Il y a 226 ans : « Jetons-leur le défi d’une tête de roi ! » Et de bien d’autres.

La Terreur : bain de sang fondateur de la démocratie française. Principal emblème : la mort du roi.

Massacres de septembre 1792, puis massacres un peu partout. Le Mans, Savenay, Nantes; Vendée, etc. Un air joyeux de Saint-Barthélémy règne sur le pays. Cette fois-ci, ce n’est plus un roi faible, malade et fou, subjugué par une mère impitoyable et cynique, coalisés avec la Sainte Ligue catholique intégriste (le mot n’existait pas, mais c’est bien ça) qui mène le bal. C’est la Révolution athée, roturière, bourgeoise. On perd en rationalité : la Saint-Barthélémy, à part sans doute quelques erreurs, c’est pour les seuls Protestants. La Terreur, elle, fera plus de victimes roturières qu’aristocrates. Quant aux aristocrates exécutés, nombreux parmi eux seront les « libéraux » (à l’époque, le mot n’était pas encore usurpé) à y passer quand-même. Mais à part cette petite différence, c’est la même ferveur, la même abondance, la même générosité. Hommes, femmes, enfants. Moines, vieillards, ajouterait San-Antonio. Vous pouvez me dire ce qu’un petit paysan vendéen, ce qu’un petit prince du sang, ont à se reprocher ? Et leurs parents et grands parents ? Vous croyez vraiment que la révolution française a consisté à éliminer tous les fumiers ? Et à porter aux pouvoirs des humanistes ?

Hexagone - Renaud © cazeneuve david

En gros, d’accord avec lui.
Je trouve qu’il abuse un peu de s’en prendre ainsi à tous les Français. D’abord, parce qu’il ne faut pas généraliser, mon Renaud. Vilain, va. Ensuite parce les autres nations nanties elles aussi sont peuplées de beaucoup de gens aussi avachis que ce qu’il nous décrit. Mais je pardonne.

L’imposture de la démocratie française commence dans ce bain de sang. Le malheureux Louis Capet est une victime parmi tant d’autres, mais fort symbolique ! Grâce à ces actes forts, on va avoir droit à une guerre à seul contre toutes les Nations, qui va conduire l’Europe à son premier grand carnage général. C’est le propre des bains de sang de provoquer des bains de sang, souvent plus graves. En effet, la Terreur, à côté du bilan des guerres napoléoniennes, c’est vraiment que dalle. En fait la première guerre mondiale, c’est là, entre Waterloo, la Bérézina, Austerlitz, Wagram, etc.

Les guerres mondiales, c’est le contraire des Républiques : comme c’est bien plus facile de faire la Guerre que de faire la République, il va y avoir une chiée de fausses Républiques. Nombre de Républiques réelles : zéro ; nombre de Républiques auto-proclamées : cinq. Bientôt six peut-être.
Tandis que les guerres mondiales c’est tellement facile qu’on en fait sans s’en apercevoir. Nombre de vraies guerres mondiales : trois. Avouées : deux. Bientôt quatre peut-être. Le match est pas fini. La terreur non-plus.

goutal-charlie

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.