Jean-Michel NAULOT
Abonné·e de Mediapart

97 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 févr. 2015

La Grèce a quatre mois pour envisager une sortie de l'euro

Jean-Michel NAULOT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’accord qui vient d’être signé entre la Grèce et ses créanciers ne résout rien. Il permet simplement de gagner un peu de temps, ce qui est le plus important pour Alexis Tsipras. Si les dirigeants européens et la BCE avaient décidé de couper brutalement les financements, la panique se serait probablement emparée des marchés, non pas tellement pour des raisons techniques puisque ce sont les Etats plus que les investisseurs qui sont engagés dans les prêts à la Grèce, mais en raison de l’inattendu de la situation. Il est bien connu que les marchés détestent être pris de cours…

En vertu de cet accord, pendant quatre mois le gouvernement grec va devoir soumettre à la Troïka, rebaptisée « Institutions », toutes les mesures susceptibles d’impacter l’équilibre budgétaire. Personne ne peut imaginer qu’il y ait là la moindre trace d’un retour à la souveraineté du peuple grec, ni le moindre espoir d’un abandon de la politique d’austérité, pourtant promis au peuple grec. Madame Merkel veille. Si Alexis Tsipras veut tenir ses engagements devant son peuple, il doit tirer les conclusions de l’échec des négociations et mettre à profit ces quatre mois de répit pour préparer la sortie de la Grèce de l’euro tel qu'il fonctionne aujourd'hui. L'idéal serait que la Grèce conserve l'euro pour les seules transactions extérieures comme ce fut le cas pour les premiers adhérents à l'euro, entre 1999 et 2002. C'est ce que l'on appelle la monnaie commune, un système qui permettrait davantage de flexibilité monétaire.

Les conditions d’une sortie de l’euro sont d’une certaine manière idéales pour la Grèce, sous deux réserves : que le nouveau gouvernement ne bascule pas dans une politique budgétaire déraisonnable, cela va presque de soi, et que les dirigeants européens maintiennent vis-à-vis de la Grèce la solidarité qui lui est due comme pays cœur de l’Europe. Ce que Valéry Giscard d’Estaing vient de qualifier de friendly exit. Dire à la Grèce, « si vous sortez de l’euro, vous vous débrouillerez seuls » serait une attitude indigne. La solidarité européenne doit s’exprimer, notamment par le renoncement au remboursement d’une partie de la dette.

Tous les économistes savent que la dette grecque est insoutenable. Ne pas le reconnaître au plan politique ce serait choisir une fois de plus la voie des artifices et aggraver à terme la crise. Les dirigeants européens et du FMI qui ont pris la lourde responsabilité de prêter jusqu’à 75% de la dette publique grecque, en sachant très bien que celle-ci n’avait aucune chance d’être remboursée un jour, ne peuvent rester dans le déni. A charge pour eux de s’expliquer devant leurs électeurs sur la  politique absurde qui a été mise en place.

Lorsque les dirigeants européens devront solder les comptes de ces prêts considérables, 15 fois les prêts à l’Argentine lors de la crise pourtant qualifiée de systémique du début des années 2000, des prêts qui ne sont même pas comptabilisés dans la dette publique des pays de la zone euro (!), l’explication avec les citoyens risque d’être rude. Un banquier qui aurait accepté de financer de cette manière une entreprise en difficulté serait pénalement responsable. Il serait poursuivi pour financement abusif et immixtion dans la gestion de l’entreprise...

Libérée de la contrainte de l’euro, un système monétaire qui lui impose de gérer à l’allemande une économie qui est à l’opposé du modèle allemand, la Grèce pourrait retrouver progressivement la confiance des investisseurs. D’autant plus vite qu’elle aurait les moyens de tenir ses engagements à leur égard (25% de la dette publique seulement). Le « miracle grec » qui existait avant l’arrivée de l’euro pourrait être un jour de retour. Mais cette politique exige beaucoup de courage. Ce dont vient de faire preuve Valéry Giscard d’Estaing, en faisant des déclarations en décalage avec le politiquement correct. Hommage lui soit rendu. Des dirigeants courageux, c’est ce qui nous manque le plus aujourd’hui.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Défense
Néonazis dans l’armée : l’insupportable laisser-faire du ministère
Un militaire néonazi, dont le cas avait été évoqué il y a huit mois par Mediapart, a été interpellé en novembre par des douaniers. L’armée, elle, ne l’avait sanctionné que de vingt jours d’arrêts. Ce cas pose une nouvelle fois la question de la grande tolérance de l’institution vis-à-vis de militaires fascinés par le Troisième Reich. D'autant que Mediapart a encore découvert de nouveaux cas.
par Sébastien Bourdon et Matthieu Suc
Journal — Gauche(s)
Union des gauches : Hidalgo et Montebourg tentent de rebattre les cartes
La candidate du PS et le candidat de la Remontada à la présidentielle ont appelé, dans la journée, à une candidature commune à gauche, en offrant de se retirer. Les pressions en faveur de l’union ainsi que les mauvais sondages expliquent aussi ce retournement. 
par Mathieu Dejean et Pauline Graulle
Journal — Droite
À droite, mais à quel point ? Valérie Pécresse sommée de placer le curseur
La candidate LR à l’élection présidentielle est confrontée à une double injonction : retenir les électeurs d’Éric Ciotti, tentés par un basculement à l’extrême droite, sans rebuter pour de bon la droite « modérée » qu’embrasse Emmanuel Macron. Le premier défi de sa campagne. Et le principal ?
par Ilyes Ramdani
Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi

La sélection du Club

Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
On nous parle d'école et de crayons. Nous répondons par Écoles et Crayons
Beaucoup méconnaissent l’enseignement professionnel sous statut scolaire. Ils en sont encore à l’image d’Epinal de l’école où l’élève est assis devant son bureau, un crayon à la main. En cette semaine des Lycées professionnels, Philippe Lachamp, professeur de productique en erea, nous fait partager sa passion et ses craintes pour son métier de Professeur de Lycée Professionnel.
par Nasr Lakhsassi
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille