Excusez-moi du pneu

Deuxième tome de mes confessions de Jean-Jax : empreinte carbone, particules fines, responsable mais pas coupable.

pneu-mini-moto
Je connais un type qui fait du débarras. Avec sa camionnette, il vide toutes sortes de greniers, caves, maisons, et comme il sait que je retape des vélos, il m’en procure parfois. Il y a quelques mois, il m’a donné une roue de mini-moto. Jante nase, certainement un saut (jeu de mot réservé aux spécialistes). J’ai récupéré juste le pneu, et je l’ai mis sur leboncoin. J’ai eu toutes sortes de réponses folkloriques, par exemple, « 9 €, c’est pas le vrai prix ! — Non en effet, pour vous ce sera 19. » ou « T’as quoi d’autre ? » (Ça, c’était sans doute un malfrat qui pensait s’adresser à un collègue, à propos de motos volées). Je lui ai dit : Tu tapes « librairie-école » et tu verras tout ce que j’ai. » J’espère qu’il aura été intéressé par les vélos, les pièces de motos anciennes, et surtout la correction orthographique et les cours de soutien scolaire.
Enfin bref. Là, c’est du sérieux, du type motivé : mail « c’est combien l’envoi ? ». « J’envoie pas. » Appel : « On va venir, on est dans le 94. »
Ce bougre va dépenser 10 balles de gaz-oil, perdre deux heures, polluer l’atmosphère, pour un pneu à 20 ou 30 balles neuf.
Et au lieu de dire : d’accord, je vous l’envoie, ça vous fera 10 balles le transport, gros cossard que je suis, je laisse faire. Responsable mais pas coupable.
Ils sont passés, ils ont pris le pneu, j’ai viré l’annonce sur le coin.

petisuix

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.