selon lesquels la Pédagogie est une science qui peut se transmettre uniformément ! Un nouvel obscurantisme, oui ! Chacun sait bien , en son for intérieur , malgré la propagande assénée dans les INSPE ( institut national supérieur du professorat et de l'éducation ) , la qualité d'un professeur ne se mesure pas à son zèle infantile à exécuter docilement les oukases farfelus et contradictoires de sa hiérarchie ( par exemple , en collège , les derniers gadgets à la mode comme l'évaluation par compétences  ou le quart d'heure lecture imposé ! )  mais à la passion du spécialiste pour sa discipline et sa ferveur pour la communiquer avec sa personnalité singulière . Le Professeur , une fois franchi le seuil de sa classe , est qu'on le veuille ou non , un navigateur en solitaire , un dompteur de concepts et de fauves , un artisan créatif qui puise d'abord en lui même cet élan vital , quitte à se tromper parfois ! C'est pour cette raison précise qu'il faut sauvegarder sa liberté pédagogique à tout prix , un bien précieux gage de son efficacité .

   4) Hélas , cette liberté créative , est devenue au fil des ans , l'ennemie numéro un à abattre , assiégée de toutes parts , réduite à peau de chagrin. Un effet pervers de La décentralisation des pouvoirs réputée plus performante avec toujours plus d'autonomie pour les établissements . A leur tête , souvent , un petit chef , idées courtes mais dents longues , un nouveau manager aux prérogatives de plus en plus arbitraires et discrétionnaires pour la notation des professeurs , expert en bullshits , obsédé par le marketing , l'image , les statistiques , les mondanités tape à l'œil , les primes et les hochets . Relayé dans sa toute puissance par un Conseil Pédagogique à sa botte , sous un vernis de concertation , tout ce beau monde a progressivement bâillonné dans les collèges et lycées de France , les derniers enseignants encore épris d'indépendance , ne pouvant travailler dans leur classe qu'avec les coudées franches . En leur préférant la clique des courtisans pédagogistes porteurs de " projets" clinquants , d'autant plus prompts aux ronds de jambe et aux petites compromissions pour leur avancement , que leur salaire est bas ... Il faudrait donc réaffirmer avec force , au delà d'une revalorisation salariale bien légitime , la souveraineté du Professeur sur son lieu de travail pour qu'il reconquiert son pouvoir d'instruire , aux antipodes du "prof"polyvalent , animateur de centre aéré ou garde- chiourme . On est donc très loin aussi des expérimentations marseillaises chères à M.Macron où les directeurs d'école deviendront des chefs d'entreprise comme les autres , recrutant une équipe pédagogique à leur guise ! Cette privatisation néo- libérale de l'Education Nationale dans ses comportements , n'est-elle pas , somme toute , la face cachée de la dernière de nos lubies collectives communément admise ?

   5) Cinquième et ultime idole à renverser , donc , le catéchisme bien pensant , d'une école qui doit s'ouvrir à la société , aux entreprises comme aux parents , en prise directe avec le Monde : la panacée qui devait rendre le Maître d'autant plus efficient ? On est loin du compte ! C'était mal mesurer qu'avec la montée des violences extérieures et des lobbies de toutes sortes , l'Ecole s'est rapidement transformée en un champ de bataille des enjeux religieux ou commerciaux , avec tous les marchands du temple en embuscade ! Refonder une laïcité moderne , c'est avoir le culot aujourd'hui , de refermer l'école à double tour , d'en refaire un sanctuaire inviolable où seuls Professeurs et Elèves auront droit de cité , loin des pressions mortifères de la société . Rétablir la clôture sera la seule condition pour permettre à l'école publique de restaurer la sérénité d'apprendre et de comprendre le monde librement avant de l'affronter .

    Replacer le Savoir et le Professeur en majesté et en majuscule au centre du système , voilà la vraie modernité , pour qu'aucun d'entre nous , demain , ne meure d'enseigner comme Samuel Paty , parce que son Corps n'est plus " sacré ", ni sa fonction respectée dans la société .

        Jean-Marie Caucal .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte