Désarmons Société Générale

Alors que limiter le réchauffement global à 1,5°C nécessite de laisser les énergies fossiles dans le sol, des entreprises et leurs banquiers s'apprêtent à faire exploser de véritables bombes climatiques en développant de nouveaux projet de charbon, de pétrole et de gaz.

Société Générale a actuellement le doigt sur le détonateur de l'une de ces bombes : le projet de terminal d'exportation de gaz de schiste Rio Grande LNG aux États-Unis. Ce projet est la pièce maîtresse d'un plan toxique porté par les industriels et soutenu par l'administration Trump : creuser toujours plus de puits et produire toujours plus de gaz dans le bassin permien, plus grand bassin extractif du pays.

Mais cette expansion pourrait consommer à elle seule 10% du carbone mondial disponible pour rester sous le seuil critique de 1,5°C d'ici 2050.

Alors que d'autres banques ont déjà renoncé à soutenir Rio Grande LNG, Société Générale s'entête, ignorant la voix des centaines de milliers de citoyen.ne.s qui se mobilisent depuis des mois pour le climat et contre l'impunité des multinationales.

Le temps est compté. Cette bombe climatique à 20 milliards de dollars pourrait être amorcée d'ici la fin de l'année. Nous devons donc tout faire aujourd'hui pour empêcher Société Générale d'appuyer sur le détonateur. Rappelons-lui que le gaz de schiste n'est pas une solution et tou.te.s ensemble...désarmons-la !

Les Amis de la Terre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.