La librairie-école : la richesse du pauvre

Un lieu, un feu, des travaux, des techniques ; du bonheur, une philosophie, une pédagogie. Science et conscience.

Les livres

J’ai fabriqué les rayonnages muraux et les présentoirs pendant l’été 2009. Je me suis retrouvé dans mes murs en octobre. J’ai mis en vente environ 2500 livres chinés un peu partout. Un temps, j'ai songé à cesser le métier d’enseignant. Une brève tentation de paresse, de retraite, de recréantise.

Premier hiver : un peu fauché et peu chauffé : bien emmitouflé, le chauffage électrique au minimum, (des résistances et une soufflerie qui se déclenchent et s’arrêtent à grand bruit). J’ai eu froid ! Et ça m’a coûté cher. Mais j’étais content, mes travaux d’installation, surtout nettoyage, démontage, recyclage et peinture étaient achevés.

Premier été ; au début, il n’y avait que des livres (d’Okaz). Quand je revois ce soleil, j'entends les concertos de Vivaldi qui l'accompagnaient.

masque-avant

 

Mais si j’avais cassé ma tirelire, c’était bel et bien pour faire du soutien scolaire, et dès la rentrée 2010, les cours en petits groupes commençaient, structurés dans la mesure du possible sous forme de jeux. Peu après, les livres d’Okaz devenaient la librairie-école.

La table ronde

Au rez de chaussée, une salle de classe « normale ». Sauf qu’il n’y a qu’une seule table, qu’elle est ronde, et peut accueillir jusqu’à huit élèves. Tout à fait favorable au débat. Un grand tableau noir. Une décoration dont je suis fier. Des idées affichées (le poème de la stèle de la Chaumette, village mort de Lozère, un proverbe bambara, des textes de Brassens). 

salle-de-classe-16-1

 

 Le coin du feu

Deuxième hiver : j’ai terminé ces travaux-là juste à temps, en novembre 2010. Le chevêtre du conduit repose sur trois des poutres de la future mezzanine. Un grand poêle à bois (bûches), qui tire le feu de dieu, (conduite de 180 mm de diamètre, hauteur du chapeau de cheminée 6 m), et qui chauffe les deux étages. Moins cher en sous, mais plus cher en heures de travail, conduit en boisseaux de terre cuite, gainé. Bien sûr, en respectant toutes les normes.

flambee-poele-png

L’allumage du feu, son service, le nettoyage : rite journalier.  J’ai toujours un petit pincement au cœur quand le printemps revient et que je ne chauffe plus ! J’aurais jamais cru que le retour du printemps pouvait coller le blues ! Le moins drôle, c’est le ramonage. Mais ça me donne l’occasion de ramasser toutes les canettes et ordures qui obstruent les cheneaux d’évacuation des eaux de pluie.

Le seul défaut, si l’on ne compte pas le service : ça rend feignant. Le spectacle du feu incite à la méditation. J’use à mort les fauteuils relax. L’hiver, j’hiberne un peu !

La mezzanine informatique

En 2013, j’ai démonté le faux plafond, installé un plancher à mi hauteur du bâtiment (mezza - nine), ce que me permettait la hauteur totale du bâtiment, à condition de se contenter, en bas, de 2,10 m sous la poutre IPN, en haut, de 1,80 m aux endroits les plus bas du toit (extrémité du local).

J’ai ensuite fabriqué une table en U, avec de grands lamellés-collés en hêtre, et du tube en fer carré. Tout ceci supporte douze ordinateurs, plus mon serveur, rien que des imacs obsolètes, achetés sur le coin environ 60 € en moyenne. Belles balades en train-métro-RER, en vélo, en voiture, sur environ six mois, pour rapporter tout ça. L’obsolescence n’est pas un problème, parce que je les utilise pour un réseau et un site local, programmé avec les versions d’époque des langages. Tous les ordis ne peuvent pas aller sur internet dans de bonnes conditions, ce n’est pas grave.

Chaises : le coin.

salle-info-3

Pour l’instant, le réseau nous permet de lire (finis les textes sortis à grands frais de l’imprimante), d’écrire (on apprend le clavier ou on s'y perfectionne), et de faire connaissance avec les concepts et manipulations informatiques de bases (application, connection, serveur, sauvegarde, sélection, copie, collage, etc.). On exploite, au service du texte produit, les possibilités de structuration du traitement de texte. Et on se familiarise avec le tableur, qui est un précieux atout pour tous types de calculs réitérés, et même plus ! On lit des BD sous forme de présentation Power Point. Un bijou découvert grâce à la chine : La famille pirate !

L’avenir : start up !

À plus long terme, les jeux papiers, qui tournent depuis 2010, seront informatisés : enfin le calme, fini les gamins hurlant qu’ils ont répondu les premiers ! C’est un logiciel qui gèrera temps et résultats. Par ailleurs, la pédagogie elle-même sera assistée par ordinateur : pour les maths, j’ai dégagé plusieurs types de profils d’enseignés qui demandent des méthodes différentes, plus ou moins explicatives, plus ou moins illustratives. Le logiciel détecte le profil par la nature des succès ou des échecs, et adapte la méthode en conséquence. L’alliance de ces deux idées, jeu et adaptabilité de la pédagogie, donnera un jeu en réseau, dans lequel les élèves s’affrontent, franchissent des niveaux, à leur rythme, comme dans un « vrai » jeu vidéo.

Ceci est une capture d'écran montrant à gauche, la fenêtre d'un exercice de "décodage", destiné à familiariser des enfants de CP - CE avec les notions de dizaines et d'unités, et aussi d'ordre alphabétique ; à droite la fenêtre de l'application qui permet d'éditer le code source, c'est à dire la programmation elle-même, conçue par moi-même.

programme-et-resultat

 Je ne manque pas d'en profiter pour expliquer aux élèves que l'application qu'ils utilisent, elle est "fabriquée" ici, par moi, sur mon ordinateur. Il y a donc en même temps présentation d'un métier, d'une discipline, d'un art.

Si vous avez décodé la phrase, vous pouvez la publier sous forme de commentaire ! Je ne manquerai pas de vous en remercier en vous envoyant Les contes de la bécane, par moi-même.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.