Big-Brother vous épie

Dernier exemple en cours : sans venir sur le fond, « La dépressive s'amuse sur Facebook, son assurance suspend ses droits ». Une Québécoise en congé de longue maladie pour dépression a vu son assureur lui supprimer ses allocations parce qu'elle avait diffusé des photos qui la montrent en train de s'amuser.

Dernier exemple en cours : sans venir sur le fond, « La dépressive s'amuse sur Facebook, son assurance suspend ses droits ». Une Québécoise en congé de longue maladie pour dépression a vu son assureur lui supprimer ses allocations parce qu'elle avait diffusé des photos qui la montrent en train de s'amuser.

lci.tf1.fr/high-tech/2009-11/la-depressive-s-amuse-sur-facebook-son-assurance-suspend-ses-5552754.html (pour éviter le sniffer, rajoutez ‘hachetétépé2pointslashslash’ devant le lien).

Grâce à HADOPI, grâce aux artistes – merci les dindons de la farce, pauvres artistes qu’il faut toutefois défendre - , le flicage sera beaucoup plus aisé. Le citoyen sera obligé pour se disculper de mettre un mouchard dans son PC.

Pour sortir sur Internet, beaucoup d’entreprises ont déjà mis en place des passerelles filtrantes automatiques sur des noms et des contenus de messages ou de fichiers (images, vidéo, mots grossières, sexuels et politiques, etc…).
De même, au niveau des états, (comme la campagne gagné de justesse de G.W. Bush) d’énormes moyens sont donc mis en place, depuis le début des années 2000, pour faire un hyper-turboréacteur s’appuyant sur les moteurs de recherche actuels ‘Web et Activités’ ; un système capable de lire tous les contenus sur votre nom ou sur vos commentaires écrits (liens web compris) dans les milliers de sites (via les pages) dans Google, sur Facebook, etc...

Tout ceci permet d’alimenter des fichiers – Oups ! On dit ‘Bases de données’ en Novlangue -, et d’avoir en quelques secondes le suivi précis de tout citoyen ; sa famille, ses relations, son passe-temps, ses activités, ses opinions, ses rebellions, etc... Essayez donc manuellement dans Google, vous serez étonné. J’oubliais l’essentiel ; Big-Brother a besoin de connaître l’indice de dangerosité du citoyen, il a besoin de connaître les têtes pensantes des réseaux de rébellion. Pourquoi s’attaquer au pauvre bougre qui n’a écrit qu’un ‘post’ virulent ? Comme il a besoin, via l’industrie pharmaceutique et la distribution de médicaments, de connaître le profil de chaque médecin. « Bravo docteur X, vous avez compris notre message sur notre nouveau médicament, on vous convie à notre forum national ».

 

Vous êtes au courant que la France, pour voir son HADOPI II validé, - merci Madame Trautemann (PS) encore plus naïve que les artistes- a réussi à modifier le ‘Paquet Télécom’ européen avec l’article 138. Le Parlement européen a effectivement adopté la version modifiée de cet amendement. La riposte graduée à la française n'est donc plus en remise en cause. La coupure de votre ADSL sera faite uniquement après une procédure impartiale et équitable. Cela veut tout dire et rien dire ; chaque état fait ce qu’il veut. A vous d’apporter la preuve que vous êtes innocent, qu'en oubliant de sécurité votre Wifi, vous n'avez pas fait de P2P. Aussitôt le gouvernement anglais s’est engouffré dans la brèche. Que le flicage est bon, quand il est facile !
Vous savez également qu’il est interdit, depuis, de surfer anonymement sur le Web via des proxy étrangers. Tant qu’à fliquer autant fliquer simplement !

Alors comme demain il sera interdit de crypter ses communications – pourquoi Sarko se décarcasse ! – Je vous propose d’utiliser un langage ‘Anti-NovLangue’ avec des mots venant de toutes les langues du monde. L’identité Nationale ne nous oblige pas encore à parler, à écrire uniquement en français correcte. Ces mots serait choisis via le meilleur crypteur du moment GPG 256 bits. Le travail de Big-Brother serait gigantesque voire impossible.

« Om mani padme hum ». Vous voyez le Dalaï-Lama et nous, même combat contre les big-brothers !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.