La faim du monde

Apocalypse, fin du monde, faim du monde. Questions et équation.

duel-au-gourdin

Aux États Unis, en Floride, certains habitants des régions dévastées par l’ouragan ne croient pas que ce soit dû au réchauffement climatique. Jusque là, rien que de très banal. Une notion de base de thermodynamique (l’énergie d’un tourbillon croît avec la température) ne peut être connue de gens qui nient Darwin et pensent que le monde est âgé de 6000 ans. Mais ce qui est top, c’est qu’ils y voient quand-même une cause, et quelle ! L’apocalypse. La fin du monde. Le jugement et le fléau de Dieu. «  On l’a trop fatigué, il nous le fait savoir. » Marrant comme le vrai se trouve parfois dans le faux ( comme d’ailleurs le faux dans le vrai ) : moi aussi, je crois qu’on doit fatiguer notre créateur ! Mais certainement pas pour les mêmes raisons que ce brave puritain ; en tous cas on fatigue la création ; moi aussi je crois que la fin du monde est proche : à cause de nos guerres infernales, de notre consommation-gaspillage effréné, de nos pollutions sacrilèges, de nos génocides ( au sens large, incluant les gents animales).
Métaphore du nénuphar

La fin de l'humanité est peut-être pour dans pas très longtemps. Un étang peut mourir d'être envahi par les nénuphars. C'est ce qu'on appelle l'équation de l'apocalypse : accroissement exponentiel de la population, limitation physique aux ressources.

Mort des étoiles

La fin de la terre est de toutes façons programmée, puisque le soleil est une machine fonctionnant sur une réserve d’énergie, lui-même, qui donc s’épuisera. Mais c’est pas demain la veille, rassurez-vous !

Big Bang et Big Crunch

La fin de l’univers l’est aussi, se perdant, selon les hypothèses, dans une expansion infinie et donc un refroidissement mortel, ou dans un retour vers la contraction, donc vers le feu des premiers instants du Big Bang. Et là, c’est pas après-demain la veille de l’avant-veille !

Ce qui est vraiment concret, c'est la pollution, la sottise, l'aveuglement, la petitesse de notre planète, le gigantisme de notre malfaisance, l'égoïsme des uns, l'aliénation des autres.

La faim du monde
Tout ceci m’incite à parler d’une énorme frustration, un peu du même type que chez Cabrel « Tout l’monde veut son billet retour d’amour d’amour… » Pourquoi tant de sottise chez homo sapiens ? Pourquoi le livre, l’école, les médias, la culture n’ont-elle pas permis que l’infâme soit écrasé ? pourquoi ? Pourquoi le succès des Trump et des Bolsonaro, et l’échec des Voltaire, des Gandhi ? Parce que les uns ont des armes et les autres juste une voix ? J’ai faim de justesse. Et le monde aussi.
À propos de Gandhi, si vous voulez, vous pouvez aller voir ça : 

https://blogs.mediapart.fr/jean-max-sabatier/blog/121018/homo-sapiens

Et à propos de Trump, vous pouvez aller voir ça :

https://blogs.mediapart.fr/jean-max-sabatier/blog/121018/singularis-porcus

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.