Voir tous
  • Ce que l'on appelle recomposition politique n'est que la victoire du centre

    Par Jean-Michel NAULOT
    L'élection d'Emmanuel Macron résulte d'un concours de circonstances extraordinaire: une gauche en morceaux après le règne d'un président pourtant élu à gauche, un candidat de droite bombardé par les affaires dès le lendemain de sa désignation, l'accession au second tour d'une adversaire idéale, la représentante du Front National. La route fut ainsi miraculeusement dégagée.
  • Réponse à l'appel des vingt-cinq Nobel: la crise de l'euro est inéluctable

    Par Jean-Michel NAULOT
    L’appel en faveur de l’euro de vingt-cinq Nobel, dont une vingtaine d’américains, dans Le Monde de ce jour, risque d’être plutôt contreproductif. Il n’est pas sûr en effet que les Français, quelle que soit leur orientation politique, apprécient cette intrusion dans la campagne électorale.
  • Emmanuel Macron et le droit du travail

    Par Jean-Michel NAULOT
    En 2015, Emmanuel Macron proposait un commissaire de la zone euro en charge non seulement des finances mais aussi du droit du travail ! A l'approche de l'élection, il a modéré son propos. Mais, François Hollande nous a trop habitués à une ambigüité trompeuse pour que les citoyens acceptent que son ancien collaborateur et ministre pratique la même ambigüité. Jusqu’où ira l’abandon de souveraineté ?
  • Euro : pour un passage de la monnaie unique à la monnaie commune

    Par Jean-Michel NAULOT
    Greffer une monnaie sur des Etats souverains était une très grave erreur. Lorsque le gouvernement britannique décida d'abandonner l’étalon-or en 1931, un système devenu inadapté, Keynes laissa éclater sa joie. Il salua cette décision comme une libération: «Il y a peu d'Anglais qui ne se réjouissent que nos menottes en or aient été brisées» ! La zone euro saura-t-elle briser ses menottes ?
  • Débat restreint à TF1: à qui la faute?

    Par Jean-Michel NAULOT
    Le geste de Nicolas Dupont-Aignan quittant le plateau de TF1 et appelant à plus de démocratie dans les médias a eu un large écho. Un coup de projecteur spectaculaire a été donné sur le fait que désormais l’égalité n’est plus la règle dans l’organisation de la campagne présidentielle, sauf dans les quinze derniers jours.