Jean-Michel M.
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

4 Éditions

Billet de blog 28 déc. 2020

Publicité, être ou paraître ?

La publicité est un vecteur de consoumission. Elle n'a donc pas pour objectif de développer l'intelligence de celles et ceux à qui elle est destinée. Cette consoumission mène les précités à une consommation toujours croissante, voire une hyperconsommation, car elle nuit gravement à leur lucidité. Il est pourtant facile d'énormément réduire l'impact qu'a la publicité sur nos cerveaux.

Jean-Michel M.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Publicité : Action, fait de promouvoir la vente d'un produit en exerçant sur le public une influence, une action psychologique, afin de créer en lui des besoins, des désirs.

Définition issue du TLFi (Trésor de la Langue Française informatisé)

"Afin de créer en lui des besoins, des désirs". Tout est ici résumé, ces besoins et désirs n'existent pas et n'existeraient probablement jamais chez la plupart des consommateurs sans que la pub s'en mêle. L'unique visée de la publicité est donc uniquement de faire consommer toujours davantage. Elle n'a pas pour but de promouvoir des produits essentiels et de qualité mais des gadgets ou des produits douteux qui sont par définition inutiles et/ou toxiques. Les produits de réelle qualité n'ont d'ailleurs pas besoin de campagnes de pub pour se faire connaître et ces produits ne sont jamais industriels. 

Présentée comme gratuite, la publicité, sous toutes ses formes, a pourtant un coût faramineux et ce coût est payé par le consommateur dans le prix de vente qu'il va devoir régler. Les entreprises sérieuses pourraient très bien s'en passer et allouer ces coûts à améliorer la qualité de leurs produits, à se préoccuper de l'éthique sanitaire et environnementale de leur fabrication et que des salaires décents soient versés à celles et ceux qui les produisent. Mais ce n'est jamais ou rarement le cas, c'est d'ailleurs la dernière des préoccupations de ces entreprises pour lesquelles la seule priorité est l'engraissement de leurs actionnaires, leur bonne santé boursière. Elle est la meilleure alliée du capitalisme pour que son système perdure. En l'acceptant, nous en sommes donc aussi responsables.

L'opposition principale à la pub est une critique morale. Elle a un impact fortement négatif sur l'éducation et le libre arbitre futur des enfants et des adolescents. Elle n'apporte aucune information objective, détourne de la vérité et ne véhicule que l'illusion et le mensonge. Elle tend aussi à propager des stéréotypes tels le racisme et le sexisme et contribue à imposer une pensée unique.

La seconde opposition à lui apporter est une critique sociale et environnementale. N'encourageant que l'hyperconsommation de produits fabriqués partout sur Terre sur l'exploitation humaine , elle est donc responsable de l'épuisement des ressources que peut nous offrir la planète et du remplissage toujours plus accéléré de la poubelle à la surface de laquelle nous sommes contraints de vivre. En ces temps d'urgence climatique absolue, ces arguments ne sont pas non à prendre à la légère.

Simone Veil y voyait déjà une menace directe contre la liberté d'opinion et une insulte à l'intelligence. Patrick Le Lay, ancien PDG de TF1, reconnaissait que ce que sa chaîne vendait à Coca Cola était du temps de cerveau disponible. Il aurait tout aussi bien pu remplacer Coca Cola par n'importe quelle autre marque. Rien n'a donc changé aujourd'hui.

La publicité n'est qu'une pollution mentale et environnementale.

Il existe heureusement des moyens de s'en prémunir suivant les principaux types de publicité dont l'on est victimes aujourd'hui : 

  •  Contre la pub en ligne, il vous suffit d'installer sur votre ordinateur un bloqueur de pub gratuit tel Ad Block Plus qui vous garantira une navigation plus paisible et plus rapide. Certains sites peuvent toutefois exiger que vous désactiviez votre bloqueur pour accéder à leur contenu. Chacun.e a donc alors le choix de le faire ou pas.
  • Contre la pub télévisée vous pouvez jouer de votre télécommande, mais les pages de pubs sont malheureusement de plus en plus nombreuses. J'ai donc préféré me débarrasser de ma télévision et ai gagné en tranquillité. Vous pouvez aussi éteindre les écrans géants des centres commerciaux qui ne diffusent que de la publicité au moyen de cette télécommande universelle. C'est sans risque, tout le monde va croire à la panne.
  • Contre la pub radiophonique, il est possible d'installer un Adblock Radio.
  • Contre la pub par téléphone, la meilleure manière de l'éviter est de s'inscrire sur le site gouvernemental Bloctel. Les démarcheurs publicitaires sont tenus de consulter cette liste et de laisser tranquilles ceux qui y figurent. L'inscription est à renouveler tous les 3 ans. Vous remarquerez, en ouvrant le lien joint, que le gouvernement vous considère soit comme un consommateur soit une entreprise. Ceci certainement pour ne pas faire oublier au particulier qui veut éviter la pub qu'il est quand même avant tout un consommateur.

Il existe deux autres supports majeurs de pub qu'il est hélas difficile d'éviter. Ce sont les journaux et magasines que personnellement j'évite quand ils en contiennent car je sais que l'info fournie trouve ses limites là où commencent les intérêts des annonceurs. Ce sont aussi les panneaux publicitaires qui sont de véritables pollutions urbaines. Des associations existent qui luttent contre cette forme de publicité envahissante, comme Résistance à l'Agression Publicitaire ou Les Déboulonneurs.

Paris, COP 21 © Brandalism

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Des candidats de la majorité préfèrent s’afficher sans Macron
Contrairement à 2017, où la plupart des candidats macronistes avaient accolé la photo du président de la République à côté de la leur, nombre d’entre eux ont décidé cette année de mener campagne sur leur propre nom. Face à la gauche et à l’extrême droite, certains veulent éviter d’agiter « le chiffon rouge ».
par Ellen Salvi
Journal — Gauche(s)
Raphaël Arnault, l’antifa qui veut être député
L’ancien porte-parole du collectif Jeune Garde se présente dans la deuxième circonscription de Lyon, avec le soutien du NPA, face au candidat désigné par la Nupes, l’ancien marcheur Hubert Julien-Laferrière. L’ultime métamorphose d’un antifascisme nouvelle génération. 
par Mathieu Dejean
Journal — Migrations
En Ukraine, la guerre a déplacé des milliers d’orphelins et d’enfants placés
Les enfants représentent, avec les femmes, la majeure partie des déplacés internes et des réfugiés ukrainiens. Dans l’ouest de l’Ukraine, des orphelins de la guerre et des enfants placés tentent de se reconstruire une vie, loin de leur maison et de leurs habitudes.
par Nejma Brahim
Journal
Fusillades dans les écoles : le cauchemar américain
Une nouvelle fusillade dans une école élémentaire a provoqué la mort d’au moins 19 enfants et deux enseignants. L’auteur, âgé de 18 ans, venait d’acheter deux armes à feu de type militaire. Le président Joe Biden a appelé à l’action face au lobby de l’industrie des armes. Mais, à quelques mois des élections de mi-mandat, les républicains s’opposent à toute réforme. 
par François Bougon et Donatien Huet

La sélection du Club

Billet d’édition
Hebdo #123 : Parole à celles et ceux qui ont déjà bifurqué
À la suite du retentissant appel des jeunes diplômés d’AgroParisTech à déserter les postes dans l’agro-industrie, nous avons recueilli de nombreux témoignages d’anciens étudiants « en agro » devenus paysans, chercheurs, formateurs, etc. Ils racontent leur parcours, les embûches et leur espoir de changer le système. Bifurquer, c’est possible. Mais il faut s’organiser !
par Sabrina Kassa
Billet de blog
Déserteurs : existe-t-il une sécession des élites diplômées ?
La prise de parole des étudiant·es de Agro Paris Tech a été l’occasion pour la presse de remettre en avant l’hypothèse d’une sécession de l’élite scolaire face à la crise écologique. Qu’en disent les sciences sociales ?
par Quantité Critique
Billet de blog
Remise des diplômes AgroParisTech : appel à déserter
Lors de leur cérémonie de remise de diplôme, huit jeunes ingénieur·es AgroParisTech ont appelé leurs camarades de promotion à déserter de leurs postes. « N'attendons pas le 12ème rapport du GIEC qui démontrera que les États et les multinationales n'ont jamais fait qu'aggraver les problèmes et qui placera ses derniers espoirs dans les révoltes populaires. Vous pouvez bifurquer maintenant. »
par Des agros qui bifurquent
Billet de blog
Bifurquer, c'est tout le temps à refaire (et ça s'apprend)
Je suis diplômée ingénieure agronome depuis décembre 2019. On m'a envoyé mille fois la vidéo du discours des diplômés d’AgroParisTech qui appellent à bifurquer et refusent de travailler pour l’agro-industrie. Fantastique, et maintenant ? Deux ans après le diplôme, je me permets d'emprunter à Benoîte Groulte pour répondre : ça dure toute la vie, une bifurcation. C'est tout le temps à refaire.
par Mathilde Francois