Arche en ciel

Écoutez-moi les Gavroches Vous les enfants de la ville Non l'Arche n'est pas si moche Ne pensez plus à votre exil

Dans les chansons de Renaud qui parlent du massacre des quartiers, c'est Paris la victime. Aujourd'hui, "les cages en béton" qui ont remplacé "la maison rasée, l'atelier détruit" sont menacées à leur tour. Eh bien, moi, je trouvent qu'elles ne sont pas si laides.

Quand on passe en vélo sous l'arche, dans le sens de la descente (en ce qui me concerne, c'est le soir, quand je rentre chez moi), il y a un fort courant d'air qui contre le mouvement et ralentit le vélo. J'aime bien ça. Ça m'amuse. Ça ne dure que le temps du passage. C'est un peu comme en moto quand on passe sous un pont par temps de pluie, la pluie s'arrête un bref instant. Le matin, en général, pas de courant d'air. 

Je me demande si dans quelques temps, il sera possible de voir le soleil se lever sous l'arche. À cette époque de l'année, ce n'est pas le cas. Quand le soleil se lève, il est trop à gauche. Mais entre équinoxe de printemps et solstice d'hiver, ce point va se déplacer vers la droite. Je vais surveiller ça, et j'aurais peut-être une jolie photo d'automne.

Sur cette photo d'été, on aperçoit, derrière le pont sur lequel passe la ligne SNCF, l'ancien site de la LTT, reconverti, et non pas démoli.

arche-en-ciel

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.