Réponse à Thomas Piketty sur l'euro et la démocratie

Le Monde d'aujourd'hui consacre une page à un entretien avec Thomas Piketty sur le thème "La démocratie contre les marchés". Le 18 février Thomas Piketty avait déjà eu l'occasion d'exposer ces mêmes thèses dans une tribune du Monde.

Dans les deux cas, Thomas Piketty propose de transférer progressivement les pouvoirs législatifs du parlement national à une chambre européenne qui regrouperait quelques parlementaires de chaque pays et exercerait le pouvoir législatif.

A aucun moment, sur une page entière, il n'est proposé de consulter les citoyens sur ce bouleversement institutionnel. Pas plus qu'en février dernier.

J'avais eu l'occasion de répondre à cette proposition le 4 mars dans un article du Monde intitulé " Déni des réalités, hold-up sur la démocratie" : 

http://www.lemonde.fr/idees/article/2014/03/04/deni-des-realites-hold-up-sur-la-democratie_4377277_3232.html 

J'expliquais que sous couvert de démocratie, on oublie la démocratie.

Dans mon livre, j'explique que l'autorité politique ne cesse de ruser en Europe avec les citoyens. Les meilleurs semblent succomber à cette tentation...

Faut-il rappeler que la démocratie doit être un contrat de confiance sans cesse vérifié et renouvelé entre les citoyens et leurs dirigeants ? Autrement, elle ne sera qu'apparence.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.