Jean-Michel NAULOT
Abonné·e de Mediapart

97 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 févr. 2015

La Grèce a quatre mois pour envisager une sortie de l'euro

Jean-Michel NAULOT
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’accord qui vient d’être signé entre la Grèce et ses créanciers ne résout rien. Il permet simplement de gagner un peu de temps, ce qui est le plus important pour Alexis Tsipras. Si les dirigeants européens et la BCE avaient décidé de couper brutalement les financements, la panique se serait probablement emparée des marchés, non pas tellement pour des raisons techniques puisque ce sont les Etats plus que les investisseurs qui sont engagés dans les prêts à la Grèce, mais en raison de l’inattendu de la situation. Il est bien connu que les marchés détestent être pris de cours…

En vertu de cet accord, pendant quatre mois le gouvernement grec va devoir soumettre à la Troïka, rebaptisée « Institutions », toutes les mesures susceptibles d’impacter l’équilibre budgétaire. Personne ne peut imaginer qu’il y ait là la moindre trace d’un retour à la souveraineté du peuple grec, ni le moindre espoir d’un abandon de la politique d’austérité, pourtant promis au peuple grec. Madame Merkel veille. Si Alexis Tsipras veut tenir ses engagements devant son peuple, il doit tirer les conclusions de l’échec des négociations et mettre à profit ces quatre mois de répit pour préparer la sortie de la Grèce de l’euro tel qu'il fonctionne aujourd'hui. L'idéal serait que la Grèce conserve l'euro pour les seules transactions extérieures comme ce fut le cas pour les premiers adhérents à l'euro, entre 1999 et 2002. C'est ce que l'on appelle la monnaie commune, un système qui permettrait davantage de flexibilité monétaire.

Les conditions d’une sortie de l’euro sont d’une certaine manière idéales pour la Grèce, sous deux réserves : que le nouveau gouvernement ne bascule pas dans une politique budgétaire déraisonnable, cela va presque de soi, et que les dirigeants européens maintiennent vis-à-vis de la Grèce la solidarité qui lui est due comme pays cœur de l’Europe. Ce que Valéry Giscard d’Estaing vient de qualifier de friendly exit. Dire à la Grèce, « si vous sortez de l’euro, vous vous débrouillerez seuls » serait une attitude indigne. La solidarité européenne doit s’exprimer, notamment par le renoncement au remboursement d’une partie de la dette.

Tous les économistes savent que la dette grecque est insoutenable. Ne pas le reconnaître au plan politique ce serait choisir une fois de plus la voie des artifices et aggraver à terme la crise. Les dirigeants européens et du FMI qui ont pris la lourde responsabilité de prêter jusqu’à 75% de la dette publique grecque, en sachant très bien que celle-ci n’avait aucune chance d’être remboursée un jour, ne peuvent rester dans le déni. A charge pour eux de s’expliquer devant leurs électeurs sur la  politique absurde qui a été mise en place.

Lorsque les dirigeants européens devront solder les comptes de ces prêts considérables, 15 fois les prêts à l’Argentine lors de la crise pourtant qualifiée de systémique du début des années 2000, des prêts qui ne sont même pas comptabilisés dans la dette publique des pays de la zone euro (!), l’explication avec les citoyens risque d’être rude. Un banquier qui aurait accepté de financer de cette manière une entreprise en difficulté serait pénalement responsable. Il serait poursuivi pour financement abusif et immixtion dans la gestion de l’entreprise...

Libérée de la contrainte de l’euro, un système monétaire qui lui impose de gérer à l’allemande une économie qui est à l’opposé du modèle allemand, la Grèce pourrait retrouver progressivement la confiance des investisseurs. D’autant plus vite qu’elle aurait les moyens de tenir ses engagements à leur égard (25% de la dette publique seulement). Le « miracle grec » qui existait avant l’arrivée de l’euro pourrait être un jour de retour. Mais cette politique exige beaucoup de courage. Ce dont vient de faire preuve Valéry Giscard d’Estaing, en faisant des déclarations en décalage avec le politiquement correct. Hommage lui soit rendu. Des dirigeants courageux, c’est ce qui nous manque le plus aujourd’hui.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
L’action des policiers a causé la mort de Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — France
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Génocide. Au-delà de l'émotion symbolique
Le vote de la motion de l'Assemblée Nationale sur le génocide contre les ouïghours en Chine a esquivé les questions de fond et servira comme d'habitude d'excuse à l'inaction à venir.
par dominic77
Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu