LA DOUBLE GIFLE PRÉMONITOIRE.

Quel rapport entre la GIFLE infligée à Emmanuel Macron par Damien Tarel le 8 juin 2021 dans la Drôme et la déroute électorale de son parti lors des élections régionales mais surtout cette déferlante d'abstentions des 20 et 27 juin ? La même désacralisation de la démocratie représentative sous une Cinquième République agonisante et la rupture révolutionnaire qui en résultera immanquablement .

       La fameuse GIFLE du 8 juin qui s'en prend à la tête de l'État et l'abstentionnisme écrasant lors des élections régionales démontrent à l'envie le discrédit profond des institutions et de celui qui les incarne .

  Lors d'un précédent billet , j'avais suggéré , comme seule thérapeutique efficace , l'abolition de la fonction présidentielle et une refonte complète de la Constitution pour régénérer la Démocratie afin de l'adapter à la modernité . Aujourd'hui , prenons un peu de recul historique pour analyser les causes profondes de ces deux  "gifles" , intimement liées .

    On me pardonnera d'abord l'utilisation un peu cavalière de la métaphore psychiatrique pour me faire comprendre , mais l'actuel locataire de l'Elysée , Emmanuel Macron , semble souffrir d'un dédoublement de la personnalité aggravé par une forme d'autisme politique aigüe qu'aucun contre-pouvoir , n'est en mesure de soigner ou de tempérer sous la Cinquième République  : des maux qui lui sont revenus en pleine figure par un effet boomerang d'une grande violence que la gifle administrée au président a bien révélé :

     En effet , cet homme qui a fait de l'en même temps sa marque de fabrique , a voulu  à la fois  redorer la fonction présidentielle d'une manière jupitérienne et quasi monarchique (le passé), tout en souhaitant comme son prédécesseur banal , François Hollande , descendre dans l'arène , pour faire peuple sur le terrain médiatique ( la modernité) :  "grand débat "en bras de chemise pour désamorcer le mouvement des gilets jaunes , incursions démagogiques sur les réseaux sociaux pour tenter de faire jeune . Alors même , qu'à de très nombreuses reprises , le Président avait exprimé sa vraie nature en manifestant sa condescendance pour un peuple infantilisé , réduit à l'état de populace fainéante ou illettrée . Plutôt que Jupiter , c'est le Dieu romain bifrons , Janus , à deux faces opposées , l'une tournée vers le passé et l'autre vers l'avenir , que le président actuel représenterait  ! Par ce grand écart , cette contradiction fondamentale et ce brouillage des repères ,  Emmanuel Macron , n'a pas réussi à faire peuple ou jeune , encore moins à réhabiliter une fonction présidentielle obsolète déjà affaiblie par son manque d'intelligence politique , de clairvoyance et de charisme personnel . Imagine t-on un seul instant De Gaulle ou Mitterrand humiliés par le soufflet d'un tel freluquet royaliste  ? Aussi , lorsque le 8 juin 2021 , ce  jeune homme  , face à Emmanuel Macron , s'autorise cette GIFLE retentissante devenue jouissivement virale sur Internet comme une procuration collective , ce n'est donc plus devant le descendant républicain du roi thaumaturge qu'il se situe , mais au même niveau que cet homme quelconque à la fonction désacralisée et qui joue au Président de la République , sans l'autorité sacrée qui va de pair . L'éternelle histoire de l'arroseur arrosé  ! Un mépris inversé qui plonge aussi ses racines dans l'autre grande névrose de la fonction présidentielle sous la Cinquième République : l'autisme politique et le déni de réalité .

    Pire encore que le mensonge ou la tromperie , la déconnection totale entre les citoyens et leurs représentants : le président , coincé dans sa forteresse élyséenne ou sa bulle médiatique , n'a plus aucune perception du réel  , en s'inventant une France complètement fantasmée où les immenses richesses de quelques-uns ruisselleraient sur tous ! Lorsque , le 8 juin 2021 , lors de son tour de France des territoires dans la Drôme , Emmanuel Macron , revient vers ce  peuple imaginaire , pour serrer une dernière fois avec une sincérité feinte des mains virtuelles d'électeurs potentiels , LA GIFLE , le rappelle douloureusement au réel dans toute sa brutalité physique : celui d'une France qui le rejette et le déteste pour la politique inégalitaire insupportable qu'il mène depuis quatre ans . Une de ces gifles roboratives et salutaires qui font normalement revenir à la conscience et à la vie ceux qui ont perdu connaissance . Mais , totalement imperméable à la dure vérité des faits et dans un etat de coma politique  , il n'en tire pas pour autant de leçon : au lieu d'en savoir gré à l'impudent pour l'avoir fait redescendre sur terre en lui ouvrant enfin les yeux  , c 'est la répression sur le terrain purement judiciaire pour ce pauvre garçon impulsif mais surtout déboussolé politiquement ,  Damien Tarel  , écopant d'une peine disproportionnée de prison ferme (i quatre mois) qui , elle , n'est pas imaginaire ! Personne pour le soutenir dans l'adversité, pas même la France Insoumise  ! Aucune circonstance atténuante pour ce monarchiste farfelu  , ancien gilet jaune , éligible au RSA et saisissant l'occasion d'exister par une revanche médiatique facile sur les réseaux sociaux ? La gloire médiatique à tout prix , dans cette société du spectacle obscène , n'est-ce pas d'ailleurs , le message subliminal envoyé par Macron à la jeunesse française lorsque , le président s'est prêté avec ostentation au jeu ridicule et dangereux d'inviter à l'Élysée ces deux influenceurs dont j'ai déjà oublié le nom , pour faire le buzz ?

    Mais pas de comparution immédiate et encore moins de tribunal pour les délinquants en col blanc qui ont enterré la démocratie en tuant des emplois ou des vies par les politiques assassines du gouvernement : libéralisme destructeur des hommes ou de la nature  , politique migratoire criminelle relevant d'un véritable génocide concerté entre Etats européens de l'espace Schengen ,  manifestants noyés , abattus ou éborgnés suite à des ordres iniques d'un pouvoir arbitraire et ultra violent , pour ne citer que quelques exemples parmi tant d'autres . Ecraser les pauvres et faire taire la jeunesse , voilà l'objectif ! Plus fondamentalement , depuis l'Antiquité , se pose alors la question de la légitimité de la violence face aux tyrans : dans la bible , c'est Judith et Holopherne , sous la République romaine , Brutus contre César et plus proche de nous ,  la Révolution française  puis au 20ème siècle De Gaulle plutôt que Pétain .

   Pour récapituler donc notre propos  , ce déséquilibre et ce fossé grandissant entre le peuple réel et ses prétendus représentants de droite comme de gauche, perçus avant tout comme des usurpateurs ou des tyrans  à éliminer par tous les moyens , ce sentiment d'une justice à deux vitesses aussi  , expliquent , on l'aura bien compris , la désaffection croissante pour la politique qui se traduit par une monumentale abstention , une vague qui ne cesse d'enfler d'élections en élections : chose jusque là inédite , même les extrêmes ne semblent plus en profiter électoralement . La situation , est donc pré-révolutionnaire , avec la violence aveugle , hélas , comme seule alternative si l'on ne change pas radicalement et rapidement de régime politique. 

 

   

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.