jean-marie.caucal
Professeur d'histoire .
Abonné·e de Mediapart

22 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 avr. 2022

jean-marie.caucal
Professeur d'histoire .
Abonné·e de Mediapart

MAIS POURQUOI VOULOIR EXPULSER ALI KONATÉ ?

Au moment où certains électeurs de gauche se torturent l'esprit pour savoir en conscience , s'il fallait voter Macron pour faire barrage au fascisme , voici une histoire auvergnate fort instructive où un jeune migrant , Ali Konaté , lycéen de Riom pourtant exemplaire , se retrouve victime d'un racisme d'Etat où la préférence nationale a déjà triomphé .

jean-marie.caucal
Professeur d'histoire .
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

    Ali Konaté , 19 ans , originaire de Côte d'Ivoire et scolarisé depuis bientôt trois ans au lycée Pierre-Joël Bonté de la petite ville auvergnate de Riom près de Clermont-Ferrand , au pied des volcans , nourrit la noble ambition de devenir un jour charpentier , en suivant assidûment un CAP où il est en deuxième année . Il bénéficie même , dans des classes à effectifs réduits , d'un dispositif d'apprentissage qui favorise grandement sa réussite .

  Des performances qu'il doit aussi , de l'avis de tous ses professeurs , à son sérieux , ses talents professionnels , ses qualités humaines  , son excellent état d'esprit mais surtout à une belle motivation  : sans doute animé par le secret espoir , d'obtenir enfin un titre légal de séjour , récompense de ses résultats scolaires mais aussi de sa volonté manifeste d'intégration . Comme en témoignent ses efforts de parfaire sa connaissance de la langue française en suivant des cours complémentaires dispensés par la Ligue des Droits de l'Homme . Comme pour beaucoup de migrants en situation précaire , la France reste un idéal qui se mérite et se conquiert à la force du poignet .

  Comme il n'envisage pas d'autres horizons que cette France riche de promesses et d'avenir , il ne se contente pas d'être irréprochable sur le plan scolaire , il ne cesse de tisser des liens sociaux pour approfondir cet ancrage humain tout en construisant un projet professionnel aussi solide que ces charpentes qu'il rêve de réaliser un jour de ses propres mains dans notre pays . Pour cela , il a signé un Contrat Jeune Majeur avec l'ASE (Aide Sociale à l'Enfance ) , doublé d'un contrat d'apprentissage . Toutes ces compétences associées à un remarquable esprit d'équipe , lui font miroiter , une embauche promise par son patron , dès l'acquisition de son diplôme . Pour ce jeune homme courageux , discret mais résolu ,  2022 , devait être l'année des jours heureux puisqu'il allait enfin récolter tous les fruits de ses efforts . Mais dans la France d'aujourd'hui , le conte de fées , s'arrête là .

   Il y a quelques jours , Ali est arrêté par la Police française , lors d'un banal contrôle d'identité , comme l'on désigne pudiquement maintenant la répression au faciès . Bilan des opérations : la double peine , une Obligation de Quitter le Territoire Français ( OQTF) et , comble de l'ignominie , se cachant derrière des sigles administratifs : une IRTF , c'est à dire une INTERDICTION DE REVENIR SUR LE TERRITOIRE FRANÇAIS .

    Après l'apprenti-boulanger de Besançon fabriquant le pain des français (Laye Fodé Traoréiné ) , le futur électricien apportant la lumière aux clermontois ( Dieumerci Ikike ) voici maintenant le charpentier de Riom , qu'il faut aider ! Quel que soit , en votre âme et conscience , le bulletin que vous avez glissé dans l'urne , n'oubliez pas Ali en soutenant la pétition sur le lien suivant : https://chng.it/6ttzW5hKm6

    En permettant à Ali de rester en France faire sa vie d'homme , ce n'est pas toute la misère du monde que vous accueillerez mais toute sa richesse , ne l'oublions jamais !

   PS : aux dernières nouvelles , sous la pression générale , le préfet Chopin a daigné promettre une régularisation à Ali Konaté mais pour aussitôt signer l'ordre d'expulsion de deux autres étudiants guinéens du lycée Joël Bonté : Abdoulaye Keita , Abdoulaye Bah ( Riom )  mais aussi de Mohamed Dea ( Brassac-les-Mines ). N' oublions pas non plus Dieumerci Ikike ( voir billet précédent) qui , malgré une pétition de plus de 40000 signatures , n'a toujours rien obtenu .

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte