Notre-Dame-des-Landes, ici commence le monde de demain.

Pourquoi pas un aéroport de délestage à Vendôme avec son TGV ?A moins qu'Ayrault fasse comme les allemands : tout pour sa pomme et sa ville, rien pour les autres ! Comme chacun le sait, Notre-dame-des-landes est à équidistance, dans le Grand-Ouest, de Rennes, Brest, Quimper, St Malo, Cherbourg, Caen, Angers, Le Mans et Tours.  (carte)Si la bataille Fillon-Copé nous montre la scission idéologique à droite. Notre-Dame-des-Landes nous montre le schisme à gauche. Les vendus de la génération Larzac tapant sur la nouvelle génération Ayraultport, un monde se brise dans les têtes, dans les cœurs comme dans la croute terrestre pour la dernière goutte de pétrole avec les gazs de schistes.Par temps de croissance, il était déjà stupide de "tout casser pour reconstruire" tendance "5ème Élément". Mieux encore; - fantasme masculin éjaculatoire - faire son "Versailles", sa cathédrale, son palais, sa pyramide etc.., voilà le privilège des princes. La monarchie n'a jamais été abolie. Le peuple est là pour payer les fastes, les autoroutes Vinci déficitaires comme la A65. Par temps de crise, il serait utile de réfléchir à 2 fois, économies d'échelle, révision des objectifs aériens grotesques pour 2050, optimisation et efficacité des transports,  mettre les provinces à 1~2 heures de la capitale, regroupement des aéroports ?Bref ! Par temps tout court, Devant les sacrifices demandés, les milliards ne doivent pas partir en fumée, en CO², les transports publics non polluants, non compromis dans des holdups PPP, devraient être faciles et abordables. Il y a sûrement des créations d'emplois plus utiles pour notre commerce extérieur.  Par temps de croiisanceLe réel et le symbolique, à Notre-Dame-des-Landes, par Un agriculteur de Loire-Atlantique  sur le blog de Paul Jorion.[ « Ceci ne peut avoir lieu que dans une république déjà corrompue ; dans une république saine, où rien ne donne prise au mal, de pareils projets ne peuvent venir à l’esprit de personne. »Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live.

Pourquoi pas un aéroport de délestage à Vendôme avec son TGV ?
A moins qu'Ayrault fasse comme les allemands : tout pour sa pomme et sa ville, rien pour les autres ! Comme chacun le sait, Notre-dame-des-landes est à équidistance, dans le Grand-Ouest, de Rennes, Brest, Quimper, St Malo, Cherbourg, Caen, Angers, Le Mans et Tours.  (carte)

Si la bataille Fillon-Copé nous montre la scission idéologique à droite. Notre-Dame-des-Landes nous montre le schisme à gauche. Les vendus de la génération Larzac tapant sur la nouvelle génération Ayraultport, un monde se brise dans les têtes, dans les cœurs comme dans la croute terrestre pour la dernière goutte de pétrole avec les gazs de schistes.






Par temps de croissance, il était déjà stupide de "tout casser pour reconstruire" tendance "5ème Élément". Mieux encore; - fantasme masculin éjaculatoire - faire son "Versailles", sa cathédrale, son palais, sa pyramide etc.., voilà le privilège des princes. La monarchie n'a jamais été abolie. Le peuple est là pour payer les fastes, les autoroutes Vinci déficitaires comme la A65. Par temps de crise, il serait utile de réfléchir à 2 fois, économies d'échelle, révision des objectifs aériens grotesques pour 2050, optimisation et efficacité des transports,  mettre les provinces à 1~2 heures de la capitale, regroupement des aéroports ?

Bref ! Par temps tout court, Devant les sacrifices demandés, les milliards ne doivent pas partir en fumée, en CO², les transports publics non polluants, non compromis dans des holdups PPP, devraient être faciles et abordables. Il y a sûrement des créations d'emplois plus utiles pour notre commerce extérieur.

 

 

Par temps de croiisanceLe réel et le symbolique, à Notre-Dame-des-Landes, par Un agriculteur de Loire-Atlantique  sur le blog de Paul Jorion.

[ « Ceci ne peut avoir lieu que dans une république déjà corrompue ; dans une république saine, où rien ne donne prise au mal, de pareils projets ne peuvent venir à l’esprit de personne. »

Machiavel, Discours sur la première décade de Tite-Live.


Le gouvernement a donc décidé de faire du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes une affaire symbolique, en la traitant avec force et fermeté, de crainte sans doute que celles-ci n’aient pas été assez apparentes en d’autres occurrences récentes.

Voilà que tous les âpres débats théoriques sur l’économie, la relance, l’emploi, la compétitivité, le développement économique, apparaissent pour ce qu’ils sont réellement dans les faits : un conflit sur la forme de rapports humains que nous voulons, et le monde qui en découle.

D’un côté, comme tous ceux qui se sont rendus samedi 17 dernier à Notre-Dame-des-Landes ont pu en témoigner, des chaînes humaines de centaines de personnes, un village sorti de terre en une journée, des rires, des fanfares, des discussions, bref cette fameuse « solidarité » et ce « lien » que nous vantent les brochures institutionnelles en papier glacé, mais sous une forme vivante.

De l’autre, des « décideurs » responsables, déjà habitués à gouverner et à se réunir sous la protection de l’armée et qui ne peuvent plus faire maintenant appliquer leurs décisions responsables au service de l’économie abstraite qu’en faisant intervenir la police. Il faut tout leur aveuglement pour ne pas savoir où nous conduit tous, et à très court terme, cette vision des rapports humains.

La police reprend aujourd’hui ses assauts contre les manifestants, occupants, habitants de Notre-Dame-des-Landes. C’est ici que commence le monde de demain. ]

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.