Moisson

L'ingéniosité et l'acharnement qu'est capable de déployer sapiens pour détruire sa propre maison m'ont toujours stupéfié.

Worst of logging 2017 - Le pire de l'exploitation forestière 2017 © Harvester Forwarder & More

Je me suis permis de légèrement modifier le titre de la vidéo, d'en changer le premier adjectif.

Un pyromane qui met le feu à sa propre maison se retrouve vite fait en taule ou interné en psychiatrie. Nul n'y trouve à redire quoi que ce soit et c'est compréhensible. 

Les compagnies forestières qui déboisent d'énormes surfaces ne risquent strictement rien de tel et cependant elles agissent un peu comme ce pyromane, voire pire que lui encore car elles exploitent notre planète outrancièrement et accélèrent le réchauffement climatique. Au contraire, on les encourage. Elles sont, dit-on, créatrices d'emploi ; ce qui n'est pas tout à fait vrai car une seule de ces "moissonneuses d'arbres" remplace de 8 à 10 bûcherons qui eux sélectionnent les arbres qu'ils vont abattre.

De plus, les forêts de feuillus sont progressivement remplacées par des résineux à croissance plus rapide. C'est le cas dans le Morvan qui a déjà vu la moitié de ses réserves de feuillus remplacées par des épicéas et des pins Douglas. Par des monocultures de résineux serait plus juste maintenant que les forêts sont de plus en plus industrialisées, uniformisées et privatisées. Ce qui bien évidemment est une grosse erreur environnementale, ne serait-ce qu'en raison de la perte de biodiversité. Comme tout le reste, les forêts et leurs arbres sont aujourd'hui aussi des marchandises qu'il faut rentabiliser au plus vite.

Le bois issu en France de ces plantations forestières est principalement destiné à alimenter les centrales à biomasse, comme celle de Gardanne qui a été obligée de fermer en 2017 sur décision judiciaire. La transition énergétique ne peut se faire de cette manière.

Je vous laisse découvrir l'article d'où est extraite la vidéo sur Reporterre.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.