FEVRIER 2019

En hiver, la capuche du manteau suffit parfois comme chapeau.

3 février

Un référendum! Un référendum! Un référendum!

Pourquoi pas mais sur quoi?

Il y a quelques temps, c'était à droite (LR) que l'on agitait ce slogan: "un référendum". Maintenant c'est le Président lui-même qui s'y met...

Même motif, même commentaire. Sans dire sur quoi, c'est parler pour ne rien dire, si ce n'est pour faire parler et s'agiter la sphère politico-médiatique.

Pauvre garçon, Macron est "scarifié" par sa fonction... Au lieu de le surnommer "Jupiter", ce sera désormais "Scarface".

A propos de "Démocratie Représentative":

Il y a à mon sens une sur-représentation territoriale au travers des circonscriptions législatives et sénatoriales.

De fait, il y a à mon sens une sous-représentation structurelle politique de l'opinion publique en raison du mode d'élection des parlementaires.

Je foule au pied l'argument de certain(e)s Députés qui s'accrochent à ce principe de lien à une circonscription, invoquant tantôt la nécessité d'être informé de ce qui se passe dans les "territoires", tantôt qu'il n'ont pas à devenir des "juristes". Faire la loi, c'est être dans une certaine mesure "juriste" par obligation. Pour ce qui est d'être informé de ce qui se passe dans les territoires, il y a à mon avis des solutions autre que tout ce qu'il y a de dispendieux dans le financement d'un bureau ou d'une permanence de circonscription, même si je peux y voir un aspect "proximité" des citoyens.

Il y a "beaucoup" de questions que je me pose au sujet des relations, de la communication, entre Parlement (Sénat et Assemblée Nationale), et toutes les structures territoriales que sont les Conseils Régionaux, les Conseils Départementaux qui devraient être à mon sens en première ligne de la collecte des "infos" et de leur remontée. Tout cela est il hermétiquement cloisonné, sans échanges?

A propos de "Proportionnelle Intégrale":

Entre politiques et "simples" commentateurs de plateaux TV, on assiste régulièrement à des oppositions féroces à ce principe. Je peux comprendre les arguments parfois invoqués comme le risque de rendre le pays ingouvernable. Ces "intervenants" manquent simultanément de souligner le fait que les politiques sont ainsi faits, du moins je le suppose, qu'ils sont incapables de converger vers une solution commune face à une problématique donnée.

Je pense qu'à l'inverse, le système "majoritaire", prétendu représentatif, tend à gommer les oppositions, leur contre-pouvoir potentiel, et la recherche du meilleurs compromis (si cela existe) ou de la meilleure solution.

Je crois que la France fait partie des retardataires en Europe en matière de mode d'élection des Parlementaires. A vérifier, comme il serait intéressant de vérifier si elle n'est pas un des rares pays à disposer encore d'un "Régime Présidentiel".

12 février

J'ai une proposition de référendum! A mettre en place immédiatement!

Cela concerne les cessions de parts de l'Etat dans ADP et FDJ. 

En introduction de la campagne politique référendaire, il me semble qu'il serait souhaitable de clarifier la nuance de perception qui peut résulter de l'emploi de termes tels que "privatisation". A ma connaissance ADP, FDJ ne sont pas à proprement parler des entreprises publiques "privatisables" comme pourrait l'être par exemple l'ensemble de la fonction recouvrement du Trésor Public. Le statut d'ADP et FDJ est dans une certaine mesure le statut d'entreprise "privée". je suis peut-être "à coté de la plaque".

Il serait bien ensuite de "certifier" quel est l'usage prévu des recettes espérées de la vente totale ou partielle des parts de l'Etat dans FDJ et ADP. Si tel que je crois l'avoir entendu ces recettes serviront à constituer un "fonds d'investissement"  destiné à financer je ne sais quelle(s) "start-up", au-delà des opinions personnelles déjà exprimées (capital risque, déloyauté vis à vis des citoyens), même madame Verdier Molinié (IFRAP) qui n'a pas la réputation d'être étatiste concède ( Public Sénat il y a environ 2 semaines) que les recettes des ventes ne devraient pas servir à un fonds d'investissement mais au désendettement de l'Etat. Pour ma part je le digérerais plus facilement (désendettement), et de manière un peu politicienne, je me ferai plaisir à relever la double contradiction entre les attentes de la part des investisseurs liées à la disparition de l'ISF, la mise en place de la "Flat taxe", et ce qu'implique la création d'un fonds d'investissement qui plus est serait d'Etat.

Pour ce qui est des commentaires que l'on entend à propos de l'Etat mauvais gestionnaire ou mauvais actionnaire, à priori, il est meilleur actionnaire (état de santé de ADP, FDJ) que gestionnaire (endettement de l'Etat, résultat des concessions d'exploitation d'autoroutes). 

Il y a dans la Constitution un article qui ouvre la porte à référendum d'initiative mixte, parlementaires et citoyens, les parlementaires n'ont qu'à se mobiliser pour activer cet article. Ils auront ma voix contre les cessions de parts de ADP et FDJ.

18 février

J'ai mal compris ce que dit une partie de l'article 11 de la Constitution?

Un référendum portant sur un objet mentionné au premier alinéa peut être organisé à l'initiative d'un cinquième des membres du Parlement, soutenue par un dixième des électeurs inscrits sur les listes électorales. Cette initiative prend la forme d'une proposition de loi et ne peut avoir pour objet l'abrogation d'une disposition législative promulguée depuis moins d'un an.

28 février

J'ai une suggestion pour le progressisme 2.0:

La multiplication des obligations de connexion à tel ou tel site Internet s'accompagne parfois de la complexification des mots de passe quand il ne s'agit pas simplement de problèmes de création de compte.

Je ne me connais pas de "données rigoureusement personnelles" qui justifieraient que j'y accède exclusivement en me connectant aux sites émetteurs. Il y aurait progrès à mon sens, si on avait le choix de recevoir directement par courriel ou pièce jointe les informations émanant des sites émetteurs, ce qu'ils veulent nous transmettre, plutôt que d'être obligé de se connecter aux sites en question, surtout quand les informations n'apportent rien de particulier. 

Je n'ai pas pour l'instant d'exemple qui me permette de penser que la "macronie" soit vraiment porteuse d'innovations "progressistes". Il n'est pas certain que les poussins qui passent au broyeur aient un avis sur la question, mais le symbole n'est pas moindre.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.