Jean-Michel M.
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

4 Éditions

Billet de blog 23 mars 2022

E. Coli en vadrouille chez Nestlé

Preuve incontestable du succès de la marque : une pizza BUITONI® est vendue toutes les deux secondes en France ! dit Nestlé dans sa pub. C'est sans doute en raison de cette publicité non mensongère pour une fois que la bactérie pathogène E. Coli se répand comme une trainée de poudre parmi les consommateurs de la marque Fraîch'UP.

Jean-Michel M.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La formule de politesse appropriée à souhaiter à des consommateurs de plats ultratransformés qui vont passer à table n′est plus depuis longtemps Bon Appétit !  mais Bonne Chance !. Elle se confirme une nouvelle fois et deux enfants en sont décédés.


L’affaire est grave. Les investigations des autorités suggèrent un lien entre des cas d’infection graves et les pizzas « Fraîch’Up » de Buitoni, commercialisées par Nestlé. Au 17 mars 2022, au moins 58 personnes seraient affectées en France : 27 cas identifiés et 31 en cours d’investigation. Chez les enfants, l’âge médian des victimes est de 5 ans et demi.

Nous vous demandons de partager massivement l’information autour de vous et de ne surtout pas consommer ce produit si vous l’avez acheté entre maintenant et juin 2021. Transférez ce mail et partagez notre visuel sur les réseaux sociaux.

Que sait-on aujourd'hui?

La présence de bactéries E.coli dans la pâte d’une pizza surgelée de la gamme Fraîch’Up a poussé Buitoni à procéder au rappel de l’ensemble des pizzas surgelées Fraîch’Up produites depuis le 1er juin 2021. La marque a communiqué sur son site internet à ce sujet.

Il n’est normalement plus possible aujourd’hui d’acheter ces pizzas. Elles ont été retirées des rayons des supermarchés où des affiches sont apposées, mais vous, ou des gens autour de vous, peuvent en avoir dans leurs congélateurs.

La Répression des fraudes (DGCCRF), en collaboration avec Santé publique France et le Ministère de l’Agriculture, est actuellement en train de vérifier les liens entre la recrudescence de cas d’E.coli depuis le début de l’année et la consommation de ces pizzas Buitoni. Voici le communiqué de presse des autorités et les détails sur Rappel Conso.

Vous avez mangé ces pizzas ?

Si vous avez consommé des pizzas Fraîch’Up et que dans les 3-4 jours après leur consommation (10 jours maximum) vous ou votre enfant présentez de la diarrhée, des douleurs abdominales ou des vomissements, consultez rapidement votre médecin en lui signalant ce rappel de produits. Conservez également l’emballage du produit. En l’absence de symptômes il n’y a pas lieu de s’inquiéter.

foodwatch investigue sur ce scandale

Encore une fois, c’est trop tard. Des produits dangereux pour la santé se sont retrouvés sur les rayons de supermarchés et sont rappelés après avoir été achetés et consommés par de nombreuses familles.

Encore une fois, l’histoire se termine avec une affichette en supermarché devant un rayon vidé de ses produits.

Et puis ? Dans de nombreux scandales sur lesquels foodwatch a enquêté, les entreprises concernées s'en sont sorties dans l'impunité la plus totale. Les industriels sont pourtant responsables de ce qu'ils commercialisent et tenus de ne mettre sur le marché que des produits sûrs.

L’histoire se répètera-t-elle ?  Nestlé, propriétaire de la marque Buitoni, indique dans la presse : « Il n’existe aucun lien avéré entre nos produits et les intoxications survenues ». Mais en attendant les conclusions des investigations, la ligne de production de cette gamme de pizzas dans l’usine près de Caudry (Nord de la France) est suspendue.

Comptez sur nous pour suivre ce nouveau scandale alimentaire de près et continuer à vous informer.

Ce nouveau scandale alimentaire criminel m′a été  révélé ce matin par Foodwatch dans leur lettre d'info.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La nomination d’Éric Coquerel suscite une polémique parmi les féministes
Plusieurs militantes ont affirmé que le député insoumis, élu jeudi président de la commission des finances, a déjà eu un comportement inapproprié avec des femmes. Mais en l’absence de signalement, aucune enquête n’a abouti. L’intéressé dément, tout en admettant avoir « évolué » depuis #MeToo.
par Lénaïg Bredoux et Mathieu Dejean
Journal — Parlement
Face au RN, gauche et droite se divisent sur la pertinence du « cordon sanitaire »
Désir de « rediabolisation » à gauche, volonté de « respecter le vote des Français » à droite… La rentrée parlementaire inédite place les forces politiques face à la délicate question de l’attitude à adopter face à l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — France
Extrême droite : la semaine de toutes les compromissions
En quelques jours, le parti de Marine le Pen s’est imposé aux postes clés de l’Assemblée nationale, grâce aux votes et aux lâchetés politiques des droites. Une légitimation coupable qui n’augure rien de bon.
par Ellen Salvi
Journal — Culture-Idées
L’historienne Malika Rahal : « La France n’a jamais fait son tournant anticolonialiste »
La scène politique française actuelle est née d’un monde colonial, avec lequel elle n’en a pas terminé, rappelle l’autrice d’un ouvrage important sur 1962, année de l’indépendance de l’Algérie. Un livre qui tombe à pic, à l’heure des réécritures fallacieuses de l’histoire.
par Rachida El Azzouzi

La sélection du Club

Billet de blog
L’inflation, un poison qui se diffuse lentement
« L’inflation est un masque : elle donne l’illusion de l’aisance, elle gomme les erreurs, elle n’enrichit que les spéculateurs, elle est prime à l’insouciance, potion à court terme et poison à long terme, victoire de la cigale sur la fourmi », J-Y Naudet, 2010.
par Anice Lajnef
Billet de blog
Oui, l’inflation s’explique bien par une boucle prix – profits !
Il est difficile d’exonérer le patronat de ces secteurs de l’inflation galopante. C’est pourquoi les mesures de blocage des prix sont nécessaires pour ralentir l’inflation et défendre le pouvoir d’achat des travailleurs. Par Sylvain Billot, statisticien économiste, diplômé de l’Ensae qui forme les administrateurs de l’Insee.
par Economistes Parlement Union Populaire
Billet de blog
Les services publics ne doivent pas être les victimes de l’inflation
L’inflation galopante rappelle que le monde compte de plus en plus de travailleurs pauvres dans la fonction publique. Les Etats ont pourtant les moyens de financer des services publics de qualité : il faut faire contribuer les plus riches et les multinationales.
par Irene Ovonji-Odida
Billet de blog
Pourquoi les fonctionnaires se font (encore) avoir
3,5 % d'augmentation du point d'indice, c'est bien moins que l'inflation de 5,5%. Mais il y a pire, il y a la communication du gouvernement.
par Camaradepopof