Decembre 2018

Toujours t'en grève du chapô

19 décembre

Peut-on parler d'escroquerie intellectuelle ou de tentative de manipulation mentale?

Ce matin, Gérard Larcher, invité de JP Elkabbach sur CNEWS, a employé ces mots, parlant de notre contexte politique il me semble: "démocratie représentative".

Cet après-midi, Edouard Philippe, "invité" des Questions au Gouvernement de l'Assemblée Nationale a employé les même mots: "démocratie représentative".

Je croyais que nous étions dans un "régime majoritaire", si on s'en tient aux propos habituels, au pouvoir de l'Assemblée Nationale et globalement à notre système électoral qu'un grand nombre de politiques s'acharnent à tort ou à raison à défendre au risque que cela leur revienne dans la figure si prochainement leur "bête noire RN" devient la nouvelle majorité. Ils regretteront peut-être à ce moment là d'avoir fait preuve d'autant de tiédeur vis à vis de la proportionnelle.

Je pourrais également relever certaines remarques de la ministre Pénicaud (voir diffusion du canal des chaîne parlementaires cet après-midi entre 14H et 15H): "nous ne sommes pas dans une économie administrée".

Pour ne pas surcharger ce message et plutôt que d'aller emmerder le Maire de ma Commune pour une "concertation" ou "consultation" citoyenne, et faire plaisir au Gouvernement, je vais dores et déjà transmettre directement une revendication évidente à mon niveau: faire disparaître la "CSG non déductible" escroquerie financière d'Etat à mon sens.

Il y a matière à se poser des questions.

La Zoe de Renault est-elle à la hauteur des promesses qu'on pourrait lui prêter quand un spot TV publicitaire l'affiche en parcours touristique montagnard (autonomie)? 

Je me suis intéressé récemment à la Toyota Yaris Hybride, il faudrait que je refasse une comparaison de prix avec la Zoé, mais à priori, considérant que la majorité, autour de 80%, des 12000km environ que je parcours annuellement s'effectue sur des allers retours courte distance, la "consommation" ne devrait pas me coûter trop cher en mode électrique. Pour les quelques parcours "longue distance" qu'il m'arrive d'effectuer, potentiellement avec des passages autoroutiers, la cylindrée de la Yaris hybride, ses performances, répondraient à une polyvalence qu'à mon avis la Zoé n'offre pas.

Probable que si je change de véhicule prochainement, je me tournerai vers un véhicule de plus de 10 ans, pas trop cher, même en diesel si cela devait se présenter (et oui...)

Il reste des questions impersonnelles et personnelles en suspens:

- pourquoi les constructeurs français semblent s'être détournés du concept de l'hybride?

- promouvoir le véhicule électrique ne revient-il pas à promouvoir le nucléaire?

- est-il plus simple et moins coûteux de recycler et récupérer le platine d'une pile à combustible que l'équivalence du recyclage des batteries?

- comment le chauffage de l'habitacle d'une voiture "tout électrique" est-il assuré?

Et sans doute d'autres questions que je ne me pose pas sur le moment. 

20 décembre

Pour se compliquer la vie, il suffit de regarder la télé.

Je viens de passer une partie de l'après-midi à suivre sur le canal des chaînes parlementaires les débats en direct à l'Assemblée Nationale.

Quels commentaires puis-je émettre, alors que les débats se poursuivent?

Compte tenu de l'intervention d'un député LR d'une circonscription vosgienne qui évoquait entre autre une délocalisation d'entreprise en Pologne, puis la question de la compétitivité et par ailleurs la "pression fiscale" sur les classes moyennes, je me demande pourquoi ce monsieur ne suggère pas une baisse des salaires ou bien une baisse générale des cotisations sociales qui se répercuteraient probablement sur autre chose, et pourquoi ce monsieur n'évoque pas les crédits d'impôts associés aux investissements locatifs accessibles à une certaine classe moyenne.

Dans une certaine continuité de parti, un député PCF a invoqué ou appelé avec force d'intonation augmentations de salaires. Ce n'est pas ce qui fait objection de ma part, bien au contraire, ce que je regrette ou reprocherait c'est l'impasse ou l'élusion faite sur le contexte économique de "marché" ouvert, sans régulation, bref concurrentiel et compétitif, qui "verrouille" beaucoup de possibilités, quand il ne les incarcère pas.

Evoquant brièvement récemment les problématiques "économiques" diverses avec quelqu'un, je disais que c'est un "sac de noeuds". Il y a quelques temps j'avais dit plus ou moins sur le même sujet, "on ne peut pas faire grand chose". Si mon choix électoral se résumait entre PCF et LR, question "température", c'est clair, je m'écarterais de LR.

Je crois avoir entendu que Macron a décidé que la France allait instaurer "unilatéralement" une taxe sur les géants du "Web"qui échappent à l'impôt. Très bien, c'est encourageant, j'attends des nouvelles pour ce qui concerne les "distorsions de concurrence", terminologie plus diplomatique il me semble que "concurrence déloyale".

21 décembre

A ajouter au cahier de doléances populaires.

Je n'ai pas mémorisé avec précision les sujets ou domaines sur lesquels le champ est ouvert, à priori mon affaire de CSG non déductible est recevable en précisant que je ne demande pas de baisser la CSG du taux associé à la tranche non déductible mais de globaliser dans une seule CSG déductible.

Pour ce qui est de l'ajout que j'entends apporter je crois qu'il n'est pas recevable, mais sans esprit de dissidence je vais tout de même l'exprimer.

Il y a quelques minutes, je viens de voir sur un bas d'écran la retranscription de propos de madame Pénicaud: "transformer le modèle économique et social français" (extrait). J'ai entendu il y a un jour ou deux un politique déclarer: "on ne sait pas où on va". Sur le moment, même si ce n'est pas tout à fait nouveau je dois avouer que cela prend à mes  yeux une évidence d'une particulière acuité. Donc, ce serait sympa de nous dire en quoi ou vers quoi veut-on transformer le modèle actuel dans la mesure où je suppose qu'on le sait "en haut" de la sphère politique.

Si on peut transformer le génome humain pour qu'à l'avenir hommes et femmes disposent tout au long de leur vie de la faculté de repousse automatique des dents, à priori j'y suis favorable, n'en déplaise à François Hollande et aux dentistes éventuellement.

22 décembre

A propos de véhicules hybrides.

Je me suis peut-être enthousiasmé un peu vite il y a quelques jours au sujet de la Toyota Yaris. Je n'ai pas encore vraiment clarifié la question de l'autonomie en mode électrique "forcé", j'ai toutefois mis le doigt sur un point qui n'est pas sans incidence sur quelques projections économiques que j'avais faites. Ce n'est pas une "rechargeable" et donc on ne peut pas compter sur le "faible prix" de l'électricité domestique pour faire des économies sur le carburant et les émissions de polluants. Si ce n'est le système de récupération d'énergie qui participe à la recharge des batteries, on serait pratiquement dans le cas où bien qu'hybride c'est une voiture qui fonctionne uniquement à l'essence. 

Je ne cherche pas à sabrer le concept de l'hybride après lui avoir trouvé des vertus. Bien que je sois loin d'avoir fait le tour du sujet, je pense que les rechargeables ont un avantage supplémentaire. Par ailleurs si le mode électrique forcé (Yaris ou autre) et l'autonomie le permettent, circuler  en parcours urbain sans bruit ni pollutions c'est plutôt positif.

A l'occasion d'un emploi saisonnier à la SNCF, j'avais découvert un peu de technique de certaines motrices diesel de trains. C'était un peu le concept de l'hybride, le moteur alimentait une génératrice qui à son tour alimentait le (les) moteur(s) électrique qui entraîne(nt) les roues. Je parle de cela parce que je me suis un peu étonné en y regardant de plus prés qu'il y ait encore autant de mécanique classique, au moins sur la Yaris, boite de vitesse (automatique), transmission sur les roues avant ce qui inévitablement contribue au coût, mais je m'illusionne peut-être sur ce qui est véritablement faisable bien que de mémoire il n'y avait pas de boite de vitesse sur les motrices que j'évoquais et la transmission s'effectue plus ou moins directement (à priori) aux roues sur les modèles purement électriques.

Je vais abréger, plutôt que de m'apercevoir d'ici quelques jours que je suis passé à coté d'un certain nombre de choses et qu'il est nécessaire que j'apporte des correctifs à ce message .

24 décembre

A propos du prix de l'électricité et avant que j'oublie

Le 22 décembre dernier le JT de 20 heures de TF1 a présenté un excellent sujet. J'en suis très heureux entre autre au regard de l'anomalie, soulevée par moi-même à plusieurs reprises, et de l'impact  associés au mode de subventionnement de l'électricité photovoltaïque et renouvelable plus largement. Je vais me limiter à cela, j'ai également évoqué par le passé causes et remèdes possibles. Je ne rêve plus de la remise en cause de certains aspects de la tutelle de l'UE. Cela reviendra peut-être...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.