Zoom arrière

Fractales : sur un plan "microscopique", des taches blanches dans l'herbe, toute une vie, toute une poésie. Sur un plan "macroscopique", d'autres taches blanches dans l'herbe. Un univers à plusieurs dimensions. Une théorie des cordes et des chaînes. Et un continuum spacio-temporel entre les seizième et vingt-et-unième siècles.

Cat Stevens - If you want to sing out © maiskinners

On entend les voix de Harold et de Maud. Je ne sais plus ce qu’elles disent. On voit des pâquerettes, plantées dans le gazon, en désordre,  normal. Je crois qu’on voit aussi des mains, je ne sais pas très bien, qui jouent avec les fleurs et les brins. J’imagine ou me souviens ? La main de Maud, presque sûr. Ridée, bien sûr. Est-ce à cet instant qu’on voit le numéro tatoué sur son poignet ? La main de Harold aussi ? à peine sortie de l’enfance. Que se disent-ils ? Ce qui est sûr, c’est qu’ils parlent du monde, des hommes. Car Maud dit, en substance, pardonnez l’inexactitude :
« Le malheur, c’est qu’ils acceptent d’être traités comme ça ! ». On ne comprend pas : le gros plan est resté, depuis le début de la séquence, sur les brins et les fleurs et les mains. On pige pas l’image. Encore si les plantes étaient fauchées, ça ferait sens…
Puis c’est le plus terrible zoom arrière que j’aie jamais vu. Les taches blanches se multiplient en diminuant, avant de disparaître, trop petites, se fondant dans le vert, et laissant place à une autre réalité : d’autres taches blanches surgissent, verticales, alignées cette fois, quadrillant la pelouse, de plus en plus nombreuses, innombrables en fait. Ce sont des croix plantées en terre. Harold et Maud sont couchés dans l'herbe du cimetière militaire d’Arlington.

Voici un extrait d'un tout petit texte du seizième siècle. La question qui y est scrutée est plus que jamais d'actualité, y compris au sein des nouvelles tyrannies : celles de l'argent fou (1), de la mort industrielle et de l'industrie mortelle.

" Pour le moment, je voudrais seulement comprendre comment il se peut que tant d’hommes, tant de bourgs, tant de villes, tant de nations supportent quelquefois un tyran seul qui n’a de puissance que celle qu’ils lui donnent, qui n’a pouvoir de leur nuire qu’autant qu’ils veulent bien l’endurer, et qui ne pourrait leur faire aucun mal s’ils n’aimaient mieux tout souffrir de lui que de le contredire. "

Étienne de la Boétie, Discours de la servitude volontaire(2)

(1) : Ne pas confondre avec le "pognon de dingue".

(2) : La motivation initiale de Montaigne à écrire a été d'apporter ce texte de son ami, mort jeune, à la connaissance des humanistes de son époque, en lui donnant un écrin qui deviendra les Essais.

Les idées fertiles le sont aussi en ce qu'elles génèrent d'autres idées.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.