Édouard Philippe auguste

Philippe, auguste, est-il sur un siège éjectable ou sur une rampe de lancement ?

On vient peut-être d’assister à la naissance d’un candidat. Seul à parler, il annonce un moratoire, et parle de rétablir l’ISF. S’il le dit, c’est sans doute que Macron lui a laissé supposer son aval. Mais Bast ! Macron l’humilie sans vergogne, le désavoue, en recadrant sec : côté cap, pas de rétablissement de l’ISF ; côté renoncement, une vraie suppression des taxes carbone et non plus un moratoire. Les petits bonshommes, surtout ceux de ses propres camps (on vit vraiment une époque de dingue !), s’empressent de lui taper dessus, sans comprendre qu’au lieu d’achever un homme blessé, ils en font une sorte de martyr. Je le verrais bien confirmer qu’il faut rétablir l’ISF, pour revoir les yeux de merlan frit de Macron. En fait, il me semble qu’il est tiré vers le bas par Macron, aussi bien volontairement qu’involontairement. Ah ! Ça fait du bien de retrouver la vraie cinquième et ses premiers ministres fusibles, ses premiers ministres démissionnaires et futurs présidents.

philippe-auguste

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.